publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Violence à l'école : La violence en milieu scolaire

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (07. octobre 2015)

Les différentes formes de violence en milieu scolaire

En France, la violence à l’école répond à plusieurs critères qui vont du simple rejet, au harcèlement et au racket, ou à des coups ponctuels, aux conséquences pouvant être tragiques, en passant par l’indifférence et/ou les moqueries entre camarades. La violence se traduit par un événement ou une accumulation d’événements (minimes ou pas) prenant un enfant comme cible, lequel dans l’incapacité de se défendre, finit par vivre dans un climat de terreur.

Chahut ou violence ?

Peut-on parler de violence quand deux enfants chahutent dans la cour d’école ? Non, si cela est exceptionnel et que les jeunes concernés ne sont pas toujours les mêmes et surtout si le chahut n’a rien de violent.

La violence à l’école prend forme quand un enfant a un ascendant sur un autre. Ce phénomène entraîne l’isolement de l’opprimé puisque les camarades à leur tour ne souhaitent pas s’afficher avec celui-ci, le poussant encore plus dans la spirale de l‘exclusion.

Les parents d’un enfant violent auront tendance à minimiser les faits, là où les parents de la victime ne toléreront pas la moindre incivilité envers leur enfant. Par exemple, un enfant qui n’est pas invité à une fête d’anniversaire, n’est pas violenté, sauf si cela entre dans un processus volontaire de nuire en l’excluant systématiquement de toute complicité avec les copains.

Il faut savoir mesure garder et c’est pour cela qu’il y a des spécialistes qui définissent à quel moment prend fin le chahut (jeux d’enfants entre individus de force équivalente) pour devenir de la violence. Enfin, il faut avoir à l’esprit que le harcèlement est l’accumulation d’actes et de paroles répétés qui ont pour objectif de nuire, de faire souffrir l’autre.


>



publicité