publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Absence du père... comment faire ? : Face à la séparation du père

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (13. septembre 2012)

Suite de l'interview du Dr Edwige Antier, sur la séparation du père...

Les jeunes parents divorcent (ou se séparent) de plus en plus. Que dire à l'enfant pour le préparer à la séparation ?
Dr Edwige Antier : Ne pas lui faire tomber le ciel sur la tête avec des mots lourds comme: « nous allons divorcer » ou « ton père et moi, on ne s'aime plus ». Mais plutôt lui dire : « papa et maman sont fatigués, ils vont avoir deux maisons. Mais ils s'aimeront toujours. » On peut ne plus s'aimer passionnément, mais il faut retrouver une relation affectueuse, au besoin grâce à un travail de médiation qui vous permettra de vous réentendre l'un l'autre.

Quel est le rôle de la mère confrontée à l'enfant qui réclame son père ?
Dr E.A. : Quelle que soit la situation, la mère doit partager le chagrin, avec le « on », qui veut dire « toi et moi », car à cet âge, on est encore fusionnel et l'on a besoin de partager les sentiments avec maman. « Oui, on aimerait le voir, papa ... Mais on ne peut pas, parce qu'en ce moment, on s'énerve (l'enfant sait que lorsqu'il se dispute avec un autre, on dit « chacun dans sa chambre ! »). Mais ça va aller mieux après, parce que j'aimerai toujours ton père... ». Si les parents suivent ces conseils, ils feront tout pour retrouver ce pour quoi ils ont voulu un enfant ensemble, car c’est ce qui a donné sens à sa vie et qu’il ne faut pas renier.

Comment l'aider à mieux vivre les séparations à répétition avec chacun de ses parents ? (à la fin du week-end, le vendredi soir, les vacances d'été...)
Dr E.A. : Chaque retour et chaque départ peuvent être d'autant plus douloureux que la communication entre les parents est difficile. Si le père donne une part de gâteau « gardée pour maman », si elle lui fait un compliment sur les chaussures qu'il a achetées... Petit à petit, le mur de glace dégèle et l'enfant peut rester à sa place d'enfant. C'est le conflit de loyauté entre les parents qui vaut de terribles agitations pendant les premières heures du retour.

Et qu'en est-il pour les ados ?

Dr E.A. : On me demande souvent s'il y a un « bon âge » pour une séparation : l’ adolescence est un cap critique. Car c'est au tour de l'enfant de se transformer, de séduire, pas à celui de ses parents. Remettre en jeu leur vie de couple l'interpelle au plus profond de lui-même. Si le père retrouve une compagne, il faut qu’il sache garder des moments de tête à tête avec son ado.



publicité