publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Etre parents - éducation des enfants, psychologie et autorité

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (04. septembre 2012)

© Jupiterimages/iStockphoto

Face à un enfant qui jour après jour gagne en autonomie, s'affirme et construit sa personnalité, il est parfois difficile de savoir comment agir. Malheureusement, il n'existe pas de règle absolue en matière d'éducation ; tout est souvent question d'équilibre et de communication.

  

L'autorité

L'enfant a besoin d'être guidé : il ignore ce qui est le mieux pour lui. L'autorité, c'est ce qui permet à l'enfant d'assimiler les interdits fondamentaux liés à la sociabilisation. La frustration est une expérience indispensable au développement de l'enfant : pour vivre en société, il doit apprendre à renoncer à la satisfaction immédiate de tous ses désirs.

Il faut également garder à l'esprit qu'amour et autorité sont compatibles : l'un découle même de l'autre. En effet, c'est parce que vous aimez votre enfant que vous lui fixez des interdits, pour sa sécurité, son bien-être. Mettre des barrières sur le chemin de l'enfant, c'est aussi l'aider à avancer : un chemin balisé est rassurant, l'enfant gagnera en confiance, et sera mieux paré pour son autonomie. Sans autorité, l'enfant peut aussi se sentir négligé, abandonné.

Comment exercer son autorité ?
L'ingrédient essentiel de l'autorité est la communication : une interdiction pure et simple, sans explication, n'a aucun sens pour l'enfant, elle est donc inutile, voire nuisible. Il est important d'expliquer clairement, simplement, pourquoi vous interdisez à votre enfant telle ou telle chose.

Il est également important que les parents soient d'accord entre eux : si l'enfant entend un « oui » d'un côté, et un « non » de l'autre, il n'obéira jamais et saura vite jouer sur votre désaccord.
Toujours dans ce souci de cohérence, l'autorité implique que vous-même, parents, vous appliquiez les règles imposées à votre enfant.
Ne l'oubliez pas : vous êtes un modèle pour lui.

Toutefois, il est important de laisser une marge d'action à l'enfant – en toute sécurité bien sûr : c'est ce que Françoise Dolto appelle la « prise de risque ».
Il ne faut pas non plus frustrer l'enfant avec des interdictions toujours plus nombreuses au fil des jours : l'enfant doit pouvoir forger sa propre expérience. L'échec a également des vertus éducatives.

Enfin, il ne faut pas confondre autorité et autoritarisme. Vous devenez autoritaire si vous inspirez un sentiment de peur chez l'enfant, si vos consignes sont édictées de manière illogique, si elles sont injustes, si vous interdisez chez l'enfant toute expression de ses humeurs ou de ses états d'âme.



publicité