publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Comment scolariser mon enfant handicapé ? : Les différents types de scolarisation

Publié par : Elide Achille (02. septembre 2013)

Le mode de scolarisation dépend du handicap de l'enfant, mais pas seulement. C’est pourquoi chaque orientation est envisagée au cas par cas par la Commission des droits et de l’autonomie des personnes handicapées (CDAPH).

La CDAPH peut proposer une orientation en milieu ordinaire ou en milieu spécialisé.

En milieu ordinaire, deux types de scolarisation sont possibles :
> La scolarité « individuelle » : l’enfant est scolarisé dans une classe ordinaire avec des enfants sans handicap. Il peut éventuellement être accompagné d’un auxiliaire de vie scolaire - AVS (à temps partiel). Problème : ces auxiliaires de vie scolaire ne sont pas assez nombreux...

> La scolarité « collective » : l’enfant est scolarisé au sein d’une école ordinaire dans une classe spécialisée. Ces classes spécialisées de l’Education nationale sont encadrées par un enseignant spécialisé et un AVS (dit collectif) et comptent 12 élèves maximum. On parle de CLIS (classe pour l’inclusion scolaire) durant le cycle élémentaire, et d’ULIS (unité localisée pour l’inclusion scolaire) dans le second degré.

Pour ces enfants scolarisés en milieu ordinaire, un service mobile, le SESSAD (Service d’éducation et de soins spécialisés à domicile), constitué d’une équipe pluridisciplinaire (éducateur spécialisé, psychomotricien, kinésithérapeute, orthophoniste, psychologue, ergothérapeute...) peut se déplacer pour aller prodiguer des soins spécifiques à l’enfant, le plus souvent à l’école.

Parfois les enfants bénéficient seulement d’une scolarisation à temps partiel. Mais ceci n’est pas satisfaisant en termes de développement et d’intégration.

La bonne volonté du directeur d’établissement joue un rôle important concernant la scolarisation des enfants handicapés. Il est en lien avec la MDPH pour mettre en place les moyens de compensation.

Actuellement les enseignants ne sont pas du tout formés au handicap. De ce fait, ils ne se sentent pas forcément capables de s'occuper d'un enfant handicapé, ce qui suscite parfois une certaine crainte. D’autant plus que tous les enfants ne peuvent avoir un AVS et que ceux-ci ne sont pas là qu'à temps partiel.

La loi 2005 prône la scolarisation en milieu ordinaire. Effectivement, cela permet aux enfants handicapés de côtoyer des enfants sans handicap et de ne pas les couper du monde. La plupart du temps, cela leur est bénéfique. Mais il ne faut pas oublier que chaque cas est différent. Il ne faut pas vouloir à tout prix une scolarisation « normale » si l’enfant n’y est pas adapté.

En milieu spécialisé, il y a principalement deux structures médico-sociales :
> Les instituts d’éducation motrice (IEM).

> Les instituts médico-éducatifs (IME).

Les IEM accueillent les enfants ayant une déficience motrice, alors que les IME ceux ayant une déficience mentale.

Au sein des ces institutions (rattachées au ministère de la Santé), les enfants bénéficient d’une prise en charge globale comprenant les soins et l’éducation scolaire.

L’enseignement peut également être réalisé à domicile par les parents avec l’aide d’une association ou du CNED (Centre national d’enseignement à distance).

A lire aussi :
> Autisme : pour une meilleure prise en charge
> Quand l'orthophonie est nécessaire



publicité