publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les conséquences de certaines maladies sur les ongles : le psoriasis et le cancer de la peau

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (24. mai 2016)

Des petits trous sur l’ongle

Certaines maladies de peau parfois peuvent aussi toucher les ongles. Ainsi le psoriasis, qui est une maladie auto-immune assez courante (en France, environ 3 millions de personnes en souffrent), peut avoir des formes plus ou moins graves. Parfois les lésions ne persistent que quelques jours au niveau des coudes par exemple, ce qui n’est pas trop gênant. D’autres fois, le psoriasis peut être très sévère et toucher les articulations (comme dans le cas du rhumatisme psoriasique).

Il arrive que les ongles soient touchés, provoquant alors un psoriasis unguéal. Les lésions se caractérisent par des points sur l’ongle, des taches marron clair vers la base de l’ongle, puis un épaississement important du bout de l’ongle…

Le traitement d’un psoriasis peut être difficile et pénible (surtout pour les formes sévères).

Une tache ou ligne noire à ne pas négliger

Une tache ou une ligne sombre qui apparaît sur l’ongle, plus précisément sous l’ongle, ne doit pas être négligée. Si elle apparaît après un traumatisme, il y a de fortes chances que cela soit lié à la survenue d’un hématome. Si sa taille est modeste, il se résorbera tout seul (attention si cette lésion demeure).

Si une petite ligne noire apparaît de façon spontanée, mieux vaut la montrer à un médecin généraliste, ou mieux à un dermatologue. Car il est important de détecter le plus tôt possible un éventuel mélanome pour le traiter le plus tôt possible. Ce cancer qui apparaît sous un ongle, est assez rare, mais il est très préoccupant d’où la nécessité d’un dépistage et d’un diagnostic précoce.
Ce mélanome sous-unguéal est plus fréquent chez les personnes avec une peau de couleur, et après la cinquantaine.

Le cas particulier de l’hippocratisme digital, c’est quoi au juste ?
Il se caractérise par une déformation des dernières phalanges des doigts qui s’épaississent et s’élargissent. Les ongles se trouvent bombés, assez luisants. L’extrémité des doigts prend l’aspect de « baguette de tambour ».
La première fois, c’est Hippocrate qui a décrit cette maladie plusieurs siècles avant J-C, d’où le nom de cette particularité anatomique. On connaît mal ses causes. L’hippocratisme digital peut être lié à une anomalie génétique (mutation autosomique dominante touchant surtout les hommes) pouvant apparaître chez le nourrisson ou l’adolescent (ce qui est très rare).
Il existe aussi des formes dites secondaires, plus fréquentes, généralement liées à une maladie spécifique comme une sarcoïdose, un lupus, une cirrhose, une acromégalie, une endocardite, ou encore une atteinte pulmonaire qui peut être grave comme un cancer, etc. Mais parfois, on ne retrouve pas de maladie particulière sous-jacente.



publicité