publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Greffe de mains : deux femmes dans l'attente... : Que s'est-il passé ?

Publié par : Elide Achille

Interview du Pr Laurent Lantieri, chef du service de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique à l'hôpital européen Georges Pompidou (Paris).

Deux femmes de votre service sont en attente de greffe de mains. Pour quelles raisons ?

Pr L. Lantieri : Il s’agit d’histoires dramatiques de deux femmes qui, à partir d’une infection gynécologique pour chacune d’elles, ont développé une septicémie, puis ont fait un choc septique. C’est une complication qui peut être fatale, ou qui peut entraîner de très graves complications, comme des problèmes vasculaires majeurs (vasoconstriction, thrombose), avec une atteinte des vaisseaux situés aux extrémités (mains, pieds), dont la seule issue thérapeutique est une amputation. Ces deux femmes ont dû être amputées aux 4 membres.

Ces situations liées à un choc septique, restent exceptionnelles en France, mais existent ! On estime que cela concerne environ 10 personnes par an.

Mais que s'est-il passé au juste pour ces femmes ?

Pr L. L. : On ne peut donner tous les détails, en particulier pour des raisons juridiques. La première de ces femmes d’environ 25 ans, a développé une infection gynécologique dont l’origine n’est pas clairement identifiée (peut-être liée à l’oubli d’un tampon). Pour les raisons que je viens d’expliquer, elle a dû être amputée et porte aujourd’hui des prothèses lui permettant de travailler. Elle souhaite bénéficier d’une greffe de mains.

L’autre femme âgée d’une trentaine d’années a développé elle aussi une infection gynécologique, suite à une IVG. Elle est également en demande de greffe.

Pr Laurent Lantieri. Photo Olivier Roller © Flammarion

Pr Laurent Lantieri. Photo Olivier Roller © Flammarion



publicité