publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Le dépistage de l'ostéoporose : comment traiter l'ostéoporose ?

Publié par : Elide Achille (15. décembre 2015)

Suite de l'interview du Dr Laurent Grange, président de l'AFLAR (Association Française de Lutte Anti-Rhumatismale).

Comment traiter l'ostéoporose ?

Dr Laurent Grange : Pour éviter les chutes chez les personnes âgées, il faut avant tout se préoccuper des obstacles chez eux. C’est généralement à leur domicile qu’elles se cassent le col du fémur, il y a des obstacles (le fil de téléphone, le tapis, etc) et c’est là où elles tombent.
Il y a donc tout un travail au sein du domicile des personnes âgées pour veiller que les trajets nocturnes soient bien éclairés par des veilleuses par exemple, ou enlever les tapis dangereux...

Quels sont les traitements disponibles aujourd'hui contre l'ostéoporose ?
Dr L.G : Les traitements permettent de stopper le processus de perte osseuse et de reconstituer un os de bonne qualité. Ils augmentent la densitométrie osseuse, le maintien de la bonne qualité et diminue le risque de fracture.

- Historiquement, les bisphosphonates (désormais disponibles en génériques). Ils baissent le remodelage osseux et permettent de reconstituer un os en quantité, et de bonne qualité. Ils diminuent le risque de fractures. Les cycles de traitement sont de 5 ans généralement, suite auxquels on réévalue pour savoir s’il faut continuer le traitement ou pas.

- les traitements ostéoformateurs (analogue d’une hormone : la PTH) agissent sur la formation de l’os. Ce sont des traitements onéreux, plus de 300 € par mois. Il s’agit d’une injection par jour pendant 18 mois et qui permet de reconstituer un os. Ce traitement est uniquement autorisé en France pour les patientes qui ont au moins deux fractures de vertèbre.

- Pour des patientes plus jeunes (de la ménopause à 70 ans) il y a des analogues de récepteurs aux oestrogènes (le raloxifène) qui permettent de diminuer le risque de fracture de vertèbres. Ce traitement diminue également le risque relatif de cancer du sein de 66%.

- Jusqu’à présent, il y avait aussi le ranelate de strontium qui est décrié actuellement, car il aurait de nombreux effets secondaires, notamment cardio-vasculaires. Les restrictions d’utilisation sont de plus en plus fortes : avant 80 ans, après intolérance aux bisphosphonates, sans risque cardio-vasculaire ni de thrombose. Le traitement se prend tous les jours, pendant un cycle de 5 ans. Il a prouvé son efficacité sur la prévention des fractures au niveau du col du fémur et des vertèbres.

- Un nouveau médicament est désormais disponible : le denosumab (une injection sous-cutanée deux fois par an au prix de 207 € l'unité). Enfin un nouveau médicament de 1ère génération de biothérapies dans l’ostéoporose, vient d’obtenir son remboursement en France et va permettre de renforcer l’arsenal thérapeutique pour lutter contre l’ostéoporose.



publicité