publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

L'échec scolaire : les causes

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (18. novembre 2016)

Les causes de l'échec scolaire sont multiples. Il n'existe pas de profil-type de l'enfant en difficulté, cet échec peut se traduire de multiples façons :

1. Les difficultés d'apprentissage 

Les difficultés d'apprentissage de la lecture, du calcul, de la logique sont diverses. Même s'il ne faut pas paniquer et tout de suite penser à un problème spécifique, il convient d'être vigilant.

Certains élèves souffrent de dyslexie, ils confondent certaines lettres et ne parviennent pas à les dissocier. D'autres enfants présentent une dyscalculie qui se traduit par un échec dans l'apprentissage des premiers éléments de calcul. D'autres élèves souffrent de dysorthographie, ils ont du mal à adapter les règles d'orthographe élémentaires et font beaucoup de fautes d'orthographe.
Certains enfants accumulent les difficultés en français et mathématiques, car les difficultés de compréhension de la langue les empêchent de saisir les énoncés.

Il est ainsi essentiel de proposer un bilan orthographique complet, permettant de cibler les difficultés rencontrées par l'enfant. Certains orthophonistes disposent d'une formation particulière (Groupe d'Etude sur la Psychopathologie des Activités Logico-mathématiques, GEPALM) qui leur permet d'aider les enfants aussi bien en logique qu'en mathématiques.

2. La phobie scolaire 

Il s'agit d'un enfant qui, brutalement ou progressivement, ne veut plus aller à l'école, alors qu'à la maison il ne refuse jamais de travailler. C'est ce qui distingue la phobie scolaire du refus scolaire. Avant d'aller à l'école, l'enfant peut présenter des signes physiques d'angoisse : tachycardie, nausées, pâleur, maux de ventre... et justifier ainsi son refus de se rendre à l'école. Il ne s'agit pas d'un caprice mais bien d'une véritable phobie. Elle semble plus fréquente chez les garçons et les enfants de 5 à 13 ans.

La phobie peut être déclenchée par un traumatisme provoqué par un événement particulier (racket, violence physique...). Dans ce cas, dès que l'enfant se sentira à nouveau en sécurité, sa peur disparaîtra. D'autres fois, les origines sont plus difficiles à identifier.

Il peut être utile de rencontrer l'enseignant ou l'un des enseignants de l'enfant, qui pourra peut être vous éclairer sur l'origine du problème.
En revanche, si la phobie persiste de façon disproportionnée, n'hésitez pas à consulter un pédopsychiatre ou un psychologue. La phobie scolaire n'est pas un problème à négliger car elle peut entraîner un repli sur soi, une désocialisation, une dépression... avec alors un échec scolaire.

3. Les enfants précoces 

Un enfant est dit précoce lorsqu'il est mentalement en avance par rapport aux autres enfants. Les enfants précoces obtiennent des quotients intellectuels supérieurs à 130. Ces enfants peuvent connaître un échec scolaire, car l'enseignement dans une classe classique de leur âge, n'est pas vraiment adapté à leur désir d'apprendre, ni à leurs capacités...

4. Le redoublement 

Il a pour but de favoriser l'apprentissage des notions non acquises, et de permettre à l'enfant de se trouver en situation de réussite scolaire. Le redoublement prend en compte le fait que chaque enfant est différent et a son rythme propre. C'est parfois lié à une question de maturité : certains enfants ont besoin de quelques mois, voire d'une année pour assimiler les notions apprises en classe.

Cependant, le redoublement n'a pas toujours les effets escomptés. S'il peut être bénéfique pour certains enfants qui le vivent comme une chance de réussite, d'autres au contraire le vivent comme un échec. Dans certains cas, le redoublement peut être générateur de stress pour l'enfant et la famille. Les enfants perçoivent parfois le redoublement négativement et n'en voient pas les avantages.

Le redoublement est une décision qui doit être envisagée par les parents et l'enfant, et avec l'équipe enseignante, en s'appuyant éventuellement sur un bilan psychologique projectif.
S'il s'avère que le redoublement atteigne profondément l'enfant, il sera donc préférable de lui faire rattraper ses lacunes pendant les vacances scolaires, ou, en fonction de son âge, d'envisager une ré-orientation scolaire.

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Enfant, Psychologie ou Un médecin vous répond !

A lire aussi : 
> Aller chez un psy : commenr trouver le bon ?
La violence l'école : un problème de moins en moins marginal 
> TDAH : Votre enfant est-il hyperactif ?



publicité