publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Appareil auditif : comment choisir le bon ? : Le témoignage d'un patient

Publié par : Clémentine Fitaire (10. février 2010)

Le témoignage de Jacques, 58 ans, professeur de gymnastique.

Vous portez un appareil et vous êtes sportif. Cela vous gêne ?

Un peu. C’est vrai que je préfèrerais ne pas avoir à porter de prothèse. Mais franchement la gêne est très réduite. En effet, je fais beaucoup de sport et je suis très actif. Mais mon appareillage ne m’empêche pas de bouger comme je le veux. J’ai une prothèse externe, je la trouve plutôt discrète. Cela se voit quand on a le nez dessus. Sinon, de loin, vraiment, on ne la voit pas. Le contour d’oreille est de la couleur de ma peau. Et puis, vraiment, ça m’a changé la vie. Je ne porte pas de lunettes et je porte ça. Au moins, quand on me parle, j'entends !

Comment vous êtes vous rendu compte que vous aviez une baisse d'audition ?

Je suis prof de gym. Vous êtes déjà allé dans une salle de sport avec 30 gamins qui braillent ? Vous voyez ce que ça fait ? Moi, je n’entendais plus quand l’un d’entre eux me parlait. J’étais terriblement gêné par le bruit environnant. Il fallait que je me place pile en face de celui qui me parlait pour le comprendre. Je m’en suis vite rendu compte.
En plus, j’avais des acouphènes, ces espèces de bruits bizarres qu’on est seul à entendre... Une horreur. J’avais ça tout le temps. Cela masquait tout le reste. Quand je rentrais chez moi, le soir, j’étais crevé, comme si j’avais couru un marathon. Alors je suis allé consulter.

Vous avez bien accepté votre appareillage ?

Sans problème. Je ne suis pas un grand coquet ! Il fallait que j’entende, c’est tout. Je comprends que les femmes fassent plus attention à leur aspect extérieur. Mais il existe des appareils très discrets maintenant. Des trucs qu’on met à l’intérieur de l’oreille. Moi, franchement, je m’en fiche. Jamais mes élèves ne se sont moqués de moi à cause de ça. Parmi mes élèves, certains portent des lunettes, et je ne me moque pas d’eux. C’est pareil. Vraiment, ça ne me gêne pas du tout. Ce qui me gênerait, là, c’est de devoir m’en passer et d’être fatigué comme je l’étais avant à cause des efforts que je devais faire pour suivre une conversation.

>> Si vous voulez réagir ou apporter votre témoignage, rendez-vous sur notre FORUM.

Sources et notes
- Le guide de l’audition, Pr Bruno Frichet et Emilie Vormès, éd. Odile Jacob.
- Lory D, Faugere JM, DeRotalier P et coll. Oreille interne et variations de pressions lentes. Rev Méd Aéro Spat 1992 ; 31 (121) : 46-50.



publicité