publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Pour ou contre les devoirs de vacances ? : Les conseils du pédopsychiatre

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (01. juillet 2014)

Les conseils du docteur Youssef Mourtada, pédopsychiatre.

Voyez-vous souvent en consultation des enfants pour des problèmes scolaires ?
Dans les consultations qui nous arrivent, les motifs scolaires représentent une part très importante. On voit de nombreux parents angoissés face à des enfants en échec scolaire. La réussite scolaire se retrouve au centre d’un conflit familial, surtout avec un enfant complètement perdu et culpabilisé. C’est terrible...

Quels conseils donneriez-vous aux parents, à propos des devoirs de vacances ?
Mon conseil, ce serait la prévention. Il ne faut pas attendre que l’enfant se retrouve en situation de blocage. Vous savez, la pression est tellement forte sur les petits, et ce, dès la petite section. Normalement la maternelle, c’est le temps des jeux. Et on voit des parents ou des enseignants qui demandent des redoublements. C’est trop !
Alors nous, thérapeutes, ce que nous essayons de faire, c’est remettre chacun à sa place. Aider les adultes à réintégrer leur rôle de parent. Il ne faut pas que la réussite scolaire devienne un enjeu de réussite pour les parents. L’école, c’est l’espace propre de l’enfant. L’éducation, c’est le rôle des parents. Mais la méthode des parents ne doit pas être celle des enseignants. Le pire, c’est de jouer à l’école à la maison : l’espace scolaire ne doit pas envahir l’espace familial.


Pour vous, le jeu est un bon moyen d'apprentissage ?
C’est peut-être le meilleur... non ? Et c’est là que les parents ont à intervenir. Ils ont le droit de jouer avec leurs enfants. Ils peuvent leur apprendre des tas de choses, en jouant, en racontant, en faisant des câlins. En les rassurant, aussi. Le problème, bien souvent, c’est l’inversion ou la confusion des rôles. Des parents qui se plaignent tout le temps devant leurs enfants, qui leur font porter leurs angoisses ou qui reportent leurs propres inquiétudes sur l’espace scolaire de l’enfant.
Les problèmes des adultes doivent rester entre adultes. Il y a mille façons de faire apprendre une leçon de grammaire ou de géographie à un enfant. Il y a la manière scolaire et il y a le jeu. Il y a le plaisir d’apprendre. Les enfants portent ça en eux, cette curiosité, ce désir de bien faire et d’apprendre.

Et les cahiers de vacances, vous en pensez quoi ?
Tout dépend de comment on les utilise. Généralement, ils sont plutôt bien faits. Mais, si la maman veut jouer à la maîtresse, ça ne va plus. Cela devient une corvée. Et il y a confusion des rôles. Je ne suis pas contre les cahiers de vacances. Je suis pour que les parents ne se défaussent pas sur ces cahiers, c'est-à-dire qu'ils gardent leur rôle de parents. Ce n’est pas parce qu’ils vont payer très cher des profs pendant les vacances, des cours parascolaires, des cahiers de toutes sortes, qu’ils seront pour autant responsables. Elle est souvent là, la confusion. Les parents paient pour leur enfant, mais se déchargent de leur rôle de parents sur d’autres. C’est ça qui conduit bien souvent à l’échec, et au cabinet du psy.

 

A lire aussi : 
> L'échec scolaire 
> Comment un enfant apprend à lire ? 
> Quand emmener son enfant chez un psy ?

Sources et notes
- Dominique Glasman, Le travail des élèves pour l'école en dehors de l'école, Rapport établi à la demande du Haut conseil de l'évaluation de l'école, décembre 2004.



publicité