publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'adoption

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (11. février 2011)

© Jupiterimages/Pixland

Avant d'accueillir l'enfant tant attendu, le chemin est souvent long. L'adoption étant très réglementée afin d'assurer la protection des enfants, les candidats à l'adoption doivent faire preuve de patience et de ténacité. Aujourd'hui, en France, 4 enfants adoptés sur 5 proviennent de l'étranger.

Obtenir l'agrément

C'est la première étape. La demande se fait auprès du président du Conseil général de son département, au service de l'aide sociale à l'enfance, lequel instruit la demande en procédant à des enquêtes sociales, médicales et psychologiques.

Pour pouvoir adopter, si l'on est marié, il faut l'être depuis au moins 2 ans, sauf si l'un des époux à plus de 28 ans. Il faut avoir au moins 15 ans de plus que l'enfant adopté. Depuis la loi du 11 juillet 1996, l'adoption n'est plus réservée aux couples : les célibataires, veufs, divorcés... peuvent faire une demande. La loi ne reconnaît ni le concubinage, ni le Pacs.Si l'on est célibataire, il faut avoir plus de 28 ans.

Pour obtenir l'agrément, il faut attendtre un minimum d'un an. Ensuite, les délais sont différents d'un département à l'autre, et d'un pays à l'autre. Une fois l'agrément obtenu, il faut attendre entre 2 à 5 ans pour une adoption nationale, et de 2 à 3 ans pour une adoption internationale.
Lors de la délivrance de l'agrément, l'aide sociale à l'enfance communique la liste des associations agréées afin d'aider les candidats à l'adoption. Il est également possible d'entreprendre les démarches seul.

Trois possibilités sont envisageables :

> adopter un enfant pupille de l'Etat (de la D.D.A.S.S.- Direction départementale des affaires sanitaires et sociales) ;

> avoir recours à une association agréée en France pour adopter un enfant français ou étranger ;

> adopter en direct.



publicité