publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Témoignage : reconstruction du sein par DIEP : Conseils en cas de DIEP

Publié par : Elide Achille (22. mai 2012)

Suite du témoignage de Souria Adèle, comédienne et qui a eu une reconstruction mammaire par DIEP.

Pourriez-vous donner des conseils aux futures patientes opérées par le DIEP ?
Avant de se faire opérer, il faut faire attention à son poids. Si on se trouve trop grosse et que vous avez décidé de perdre 10 kilos, faites le avant si vous avez de la réserve de gras. Parce que votre nouveau sein suivra vos variations de poids, il est fait avec votre graisse. Si vous n'en avez pas assez, ne maigrissez pas trop. Dans le DIEP, le petit côté positif est que l'on perd son ventre. Il est tout plat une fois opéré.

Et quoi d'autres ?
Bien se renseigner et même trouver avant votre hospitalisation les bas de contention, la gaine. Se procurer des pansements en silicone (un peu chers) pour les cicatrices.
Et, très important, ne pas faire l'épilation définitive avant l'opération sur la peau du ventre ou dans l'aine. Il y a des poils sur ces parties, donc forcément ils repousseront sur votre sein, mais il faut faire l'épilation une fois le DIEP fini. L'épilation définitive peut être prise en charge à 100% par la sécurité sociale. A voir avec votre dermatologue.
Certaines femmes se font des tatouages pour masquer les cicatrices sur leur sein. Le sein est insensible, donc c'est à essayer. Moi-même, je vais peut-être envisager d'en faire, mais ce n'est pas urgent.
Je conseille aux femmes qui seraient intéressées par cette technique de reconstruction d'aller sur le site de l’association DIEP (www.diep.asso.fr) où tout est très bien expliqué.

D'un point de vue esthétique, quelle est votre perception de votre sein reconstruit ?

J'aime bien mon nouveau sein, il est naturel, il est à moi, il va avec moi. J'avais pris un peu de poids et il a grossi, si je maigris, il va maigrir. Il est mou, il est comme l'autre, et là je n'ai même pas fait le tatouage sur le mamelon. Cela me va très bien. Le printemps est là, je vais enfin pourvoir ressortir mes décolletés !

Lorsqu'on est comédienne a-t-on un rapport au corps et à la maladie différent ?
Le rapport à la maladie est exactement le même que pour n’importe quelle femme. Par contre, le rapport au corps est peut-être différent, parce que mon corps est mon outil de travail.
Il faut savoir qu’avant d’être comédienne, j’étais danseuse. J’ai fait du Music hall, il m‘est même arrivé d’être sein nu sur scène, j’ai aussi fait du nu artistique en noir et blanc. La partie que je préférais chez moi, c’était mes seins. Donc cette ablation a été d’une violence ! Ça a été la métamorphose. En à peine un an, j’avais perdu un sein, perdu mes cheveux et pris 10 kilos à cause d’un traitement hormonal. Je ne me reconnaissais plus.

Et vis-à-vis de votre métier ?
J’ai eu quelques tournages et à chaque fois il fallait que je raconte mon histoire à la costumière pour justifier de ne pas mettre des baleines dans un soutien gorge, de ne pas mettre un trop grand décolleté, etc. Heureusement, j’ai passé la quarantaine et mes rôles sont moins dans la séduction, mais pour une jeune comédienne, ça peut vraiment mettre un frein à sa carrière.

A lire aussi :
> L'opération du cancer du sein
> La reconstruction mammaire
> Auto-examen des seins



publicité