publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Pollution de l'air : les particules fines

Publié par : Elide Achille (27. juin 2016)

Les particules fines sont des sortes de poussières de compositions diverses qui sont à risque pour la santé.

Ces particules fines irritent les voies respiratoires, et peuvent aggraver la santé des personnes souffrant d'insufiisance respiratoire, d'asthme, d'allergies respiratoires, etc. Bien entendu, chez les personnes dont l'état de santé est plus vulnérable (personnes âgées, nourrissons... ou les personnes souffrant de maladies chroniques), certaines précautions sont recommandées.

En plus de leur action irritante sur les muqueuses respiratoires, ces particules peuvent transporter des substances toxiques, comme des substances cancérogènes (hydrocarbures aromatiques polycycliques). Elles risquent donc à long terme d'induire le développement de cancers.

Les différentes particules présentes dans l'air

On mesure les particules dans l’air à partir de réseaux de surveillance de la qualité de l’air qui se trouvent dans toutes les régions, AirParif pour l’Ile de France. Ces réseaux mesurent différentes tailles de particules :

  • les PM10, dont le diamètre est égal ou inférieur à 10 micromètres. Elles peuvent passer dans les voies aériennes supérieures (nez, trachée, bronches), ou elles peuvent être aussi avalées.
  • les PM2.5, qu’on appelle également « particules fines », dont le diamètre est égal ou inférieur à 2,5 micromètres. A cause de leur petite taille, ces dernières sont capables de pénétrer en profondeur dans les poumons, jusqu’aux alvéoles pulmonaires.

Ces particules proviennent essentiellement des transports, des incinérateurs, du chauffage dont le chauffage au bois, de l’usure des pneus et du macadam. Dans l’aérosol on retrouve aussi des particules qui viennent des zones rurales, des particules émises par les usines, des pollens, etc.

Le recommandations de l'OMS

Pour protéger notre santé, l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a émis des recommandations concernant la qualité de l’air ambiant. Dans ses lignes directives de 2005, elle a préconisé de tout mettre en oeuvre pour limiter au maximum les niveaux de concentration en particules en suspension. Voici les valeurs recommandées :

PM2.5

  • 10 μg/m3 moyenne annuelle
  • 25 μg/m3 moyenne sur 24 heures

PM10

  • 20 μg/m3 moyenne annuelle
  • 50 μg/m3 moyenne sur 24 heures



publicité