publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bien le préparer à l’arrivée du deuxième enfant : De retour chez vous

Publié par : Clémentine Fitaire (08. septembre 2011)

De retour chez vous avec votre nouveau-né, évitez d’envoyer votre aîné chez les uns et les autres à tout bout de champ, car vous pourriez lui donner l’impression de vouloir vous en débarrasser. Dans la mesure du possible, essayez de le faire participer aux activités en relation avec le bébé. S’il ne montre aucun enthousiasme à le faire, ne l’obligez surtout pas. S’il ne paraît pas très heureux de l’arrivée de ce bébé dans « sa » famille, ne lui en tenez pas rigueur, il lui faut un temps d’adaptation, plus ou moins long en fonction du tempérament de chaque enfant.

Et si l'aîné est agressif avec le petit frère ou la petite soeur...
Ne soyez pas choquée non plus si votre aîné est un peu agressif ou s’il vous annonce froidement qu’il n’aime pas son petit frère ou sa petite soeur. C’est plutôt une réaction saine que de verbaliser ce qui lui pose problème. Cela vous permet d’en discuter avec lui sans le culpabiliser.

Toutefois, posez gentiment mais fermement les limites quant à l’agressivité physique : « Tu as le droit de ne pas l’adorer pour l’instant, mais tu n’as pas le droit de le frapper. ». Expliquez-lui qu’il peut faire du mal au bébé, tout comme un très grand pourrait lui faire mal s’il agissait de la même façon avec lui.

Essayez de trouver des moments de liberté que vous pourrez passer avec lui, comme avant la venue du bébé. Il faut qu’il prenne conscience que certaines choses ont changé mais que votre amour pour lui reste intact.

Attention : associer l’aîné aux soins du petit frère ou de la petite soeur ne veut en aucun cas signifier que vous devez le responsabiliser. S’occuper de la sieste, surveiller le bain ou changer une couche doivent rester sous l'initiative d’adultes. S’il émet le souhait de donner le biberon, il peut le faire sous votre surveillance.

Même si votre aîné semble être un géant par rapport à votre nouveau-né, n’oubliez pas que c’est aussi un enfant qui a besoin d’attention et de protection.

 

Il régresse : que faire ?

Il arrive que votre enfant qui avait acquis la marche, la propreté, l’autonomie pour le sommeil, le langage... se mette soudainement à ne plus vouloir faire preuve de bonne volonté. Au pire, le voilà qui régresse !
Ne paniquez pas, ces phases sont souvent normales lors de l’arrivée d’un bébé dans une famille. L’équation est simple : « Le bébé ne sait rien faire tout seul, et papa et maman passent beaucoup de temps avec lui. Et si je devenais aussi dépendant que lui, mes parents feraient peut-être plus attention à moi ? »

Mon aîné régresse
Même s’il a l’air heureux d’avoir un petit frère ou une petite sœur, c’est une façon inconsciente de vous reprocher de passer trop de temps avec le nourrisson. Expliquez-lui qu’un bébé demande beaucoup de soins car il ne sait rien faire tout seul. Afin de lui permettre de comprendre, ressortez les photos ou des films le représentant au même âge. Montrez-lui les gestes identiques que vous faisiez avec lui et qui ne sont plus nécessaires maintenant qu’il est grand.

Mais ne lui faites pas regretter de ne plus être un bébé. Valorisez votre aîné en lui rappelant quelle chance vous avez qu’il soit grand et déjà autonome. Dites-lui à quel point vous êtes fière qu’il sache se débrouiller seul pour manger ou pour dormir, par exemple. Il devrait vite retrouver le chemin qu’il avait pris pour grandir.

 

A lire nos dossiers :
> Pipi au lit : les réponses à toutes vos questions.
> Comment aider votre enfant à devenir propre.
> Témoignages de jeunes mamans qui craquent !

 



publicité