publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Appareil auditif : comment choisir le bon ? : Les consultations spécialisées

Publié par : Clémentine Fitaire (10. février 2010)

Ça y est, vous avez enfin accepté votre début de surdité...

C’est le médecin ORL que vous allez voir en premier. C’est lui qui va vous faire votre premier bilan. Vous savez maintenant que vous ne comprenez plus aussi bien, lorsque l’on vous parle. Vous n’êtes pas sourd, dans des circonstances favorables, en tête-à-tête, par exemple. Mais, au travail ou en groupe, vous le savez, c’est plus difficile.
Le médecin ORL vous le confirme, vous souffrez d’une baisse de l’audition. Il vous fait donc une ordonnance pour essayer, sur les deux oreilles, un appareillage auditif que vous garderez à l’essai pendant une quinzaine de jours. Pour effectuer ces essais, vous vous rendrez chez un audioprothésiste.

L'audioprothésiste, c'est qui ?

L’audioprothésiste est titulaire d’un diplôme d’Etat. Il est un auxiliaire médical dont la formation comprend l’ anatomie et la physiologie de l’oreille.
C’est lui qui vous prêtera les appareils pour la période d’essai pendant laquelle vous vous mettrez dans toutes les situations possibles : au cinéma, en famille, avec les enfants...
Puis c’est l’audioprothésiste qui va vous aider à choisir l’appareillage le mieux adapté à votre cas. C’est lui, également, qui va vous apprendre à vous en servir. Puisque vous avez attendu un peu avant de venir consulter, vous allez devoir apprendre à votre cerveau à s’adapter à une amplification sonore.
On n’achète pas un appareil auditif, comme on achète une paire de lunettes. Vous devrez aller consulter régulièrement, surtout au début. D’où l’intérêt de choisir un audioprothésiste avec qui vous établirez une relation de confiance. La mise en place d’un appareillage est toujours un moment délicat, ne serait-ce qu’au plan psychologique.

Le premier rendez-vous

Lors de votre première consultation chez l’audioprothésiste ou chez l’ORL, vous devrez répondre à un questionnaire complet. Le praticien va chercher les circonstances dans lesquelles vous êtes le plus gêné. Il va donc vous interroger sur vos habitudes de vie : êtes-vous du genre pantouflard qui reste à la maison, ou du genre vadrouille qui multiplie les sorties au théâtre ou entre amis ?
Le type d’appareillage dépendra de vos habitudes de vie et des circonstances de votre gêne auditive.

Ensuite, l’audioprothésiste vous fera passer une audiométrie prothétique. En clair, il va mesurer la baisse d’audition, en fonction des différentes fréquences de la parole. Il vous fera également passer des tests d’audiométrie vocale, où vous devrez répéter des listes de mots. Tous ces tests permettront d’établir un diagnostic précis.

Puis il vous proposera plusieurs types d’appareils, en tenant compte de vos souhaits et de vos besoins : si l’amplification est nécessaire, votre type de baisse d’audition, la taille de votre conduit auditif. Si vous êtes sportif, par exemple, il vous faudra un appareillage adapté ; si vous souffrez de problèmes articulaires aux doigts, il vous faudra un appareillage facile à placer ou un appareil muni d’une télécommande...

Vous aurez donc quinze jours environ pour tester les appareils et effectuer les réglages utiles.

Ce n’est que lorsque vous aurez trouvé l’appareil qui vous convient que vous pourrez acheter le matériel.



publicité