publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Toute sa vie on peut développer son cerveau : Stimuler ses neurones

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (20. août 2012)

Alors, quels exercices faire pour stimuler son cerveau ?
Il n’y a pas d’exercices spécifiques pour chaque âge. Mais l’idéal est de lire régulièrement et de se cultiver dès l’enfance. On aura ainsi plus de facilité à trouver des mots de remplacement au moment où commenceront à survenir les fameux trous de mémoire, entre 55 et 65 ans.
Ensuite, en vieillissant, il faut continuer à faire travailler son cerveau comme un muscle. Le mot d’ordre, c’est de varier le type de stimulations : s’obliger à faire quotidiennement des exercices de mémoire, comme les mots croisés, de logique, du sudoku… Mais pas seulement. Car si on ne privilégie qu’un seul type d’exercices on risque d’hyperstimuler certaines zones au détriment des autres. Sortir, discuter, aller au théâtre, au cinéma… Ces activités sociales sont importantes pour entretenir les connexions des neurones.

Et l’activité physique ?
Au même titre qu’on fait travailler sa mémoire ou sa logique, il faut continuer à bouger pour stimuler les neurones liés aux comportements moteurs. Évidemment, il faut choisir une activité physique adaptée à son âge. On ne va pas se mettre à faire du tennis à outrance si on a des problèmes articulaires !

D'autres conseils ?
L’important, qu’il s’agisse d’activités motrices ou intellectuelles, est de choisir des pratiques qui nous font plaisir. Inutile de se forcer. Car, on a observé que chez les gens déprimés, il y avait moins de nouveaux neurones qui se formaient. Par ailleurs, mieux vaut privilégier une alimentation variée et équilibrée. On évitera ainsi les risques d’altérer la qualité des artères et donc la qualité des échanges entre la circulation sanguine et le cerveau.

Cette plasticité du cerveau a-t-elle des applications médicales ?
Le professeur Benabid au CHU de Grenoble a mis au point une technique de stimulation cérébrale profonde, efficace pour traiter les effets secondaires des traitements de la maladie de Parkinson.

Car pour traiter cette maladie neurodégénérative, on prescrit des médicaments qui restaurent la concentration de dopamine, un neurotransmetteur qui fait défaut dans cette pathologie. Ceux-ci peuvent entraîner des effets secondaires, des troubles moteurs tels que des tremblements.

Des électrodes placées dans la région du cerveau impliquée dans ces dérèglements vont délivrer un courant électrique qui va normaliser l’activité de ces réseaux neuronaux. C’est une technique de traitement assez "lourde" et complexe réservée aux personnes qui souffrent beaucoup de ces effets secondaires et qui ont moins de 65 ans. C’est une technique en plein développement... et pas seulement pour la maladie de Parkinson.

A lire aussi nos dossiers :
> Alzheimer : que peuvent faire les poches ?
> Tout savoir sur la maladie de Parkinson.
> Comment savoir si mon enfant est précoce ?



publicité