publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Internet et santé : attention aux charlatans ! : Les propositions des sénateurs

Publié par : Dr. Nicolas Evrard

Suite de l'interview de Jacques Mézard, sénateur du Cantal (RDSE), et rapporteur de la Commission d'enquête sur l'influence des mouvements à caractère sectaire dans le domaine de la santé.

Les sénateurs qui ont travaillé sur ce sujet, ont fait plus de 40 propositions, dont certaines concernent Internet. Pourquoi ?
Jacques Mézard : On ne peut nier qu'aujourd'hui internet est devenu un vecteur majeur de la diffusion d'informations. Et bien entendu, beaucoup de ces informations concernent la santé. Et par le biais de contenus éditoriaux ou de publicités, on a découvert des propositions de soins ou d'accompagnement effarantes et qui peuvent s'avérer très dangereuses !

Quelles propositions avez-vous faites concernant Internet ?
J. M. : Elles sont au nombre de 5. Tout d'abord, renforcer la sécurité de l'information des internautes, par la diffusion d'un message rédigé par le ministère de la santé, ou par une agence d'Etat, mettant en garde contre la pratique de certaines pratiques non conventionnelles.
Il faudrait également établir un répertoire de ces pratiques (avec leur description et le cas échéant une information sur leurs risques).
Autre proposition : permettre aux enquêteurs de la cyberpatrouille de la gendarmerie de pouvoir être plus efficaces, en menant des investigations sous des pseudonymes.
Nous souhaiterions aussi une large campagne d'informations sur les dérives thérapeutiques et sectaires de certaines pratiques, et enfin un contrôle plus efficace des contenus des sites internet délivrant des informations en matière de santé.

Et parmi les autres propositions ne concernant pas forcément internet ?
J. M. : Elles sont nombreuses et il est impossible de toutes les citer. Mais par exemple, nous souhaiterions que les professionnels de santé dispensant des pratiques non conventionnelles, les déclarent à l'Agence régionale de santé ; nous proposons qu'à l'hôpital soit mis en place des groupes de détection de patients "fragiles" susceptibles d'être victimes de dérives sectaires ou d'abandonner leur soin, etc.

A lire aussi :
> Cancers et facteurs de risque
> Acheter des médicaments sur internet
> Êtes-vous addict à internet ?
> Comment dépister un cancer ?



publicité