publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Téléphone portable : quel est le véritable danger ? : Risque de cancer du cerveau

Publié par : Clémentine Fitaire (17. juillet 2009)

Les effets nocifs des ondes des téléphones portables sur la santé ont-ils été démontrés par des recherches scientifiques ?
Il y a énormément de publications scientifiques dans ce domaine, en particulier en Europe. Ces études relèvent de l’ordre de l'expérimentation animale ou biologique, de travaux épidémiologiques et de la biophysique. Les téléphones portables sont les appareils qui nous exposent le plus aux radiofréquences... et à leurs effets. C'est pour cette raison, que beaucoup d'études portent sur ces appareils.

> Ce qui est rassurant : Les conclusions de l'évaluation des risques ne mettent pas en évidence d'effets sanitaires avérés. C'est pour cette raison que l'Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail (Anses) ne propose pas de nouvelles valeurs limites d'exposition de la population aux radiofréquences.

> Ce qui inquiète : D'après l'Agence nationale de sécurité sanitaire alimentation, environnement, travail (Anses) : "certaines publications évoquent une possible augmentation du risque de tumeur cérébrale sur le long terme, pour les utilisateurs intensifs de téléphones portables". Actuellement dans le monde, il existe un certain nombre d'études (aux Etats-Unis, en Europe, et au Japon en particulier) qui mettent en avant le risque de cancer du cerveau...

Rappelons que l'OMS classe les radiofréquences comme "cancérogène possible", pour les utilisateurs intensifs de téléphones mobiles.

Si l'on décortique un peu, il faut savoir que les experts estiment qu'un utilisateur intensif est une personne qui passe environ 30 minutes par jour au téléphone... Ce qui signifie au bout du compte, vraiment beaucoup de monde ! Par ailleurs un risque à long terme signifie 20 à 25 ans.

Enfin, les radiofréquences émises par le téléphone portable pourraient engendrer des troubles du sommeil, des problèmes de fertilité chez les hommes, ou encore des problèmes d'appentissage et de performances cognitives. Mais d'après l'analyse des études publiées, les niveaux de preuve sont limités !

Conseils d'utilisation

Des conseils sur la " bonne " utilisation des téléphones mobiles, en particulier pour les enfants et les femmes enceintes?

À cause de ces doutes sur d’éventuelles conséquences pour la santé, on peut suivre les recommandations suivantes :

> Enfants : Leur cerveau étant en plein développement, il n’est pas recommandé d’utiliser un téléphone mobile (avant l’ adolescence).

> Femmes enceintes : L’embryon est un ensemble de cellules en plein développement. Il est donc fortement déconseillé de placer un téléphone près du bas ventre, même si, à ce jour, les données disponibles sont plutôt rassurantes.

> Jeunes hommes : Il est conseillé d’éviter de porter son téléphone au voisinage des parties génitales, mais plutôt à la ceinture de côté, ou dans les poches arrière. Car les spermatozoïdes sont des cellules en multiplication, en développement continuel (contrairement aux ovules d’une femme qui sont constitués depuis le plus jeune âge et qui ne se multiplient pas).

Les conseils de Santé AZ :
>
Pour les conversations longues (au-delà d’une 1/2 heure), préférez le téléphone fixe au téléphone mobile, ou alors avec un kit oreillette. En particulier pour les ados qui ont des conversations très longues avec leurs amis.
En effet, l' oreillette ou un kit bluetooth permettraient de diviser au moins par 10 à 100 l’exposition aux ondes radio.

> Evitez de téléphoner dans des zones où votre téléphone portable capte mal (transports, campagne, tunnel...).

> La nuit, ne laissez pas un téléphone allumé ou en recharge à moins de 50 cm de votre tête.

> Bien choisir votre téléphone portable (lire l'indication du DAS) :

Le DAS (Débit d’Absorption Spécifique) d’un téléphone portable correspond au niveau maximal d’ ondes radio auquel vous pouvez théoriquement être exposé lorsque votre appareil fonctionne à sa puissance maximale.
Ce DAS doit être inférieur à 2 Watt/kg, mais n'hésitez à choisir de préférence des appareils à bas DAS. Les opérateurs de téléphonie mobile sont obligés de vous indiquer le DAS des téléphones qu’ils mettent en vente (renseignez-vous en magasin ou sur leurs sites web).

Autre point important : vérifiez bien qu’un kit « mains-libres » est vendu avec le téléphone.

Source : Association Française des Opérateurs Mobiles (AFOM).



publicité