publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Alimentation trop acide : comment retrouver l’équilibre acido-basique ?

Publié par : rédaction Onmeda (21. décembre 2016)

© Shutterstock

On ne le sait pas forcément mais la viande, le chocolat, les lentilles, les bonbons et même le stress libèrent des acides dans notre estomac et provoquent dans notre corps des dérèglements potentiellement invalidants. Il est donc essentiel de gérer notre équilibre acido-basique  en reconnaissant les « producteurs d’acides » et en sachant les compenser.

Nous sommes tous concernés par l’hyper-acidité de notre corps. Sauf si l’on vit à la campagne, si l’on est immunisé contre le stress et la pollution, et si l’on a adopté une alimentation rigoureuse sans sucreries, céréales ou protéines. Ce qui est plutôt rare semble-t-il ! À l’inverse, lorsque l’on consomme de l’acide en excès, on a la peau sèche, les ongles cassants, on se sent fatigué, on a toujours froid, etc. Certaines pathologies inflammatoires peuvent également apparaître, telles que les tendinites, l’arthrite, les rhumatismes et même les cancers ou les maladies dégénératives.

Florence Muller, naturopathe à Champigny-sur-Marne, nous explique comment reconnaître les aliments acides des aliments basiques, et comment retrouver un équilibre acido-basique.

Les aliments acides qu’il faut limiter dans notre alimentation 

Le cacao, la viande rouge, les charcuteries, les abats, le gibier, le fromage, les produits laitiers, le soja, les lentilles, les céréales, les boissons industrielles sucrées, le café, le sucre blanc, les bonbons, les biscuits industriels mais aussi certains fruits et légumes comme les agrumes, les pommes vertes, le kiwi, l’ananas, l’asperge, la rhubarbe et l’oseille.

« Pas de panique, prévient Florence Muller, il ne s’agit pas de la politique du tout ou rien. L’important est de trouver un équilibre acido-basique. Il n’y a pas d’aliment à bannir ou à diaboliser, il convient seulement de les reconnaître et de contrebalancer l’acidification par des aliments basiques».

Les aliments basiques ou alcalins qui compensent les aliments acides 

Les légumes verts et colorés comme la carotte (sauf la tomate), les pommes de terre, les bananes, les châtaignes, les oléagineux tels que les amandes ou les noix du Brésil, les graines germées, la poudre d’huîtres, les algues, les fruits secs bio (sauf ceux qui sont acides au goût, comme les abricots ou les pommes vertes), les olives noires à l’huile, l’avocat, le sucre brun, les huiles pressées à froid.

Le stress, premier facteur d’acidité

Il n’y a pas que l’alimentation qui est source d’acidité. Notre propre métabolisme et nos comportements entrent également en jeu. Le stress, la sédentarité, une mauvaise respiration sont facteurs d’acidité. Le stress bloque le métabolisme digestif et ainsi augmente la production d’acides. « On ne peut pas toujours éviter les sources de stress, prévient Florence Muller, mais on peut apprendre à le gérer et à se relaxer. On peut prendre un bain chaud pour se décontracter, respirer des huiles essentielles, recourir à certaines plantes comme la valériane ou la passiflore, ou encore utiliser des élixirs floraux (Fleurs de Bach). »

Enfin, ne vous culpabilisez pas si vous consommez des aliments acides, et ne vous frustrez pas. Le mieux est de déterminer un programme d’aliments et une hygiène de vie adaptés à votre tempérament et à votre constitution génétique. Un naturopathe peut vous aider à définir ce bilan de vitalité.

Auteur : Sylvie Mahenc

Florence Mullernaturopathe, fait partie des praticiens sélectionnés et validés du site Médoucine.com, la médecine douce en toute confiance.

BanniereMedoucine

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans nos FORUMS Nutrition ou Un médecin vous répond.

A lire aussi : 

10 faits scientifiques à connaître sur les protéines animales (et végétales)
Et si l'on sucrait autrement
Des exercices pour une bonne respiration
Les régimes "sans" sont-ils bons pour notre santé


publicité