publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Diabète : soins des pieds : La cicatrisation

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. février 2015)

La circulation du sang est mauvaise en cas de diabète. Les globules blancs, les cellules sanguines, servant à la cicatrisation, arrivent donc difficilement jusqu'à la plaie. Une simple coupure, un cor, une ampoule, ou une mycose peuvent alors avoir des conséquences graves. Un petit bobo peut se transformer en mal perforant : il s'agit d'une hyperkératose qui se forme autour de la plaie. Cela ressemble à une couche de peau très dure, blanche, qui cache une lésion plus importante.

L'intérêt d'une bonne surveillance


L'idéal, si l'on est diabétique, est d'aller consulter un podologue, tous les deux mois. Il effectuera des tests simples qui permettront de dépister une éventuelle complication.

Il vérifiera :
> Les réflexes : c'est le fameux petit coup de marteau au niveau du talon d'Achille ou de la rotule, qui sert à vérifier le bon fonctionnement des nerfs.

> La sensibilité : c'est le test du chaud et froid. Cela permet de vérifier que les nerfs sensitifs envoient toujours les bonnes informations.

> Les pouls : le podologue vérifiera le pouls tibial postérieur (au niveau du creux de la cheville, et le pouls pédieux (sur le dessus du pied).

> Une éventuelle déformation du pied : les personnes diabétiques ont très souvent besoin de chaussures spéciales qui protègent leurs pieds des agressions.

> Des troubles statiques : si, pour des raisons morphologiques, des zones du pied sont plus sollicitées que d'autres, cela peut former des durillons. Il faudra donc trouver une solution pour rééquilibrer une bonne statique. C'est ce problème statique qui provoque très souvent des blessures.


publicité