publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Enfant gaucher : Les conseils d'un médecin spécialiste

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (12. août 2015)

Interview du docteur Michel Galobardès, ex-chercheur en pédagogie à l'université de Toulouse.

Pourquoi est-on gaucher ?
Docteur Michel Galobardès : Avant tout, rappelons qu'être gaucher n'est ni un handicap, ni une anomalie, mais une caractéristique physiologique, une différence gestuelle et mentale à prendre en compte.
Il y a 13% de gauchers dans la population française, environ 10 filles pour 15 garçons. Le fait d’être gaucher est génétique, mais on sait aussi que la testostérone (hormone msuculine) joue un rôle là-dedans. On peut être gaucher de la main, mais droitier du pied, ou de l’œil. Ainsi, il y a des gauchers homogènes et des gauchers hétérogènes. En réalité, nous remarquons surtout les gauchers de la main, car cela peut poser des problèmes pour l’écriture.

On dit que beaucoup de gauchers connaissent des problèmes, en raison d'une éducation mal adaptée... est-ce vrai ?
Docteur M. G. : Un gaucher le restera toute sa vie, c’est pour cette raison qu’il est très important de le prendre en compte dans la pédagogie, en se souvenant que toute tentative de contrariété pourrait conduire à différentes pathologies ( bégaiement, énurésie, troubles du comportement, phobie scolaire, onychophagie, et plus tard ulcère d'estomac, migraine...).

En France, on compte, rien qu'au seul niveau de l'école primaire, 1, 5 millions d'élèves gauchers, et j’estime qu’au moins 500 000 sont en souffrance psychologique. Il faut donc que les enseignants apprennent à les aider.
 

Les gauchers et l'écriture

Un enfant gaucher aura-t-il des difficultés pour écrire ?

Docteur Michel Galobardès : L'élève gaucher, bien que tout aussi apte que le droitier, n'est pas à égalité pour les apprentissages scolaires de base : lire et écrire. Un gaucher aura des difficultés car il écrira de gauche à droite, donc contraire à son sens naturel qui serait d’écrire et de lire de droite à gauche. Mais, si on le comprend, et qu’on l’aide, il réussira à s’adapter. Pour certains, il faudra huit jours, pour d’autres, plusieurs mois. Le tout est de faire preuve de patience, même s’il se trompe de sens.

Donc le mieux est de laisser l'enfant se débrouiller seul ?
Docteur M. G. : Non, laisser faire, ne pas le contrarier est insuffisant, car l'enfant s'adaptant seul, le fait mal : cahier trop penché, torsion du poignet et scoliose compensatrice avec pathologie vertébrale.
Pour éviter les conséquences d’une mauvaise position, il vaut mieux le placer dans le rang de gauche pour qu’il puisse regarder à sa droite. Un gaucher dans une bonne position n’écrira pas mal. Il faut s’imaginer que le droitier éloigne le coude de son corps tandis que le gaucher s’en approche. C’est un geste crispant, et c’est une difficulté de plus.

Comment lui éviter un poignet tordu ?

Docteur M. G. : Pour éviter le poignet tordu, il faut décaler le cahier vers la gauche de 4 à 5 centimètres et le tourner de 15 à 30 degrés vers la droite dans le prolongement de l’avant-bras. On peut aussi en plus utiliser un guide doigt.

Il faut appliquer cette méthode dès la maternelle car la torsion met plusieurs années avant d’être visible, même si elle existe souvent déjà très tôt.

 

Et les idées reçues ?

Sera-t-il meilleur en sport ?

Docteur Michel Galobardès : Les gauchers sont meilleurs dans certains sports, et notamment ceux où il faut être rapide et où l’on se déplace de droite à gauche, comme le ping-pong, le fleuret, le tennis ou le cyclisme sur piste.

Ce phénomène s’explique par la proximité du centre moteur et du centre de la vision spatiale dans le cerveau droit chez le gaucher.
Chez le droitier en revanche, le centre de la vision spatiale est situé dans le cerveau gauche et les informations doivent donc circuler entre les deux cerveaux par le corps calleux avant de déclencher le mouvement. Le gaucher gagne ainsi de précieux centièmes.

Sera-t-il doué pour les matières artistiques ?

Docteur M. G.: Les gauchers sont bons dans les matières artistiques comme la sculpture par exemple, car ils ont une vision spatiale plus complète et plus rapide. Il existe trois types de mémoires chez l’homme : la mémoire visuelle, la mémoire auditive et la mémoire du toucher (kinesthésique).

Les gauchers ont plutôt tendance à développer le sens kinesthésique. Ils préféreront toujours qu’on leur montre les choses plutôt que de les leur expliquer. De plus, le sens de l’espace et du toucher se situe dans le cerveau droit, le plus intuitif, et celui qui est le plus stimulé chez le gaucher.

On dit que les gauchers sont des râleurs, est-ce vrai ?

Docteur M. G. : Cette réputation vient surement du fait qu’ils sont dans un monde où tout est fait pour les droitiers. C’est pour cette raison qu’il faut donner aux enfants le bon outillage. Les plus essentiels sont : le taille-crayon, la règle graduée, et la paire de ciseaux.

Imaginez la difficulté d’un enfant qui doit tirer un trait de 5 centimètres sur une règle de droitier. D’abord, le 0 ne se trouvera pas du bon côté et ensuite il ne peut pas tirer de trait, il le pousse, il a donc un défi de plus que les autres à relever.

Docteur Michel Galobardès

Docteur Michel Galobardès, ex-chercheur en pédagogie à l'université de Toulouse.



publicité