publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Appareil auditif : comment choisir le bon ? : Les premiers signes de la perte d'audition

Publié par : Clémentine Fitaire (10. février 2010)

Sauf dans le cas de traumatismes particuliers, on ne devient pas sourd du jour au lendemain. Tout arrive progressivement.
D’abord, quand vous regardez la télévision, vous comprenez bien le présentateur du journal de vingt heures quand il s’exprime. Mais le film qui suit, avec sa musique de fond et ses acteurs qui parlent tous en même temps, vous ne les comprenez pas bien. Et vous haussez le son du téléviseur.

Si vous discutez avec votre conjoint ou un ami, en tête-à-tête, tout va bien. Au pire, vous devez faire répéter quand une voiture passe en même temps. En revanche, lorsque vous vous retrouvez en famille ou entre amis, avec les enfants qui rient et qui chahutent, là, vous ne comprenez plus ce que l’on vous dit.

Petite explication : la baisse de l’audition se porte, dans un premier temps, sur les fréquences les plus aiguës. Et ce sont d’abord les consonnes que l’on rate : les F, S, CH, T, P... C’est un peu comme si on voulait lire des mots ou des phrases auxquelles manqueraient des lettres. On rame ! Mais, le cerveau est puissant. Au début, il arrive à compenser les sons manquants et nous permet de deviner, quand même, le sens de la phrase.

Du déni à l'acceptation...

En général, la première personne à se rendre compte que vous avez perdu en audition, ce n’est pas vous, c’est votre conjoint ! Le problème est qu’il n’a pas forcément les bons mots pour se faire entendre... « t’es sourd, ou quoi ? » n’est pas forcément la meilleure formule pour vous faire admettre un début de surdité
C’est plutôt quand les amis ou les collègues de travail vous font la remarque « t’aurais pas un problème d’oreille ? Tu sais, moi, etc. », que vous commencez à admettre les choses.

Et, sachez-le, c’est la même chose pour tout le monde, entre le moment où vous commencez à ressentir les premiers signes et le moment où vous admettrez que vous avez perdu en audition, il se sera écoulé pratiquement sept ans.
Et cela s’explique : le vieillissement auditif se calcule à environ un décibel par an. Autrement dit, à 1% d’audition en moins, chaque année. Donc, entre le moment où les premiers symptômes apparaissent et le moment où, enfin, vous déciderez d’aller consulter, il se sera passé sept ou dix ans. Dommage ! Plus on s’y prend tôt, mieux c’est. Plus le cerveau est jeune, plus il est capable d’utiliser correctement le signal sonore amplifié d’un appareil auditif.

Le fonctionnement de l'oreille

Sachez-le, nous avons trois oreilles ! L’oreille externe, l’oreille moyenne et l’oreille interne.

> L'oreille externe, vous la connaissez, c’est là que vous clippez vos boucles d’oreilles. Elle est composée du pavillon et du conduit auditif externe. C’est par là que sont captés les bruits et les sons qui sont amplifiés et transmis jusqu’au tympan.

> L'oreille moyenne évoque un atelier par des noms étranges : marteau, enclume, étrier, ces petits os, des osselets par où sont transmises les vibrations sonores venant du tympan.

> L'oreille interne, elle, ressemble à un coquillage. Elle est composée de la cochlée et du vestibule, l’organe de l’équilibre. La cochlée est tapissée d’environ 15 000 cellules ciliées. Ces petits cils vont avoir pour mission de transformer l’énergie mécanique des vibrations sonores en influx nerveux.
Et c’est finalement le nerf auditif qui va transmettre cet influx jusqu’aux centres auditifs du cerveau qui, lui, va interpréter et décoder les bruits et les sons pour vous restituer la sonate de Chopin dans toute sa splendeur.

Pourquoi entend-on moins bien ?

Les causes de surdité sont nombreuses. Il peut s’agir de troubles vasculaires, d’affections virales qui abîment le tympan, de traumatismes crâniens, d’accidents de plongée. Il peut s’agir de traumatismes sonores lors d’une activité professionnelle ou lors des loisirs : une soirée près d’une enceinte, pendant un concert rock, peut avoir des conséquences irréversibles.

Mais surtout, il en est du bruit comme du soleil : une trop fréquente exposition provoque des dommages graves. On a un capital-bruit, comme on a un capital-soleil. D’où l’importance de prévenir les jeunes et les moins jeunes des dangers des trop longues expositions sonores.

Des lois sont passées, heureusement, pour limiter la quantité de décibels dans les baladeurs ou au cours des concerts. Mais la durée d’exposition compte aussi. Il est donc important de faire des pauses-bruit, régulièrement.

Et puis, il en est de l’oreille comme du reste : avec le temps, ça s’use ! Et, la première cause de diminution de l’audition, c’est l’âge. Les cellules de l’oreille interne s’émoussent, disparaissent et ne se renouvellent pas : c’est la presbyacousie. Autant se faire à l’idée : nous sommes ou serons tous concernés...



publicité