publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Tout savoir sur les auxiliaires de vie : Choisir une auxiliaire de vie

Publié par : Elide Achille (08. juillet 2013)

Témoignage de Claudine, ayant recours à un auxiliaire de vie pour assister son père de 96 ans. Elle apporte des informations pour savoir comment choisir une auxiliaire de vie...

Pourquoi avez-vous décidé d'avoir recours à une auxiliaire de vie sociale ?

Vu l’âge avancé de mon père qui va bientôt avoir 96 ans, je me suis rendue compte que même s’il a encore gardé une belle autonomie, il a de plus en plus besoin d’aide au quotidien. On a fait une première expérience associative qui nous convenait au début, mais au fur et à mesure du temps, il a eu besoin d’être assisté par un professionnel qui s’occupe de lui en permanence. C’est alors que j’ai commencé mes recherches d’un auxiliaire de vie sur Internet. J’étais à la recherche d’un service d’aide à domicile plus structuré, avec des personnes sélectionnées et formées.

Vous avez donc connu des difficultés pour trouver une auxiliaire de vie qui vous convienne ?

Pour moi, il était important de trouver un professionnel de l’aide à domicile, quelqu’un de formé et sélectionné. Fatiha, l’auxiliaire de vie qui s’occupe de mon père depuis désormais un an et demi, est premièrement aide soignante et a suivi un cursus professionnel lui permettant d'assister mon père dans sa vie quotidienne.
Le choix d’un auxiliaire de vie qui convient peut être difficile, parce qu’il s’agit de choisir une personne qu’on laissera rentrer dans l’intimité de la vie d'un proche. L’humain est au centre du problème : l’idéal est de trouver une personne qui ait une réelle fibre humaine et qui soit naturellement disposée à l’écoute des autres.

Comment cette personne intervient-elle dans la vie quotidienne de votre père ? Quel rapport avez-vous avec elle ?

Sa mission première est d’assurer le cadre de vie de mon père au quotidien. Elle s’occupe de son alimentation (courses, préparation des repas), elle assure son suivi médical, en s’occupant de l’administration des médicaments et en faisant le lien avec son médecin traitant. Bien sûr, moi je reste son référent : elle me tient au courant de l’état de santé de mon père ainsi que des moindres problèmes liés à la vie quotidienne. Sa présence me rassure beaucoup.
J’insiste vraiment pour que ce métier soit reconnu comme un job valorisant et bien encadré. Les auxiliaires de vie devraient être rémunérés à la hauteur de leurs compétences et de leur formation. Le chemin est encore long pour y parvenir...

A lire aussi :
> Démarches à suivre pour trouver un auxiliaire de vie : les organismes à contacter
>
Problème de santé : réaménager son habitat.



publicité