publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Séparation des parents, que dire aux enfants ? : Tout dépend de l'âge

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (07. septembre 2011)

Il est bien évident que l’on ne va pas annoncer une séparation ou un divorce à un enfant de deux ans de la même manière qu’on le ferait à un adolescent. Les mots ne sont pas les mêmes. Cependant, quelque soit l’âge, l’intention doit rester la même : dire la vérité sans entrer dans les détails, et se placer dans le respect de l’autre.

A tous les âges, l'enfant comprend

Ce n’est pas parce que votre enfant est très jeune, au moment de la séparation, qu’il ne va pas comprendre. Ce n’est pas parce que vous pensez qu’il ne gardera même pas de souvenir de cette union, qu’il n’est pas nécessaire de parler. Au contraire. Votre enfant est petit, tout petit peut-être. Mais il perçoit vos émotions avec beaucoup d’acuité. Il est dans la sensibilité totale.

Un adolescent, toujours fragile, aura tendance à tirer son épingle du jeu. Ne croyez pas, parce qu’il ne réagit pas, ou parce qu’il ne réagit pas tel que vous l’aviez imaginé, qu’il ne ressent rien. Quel que soit l’âge de votre enfant, la séparation de ses parents constitue un événement majeur. A vous de trouver les mots qui pourront le plus l’apaiser... en fonction de l'âge.

Auprès d'un tout petit

Même si votre enfant est tout petit, même s'il est à l'âge d'avant le langage, il est important que vous lui parliez ensemble, tous les deux. Certes, les mots ne seront peut-être pas compris, comme ils le seraient d'un plus grand. Parlez-lui avec des mots simples, des phrases courtes. Souriez-lui. Rassurez-le. La trace orale est importante, même chez le tout petit.

Attention au ton que vous allez utiliser. S'il ne comprend pas encore les mots, il comprend très bien l'intention portée par ces mots. Vous devez donc vous montrer calmes et rassurants. Vous devez vous montrer aimants. Expliquez-lui qu'il aura désormais deux maisons et toujours deux parents qui vont continuer à s'occuper de lui.

Entre 3 et 6 ans

Vous vous souvenez du bon docteur Freud. Il nous l’a expliqué : entre trois et six ans, s’opère chez les petits enfants, ce qu’il a appelé le complexe d’oedipe. Les petites filles ont très envie de prendre la place de leur maman et d’être aimées comme de petites femmes de leur papa. Et pour les garçons, c’est l’inverse. Ils adoreraient prendre la place du père. Cet âge est la période de l’extrême fragilité affective.

Attention à leur émotion
Entre trois et six ans, les enfants sont totalement dans l’émotion. Attention notamment pour les mamans de ne pas se poser en victime face au père. Le petit garçon pourrait en avoir sa personnalité perturbée. Voyant sa maman victime, il aurait envie de se porter à sa défense. De la protéger. Les émotions seraient alors contradictoires, entre amour et haine, entre désir de protection et impuissance. Mais de toute façon, productrices de culpabilité.

Attention donc au chantage affectif, à cet âge. Vous devez le protéger. Et pour cela, vous montrer, chacun, respectueux de l’autre. Pas de bourreau, pas de victime. Juste deux adultes qui ont pris la décision de ne plus vivre sous le même toit.

Après 6 ans

Une séparation pour un enfant de plus de six ans, est toujours un moment difficile. Cependant, l'implication d'un enfant de cet âge dans la séparation de ses parents, sera moins essentielle qu'auparavant.

Donner des repères
Certes, il reste en pleine période de construction de son identité. Mais pas au même niveau psychologique. Avant six ans, c'est l'âge de la détermination sexuelle, la période oedipienne. Après six ans, le travail est déjà fait. L'enfant sera donc plus intéressé, à cet âge-là, par son lieu de résidence, par exemple. Et, c'est avec ce genre d'informations que vous allez pouvoir le rassurer. Vous allez lui expliquer où il va habiter. Avec qui. Comment est la maison. Comment sont les deux maisons qui vont être les siennes. Vous allez lui expliquer à quelle fréquence il va pouvoir retrouver l'un ou l'autre de ses deux parents. Et à quel endroit. Lui montrer, à ce moment-là, que les décisions ont été réfléchies, que tout a été préparé pour lui. C'est rassurant.

L'idéal est d'attendre d'avoir tout organisé pour sa garde, avant de lui faire cette annonce de la séparation. Il pourra ainsi vérifier concrètement qu'il est bien l'enfant, et vous les parents.

A l'adolescence

Encore une fois, quel que soit l’âge, l’annonce d’une séparation est toujours un moment difficile. Cependant, rassurez-vous, votre ado est en fin de construction. Même si c’est l’âge où s’expriment des fragilités, ce n’est pas l’âge le plus sensible.

Il faut savoir s'organiser
Ce qui intéresse un adolescent, en premier lieu, c’est tout ce qui touche à l’organisationnel. Ce qu’il veut savoir, c’est s’il va garder ses copains, s’il va rester dans le même collège, poursuivre ses activités sportives. Voire qui va lui donner son argent de poche ou payer les factures de son mobile... C’est donc à cet endroit de l’organisation que vous allez pouvoir le rassurer. Tout ce qui concerne son mode de vie l’intéresse. Il sait, depuis longtemps déjà, qui est son père et qui est sa mère. Il a bien intégré que le divorce était un épisode fréquent de la vie des familles. Il a déjà de nombreux copains qui se trouvent dans la même situation. Du point de vue social, pas de mise à l’index. Il restera dans la norme. Du point de vue affectif, si les parents ne jouent pas aux jeux de bourreaux et de victimes, il est solide. C’est donc la stabilité matérielle qui pourra le rassurer, même si la souffrance visible des parents peut le fragiliser.

A lire aussi nos autres dossiers :
> Ados : que faire quand on est parent ?
> Vaincre ses angoisses, phobies et anxiétés !
> Quelle psychothérapie choisir ?



publicité