publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Quand l’orthophonie est nécessaire... : Le bilan orthophonique

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (05. janvier 2011)

Lors de votre premier rendez-vous, l’orthophoniste voit avec vous les raisons pour lesquelles votre enfant lui a été adressé. Ce bilan peut durer entre une et deux heures, mais peut aussi nécessiter plusieurs séances.

Un bilan complet comprend nécessairement un examen des antécédents familiaux : vous, ou l’autre parent, souffriez-vous de troubles lors de votre enfance par exemple ? Ne négligez aucun détail car même si vous pensez que la difficulté que vous aviez n’a aucun lien avec celle de votre enfant, parlez-en quand même à l’orthophoniste. Si à vos yeux la dyslexie n’a rien à voir avec le bégaiement, il est indispensable que le praticien en soit informé, lui seul sera apte à juger de l’importance du passé familial.

L’orthophoniste vous posera des questions sur l’entourage, la scolarité, voire des sujets qui vous paraîtront personnels, mais indispensables afin d’essayer de cerner le souci. Suite à cela, il pourra demander à votre enfant de pratiquer quelques « tests », et dans la mesure où votre enfant l’accepte, vous devez respecter cette demande : la suite du bilan dépend beaucoup de ces tests permettant de mesurer les difficultés rencontrées et les moyens à mettre en oeuvre pour les corriger.

Un entretien clôt ce bilan. L’orthophoniste fera alors un point concernant les troubles de votre enfant. Il vous rassurera en vous expliquant les soucis rencontrés, les points faibles, les points forts, mais aussi les démarches et la rééducation qui seront mises en place. Profitez de cet échange pour poser toutes les questions qui vous inquiètent.

 

En pratique

Le bilan orthophonique peut être prescrit par votre médecin généraliste (ou un spécialiste) si celui-ci estime que l'enfant souffre d’un trouble de l’articulation, de la parole ou du langage.

Le médecin prescrit un « bilan orthophonique » avec la mention
« suivi de rééducation si nécessaire ». C'est ensuite l’orthophoniste, au vu des résultats du bilan réalisé, qui décidera s’il y a besoin d’une rééducation, et de quel type. Il fera alors directement la demande d’entente préalable auprès de la Caisse d’assurance maladie dont dépend le patient, et en informe le médecin prescripteur.

Sachez que le bilan orthophonique est un acte médical qui est soumis, ainsi que le contenu des séances, au secret médical. Si dans le cas de troubles plus sévères, l'enfant a effectué le bilan à l’hôpital (dans un centre référent du langage), il peut être adressé en libéral avec les recommandations de prise en charge.

Le prix du bilan et des séances est variable selon la pathologie (en 2009, de 19 à 20 euros pour la rééducation des troubles de l’articulation, à 36 euros dans le cas d'une surdité). La Caisse d’assurance maladie prend en charge les séances d'orthophonie à hauteur de 60 %.
Si vous avez une mutuelle, elle peut compléter jusqu’à 100 %. Dans le cas d’affections particulières, la prise en charge par la sécurité sociale est totale. En principe l’ensemble des orthophonistes pratique des tarifs conventionnés, et donc remboursés par la sécurité sociale.

Vous pouvez envisager d’emmener votre enfant voir un orthophoniste sans passer par la case « médecin ». Mais dans ce cas, la prise en charge par la sécurité sociale ne se fera pas.

 

A lire aussi : Mon enfant souffre de phobie scolaire.



publicité