publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Quand l’orthophonie est nécessaire... : L'apprentissage du langage

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. janvier 2011)

L'enfant commence à se servir très tôt d'un pré-langage oral pour communiquer. Vers 6 mois les "Areuh" de bébé, que les parents traduisent en "heureux", sont les premiers sons qu'il produit.

Plus tard, en interaction avec ses parents, ses premiers babillages vont devenir des mots qui se chargent de sens, et qu'il peut transmettre pour communiquer efficacement.

Entre 12 et 18 mois, les sons commencent à ressembler à des mots et autour de 2 ans, il apprend une quantité impressionnante de mots. A plus ou moins 3 ans, l'enfant sait construire des phrases et prononcer les mots sans trop les abîmer.

On parle de retard de langage oral lorsque l'enfant ne sait pas prononcer d'autres mots que des sons ressemblant à " papa, mama " après 3 ans, qu'il semble ne pas bien comprendre ce qu'on lui dit, ou qu'il n'utilise pas son langage de façon adaptée.

 

Quand faut-il s'inquiéter ?

Les problèmes nécessitant une rééducation orthophonique sont variés. Sans dresser une liste exhaustive, sachez néanmoins que les raisons les plus fréquentes sont :

> Les troubles de l'articulation, comme des difficultés à produire les sons de la langue, les troubles de la voix ou de la parole (mauvaise prononciation des mots).

> Le retard de langage, c'est-à-dire des difficultés à construire les phrases, ou encore à retenir les mots.

> Les difficultés d'apprentissage du langage oral et/ou écrit (retard simple).

> Les troubles spécifiques du développement du langage oral (dysphasie) et/ou écrit (dyslexie).

> Le bégaiement, mieux vaut le prendre en charge le plus précocement possible afin d’éviter qu’il ne s’installe.

> Les troubles du calcul et logico-mathématiques.

> Les troubles de la déglutition, de la mastication.

> Les troubles secondaires liés à des pathologies aussi diverses que la surdité, la trisomie 21, l’infirmité motrice cérébrale (IMC), l’autisme, les défauts de prononciation et de déglutition en cas de fentes labio-palatines, de séquelles de chirurgie, de troubles de langage liés aux traumatismes crâniens (aphasies)...

Sachez que pour les jeunes enfants, une "guidance parentale" peut être proposée, afin d'aider les marents à accompagner au mieux le développement de la parole et de la communication de leur enfant en difficulté.



publicité