publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Métiers de la santé : L'interview de Najat Vallaud-Belkacem

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (27. mai 2014)

Interview de Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports.

Les femmes sont-elles bien représentées dans les métiers de la santé ?
Najat Vallaud-Belkacem : Les femmes sont très présentes dans le secteur de la santé : trois emplois sur quatre sont occupés par des femmes dans ce secteur. Mais on retrouve, dans ce secteur de la santé comme partout, des inégalités importantes entre les femmes et les hommes. Elles sont moins présentes aux postes à responsabilité : elles représentent 90% des aides-soignants, mais moins de 15% des directeurs généraux des centres hospitaliers universitaires (CHU) et des centres hospitaliers régionaux (CHR). Et comme partout, les femmes sont moins bien payées. Par exemple, les femmes médecins libérales gagnent 37 % de moins en moyenne que leurs confrères hommes.

Comment pourrions-nous améliorer cette situation, que proposez-vous ?
Najat Vallaud-Belkacem : Dans tous les secteurs, on retrouve les mêmes mécanismes : les femmes portent la charge de l'articulation entre la vie familiale et la vie professionnelle et en paient le prix fort sur le marché du travail. Il faut favoriser l’articulation entre la vie familiale et la vie professionnelle et l’implication des pères à l’arrivée d’un enfant. C’est ce que fait le projet de loi sur l’égalité entre les femmes et les hommes.
Dans le domaine de la santé, ce projet de loi prévoit par ailleurs de mieux sécuriser l’activité professionnelle des collaboratrices et des collaborateurs médecins libéraux qui souhaitent prendre leur congé de maternité, leur congé de paternité et d’accueil de l’enfant ou le congé en vue de l’adoption d’un enfant.
Enfin, il faut ouvrir plus largement certains métiers de la santé aux hommes. La mixité est au cœur de l’égalité professionnelle. Le défi est considérable. Il faudrait aujourd’hui en France qu’un peu plus de la moitié des salariés changent de poste pour atteindre un véritable équilibre entre femmes et hommes dans la répartition des métiers.

Une meilleure représentation des femmes dans les métiers de la santé, pourrait avoir des conséquences sur certaines maladies ou certains traitements...
Najat Vallaud-Belkacem : La profession des médecins s’est fortement féminisée ces dernières années : plus de 40% des médecins sont aujourd’hui des femmes ; elles assurent même 70% de l’activité chez les médecins de moins de 30 ans. Cette féminisation a bien sûr des conséquences sur la manière dont est exercée la médecine. Par exemple, les femmes médecins ont des temps de consultations plus longs.
Mais, ce qui est essentiel, c'est que l'ensemble des acteurs de la santé, femmes et hommes, prennent mieux en compte les problématiques féminines. Et sur ces sujets, on avance. Par exemple, les violences faites aux femmes sont désormais une priorité de santé publique. Je rencontre beaucoup de professions médicales sur ce sujet. Elles sont souvent les premières interlocutrices des victimes et ont un rôle considérable à jouer en matière de dépistage et d’accompagnement.

Vous vous êtes engagée à ce qu'une maladie affectant beaucoup de femmes - l'endométriose, soit davantage reconnue et mieux prise en charge...
Najat Vallaud-Belkacem : L' endométriose est une maladie qui touche une à deux femmes sur 10 en France, comme dans le monde. La majorité des gens ignorent jusqu'au nom de cette maladie et cette méconnaissance a des conséquences graves. Les femmes ne consultent pas assez tôt, car elles pensent encore trop souvent qu’il est normal d’avoir très mal pendant ses règles. Et les femmes malades ne sont pas toujours prises au sérieux par leur entourage, qui ne connait ou ne comprend pas cette maladie.

En pratique, quelles sont vos propositions ?
Najat Vallaud-Belkacem : La première chose à faire, c’est de faire connaître et reconnaître cette maladie. C’est le sens du manifeste "Endométriose : ouvrons les yeux", que les associations de lutte contre l’endométriose viennent de lancer. Je veux les appuyer dans ce combat. Nous allons organiser une soirée de soutien et une campagne de communication pour faire connaitre cette maladie. Chaque femme doit savoir qu'il n'est pas normal d'avoir très mal pendant ses règles et qu'en cas de règles très douloureuses, il faut consulter. Et chaque parent, ami, collègue, employeur doit savoir que l'endométriose est une vraie maladie et que la femme qui en souffre mérite son soutien et sa considération, comme n’importe quel malade.

Pour en savoir plus :
> L'endométriose.

Najat Vallaud-Belkacem © Ministère des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports - L'interview de Najat Vallaud

Najat Vallaud-Belkacem © Ministère des Droits des femmes, de la Ville, de la Jeunesse et des Sports - L'interview de Najat Vallaud



publicité