publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bien le préparer à l’arrivée du deuxième enfant : Juste après la naissance du bébé

Publié par : Clémentine Fitaire (08. septembre 2011)

Quand vous serez à la maternité, et après la naissance de votre bébé, assurez-vous d’être prévenue par le papa, ou par celle ou celui qui viendra vous rendre visite avec le grand.

Evitez d’avoir votre nourrisson dans les bras lors de la première rencontre, afin qu’il ne se sente pas remplacé dès qu’il a eu le dos tourné. Cette première rencontre a de grandes chances d’être décevante car un nouveau-né n’est pas très intéressant aux yeux d’un tout-petit. N’hésitez pas à lui dire ou lui rappeler qu’il faudra attendre un peu avant de pouvoir jouer ensemble.

Laissez-le faire connaissance avec ce nouveau venu.

Bébé va me remplacer dans le coeur de papa et maman ?

Votre enfant peut penser que l’arrivée d’un nouveau venu va le reléguer aux oubliettes. Un tout petit n’a pas les mêmes capacités cognitives qu’un adulte, et aura probablement plus de mal à comprendre qu’un nourrisson ne risque pas de prendre sa place. Surtout que vous devez passer plus de temps à vous en occuper, ce qui est naturel puisqu’il ne sait rien faire sans votre aide. Ce n’est pas de la faute de votre aîné puisqu’il juge et analyse uniquement sur les éléments qui sont à sa disposition.

Alors que dire à son enfant à l'arrivée du deuxième ? Même s’il ne connaît rien aux fractions, il pensera intuitivement que vous avez divisé votre amour par deux. A vous de lui prouver qu’il n’en est rien. Expliquez-lui avec des mots simples que vous avez un deuxième cœur qui pousse pour le bébé et c’est comme ça que votre amour est deux fois plus grand, pour lui et pour son petit frère.

Parlez avec votre aîné pendant que vous vous occupez du bébé. Faites-lui comprendre qu’il continue à exister pour vous dans ces moments précis.

Ne le laissez pas de côté, ne l’empêchez pas de passer du temps avec le bébé, de le toucher ou de faire des câlins sous prétexte qu’il risque de transmettre les germes qu’il ne manque pas d’avoir.



publicité