publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Témoignage : j'ai souffert d'une leucémie

Publié par : Elide Achille (16. août 2012)

© Jupiterimages/iStockphoto

Publi-communiqué

La lutte contre une maladie grave comme une leucémie est difficile pour un enfant, comme pour son entourage. Voilà pourquoi, un suivi psychologique pendant le traitement, mais aussi après la guérison, est conseillé.

Découvrez le témoignage d'Antoine, 25 ans, qui a été soigné à l’âge de 12 ans pour une leucémie, et les conseils de l'oncologue sur l'importance du suivi psychologique pour les enfants malades de cancer.

La Fondation Pfizer* a mené de nombreux travaux pour mieux connaître et améliorer la santé des enfants. D’après les résultats de la première cohorte médico-psychosociale Cancers initiée par cette Fondation, les cancers de l’enfant, , à l’exception des tumeurs cérébrales, auraient un faible impact sur la vie privée et socioprofessionnelle de ces patients devenus adultes : 62% vivent en couple et 56% d’entre eux mènent des études supérieures, ce qui est même plus que la moyenne nationale (53%).
 

Auteurs : Marie Debize et Elide Achille.

Expert consultant : Professeur Jean Michon, chef du département d'Oncologie pédiatrique des adolescents et jeunes adultes de Curie (Dopaja), Président du RIFHOP, Président de la SFCE.
Mai 2012.

*Depuis 2006, la Fondation Pfizer a a initié et suivi des études de cohortes ou groupes d’anciens patients atteints d’une maladie chronique dans l’enfance et aujourd’hui adultes. L’objectif : comprendre comment leur maladie s’est répercutée sur les adultes qu’ils sont devenus et quelles en sont les conséquences
psychologiques, affectives, familiales, socioprofessionnelles.



publicité