publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Bien le préparer à l’arrivée du deuxième enfant : Le témoignage de Gladys

Publié par : Clémentine Fitaire (08. septembre 2011)

Témoignage de Gladys, maman de Zoé 3 ans et d'Achille 15 mois. Elle raconte comment elle a annoncé l'arrivée du deuxième enfant...

Est-ce que cela a été difficile de préparer Zoé à l'arrivée d'Achille ?

Pas tant que ça, je dis souvent que nous avons de la chance, nous avons eu des « presque jumeaux » sans l’inconvénient des jumeaux. Zoé venait de fêter son premier anniversaire quand j’ai su que j’étais enceinte. Donc finalement, elle a quasi vécu en permanence avec l’idée qu’un deuxième bébé allait agrandir la famille.

Avez-vous fait ou dit des choses particulières ?

Nous avons dit classiquement à Zoé que notre amour se dédoublait, mais elle ne paraissait pas jalouse, du moins en apparence. Zoé a aussi choisi un petit cadeau pour son frère, mais bon il s’agissait d’une poupée. Nous lui avons expliqué que son petit frère n’allait peut-être pas être enchanté à l’idée d’avoir une poupée, elle n’en a pas démordu. De notre côté, nous lui avons offert un cadeau à la naissance de son frère.

Quelles sont les erreurs que vous avez dû corriger ?

Nous avons inscrit Zoé à la crèche juste un mois avant qu’Achille ne naisse. Grossière erreur. Elle avait à peine 20 mois, et elle a vite fait d’y associer la naissance de son frère. Pendant six interminables mois, nous avons dû la laisser là-bas en pleurs. Puis la nounou d’Achille a déménagé, et il est allé à la même crèche que Zoé, et tout est rentré dans l’ordre petit à petit.

Si c'était à refaire, quels conseils pourriez-vous donner pour l'arrivée d'un deuxième enfant ?

Lors de la naissance d’Achille nous avons eu beaucoup de visites, parce que c’était le premier « petit-fils » de la famille. Jusque-là, il n’y avait eu que des filles de chaque côté. Aussi tout le monde a voulu voir Achille. Il a été submergé de cadeaux. Je sais bien que c’était sa naissance qu’on fêtait, mais j’aurais apprécié qu’on apportât une broutille à Zoé. Trois fois rien, un petit chocolat aurait été amplement suffisant pour le petit enfant qu’elle était encore. Même si elle était très petite, j’étais chagrinée des comparaisons maladroites des gens. J’avais toujours un petit mot gentil pour elle, je disais à quel point c’était une grande sœur merveilleuse. Elle appréciait parfaitement les compliments, alors elle devait certainement aussi se rendre compte qu’elle était écartée par les autres au profit de son petit frère. Heureusement qu’elle n’est pas vraiment jalouse... Il faut être très attentif à la façon dont les autres vont se comporter et essayer de ne pas laisser l’enfant vivre ce genre de blessure.

Je voudrais aussi rajouter dans ce témoignage que, même si l’aîné ne paraît pas traumatisé par la future arrivée du bébé, il faut quand même se méfier, car parfois, il peut montrer sa désapprobation autrement que par des mots ou des pleurs. Il faut être vigilant.

>> Vous voulez réagir, apporter votre témoignage ? Rendez-vous sur notre FORUM.



publicité