publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Rêves et cauchemars : Pourquoi rêve-t-on ?

Publié par : Clémentine Fitaire (30. septembre 2015)

> À quoi sert le rêve ?

Le rôle exact du rêve est toujours inconnu, même si les recherches dans ce domaine avancent.

Récemment en effet, des expériences ont permis de constater une activité cérébrale intense au cours du sommeil paradoxal, comparable à celle observée au cours de l’apprentissage d’une tâche dans la journée. Cela conduirait à penser que l’un des rôles importants du rêve serait de favoriser la mémorisation, à court et long terme, des actes vécus dans la vie.

> Pourquoi ne se souvient-on pas toujours de ses rêves ?

Il y a plusieurs paramètres qui influent sur le fait que l’on se souvienne ou non de son rêve.

Tout d’abord, le moment durant lequel on se réveille. En effet, si l’on se réveille pendant la phase de sommeil paradoxal (phase des rêves), il y a 80% de chance que l’on s’en souvienne, contre 20% si l’on émerge dans une autre phase.

Mais chaque individu est différent : certains se souviennent toujours de leurs rêves, d’autres n’en conservent aucune trace. Cela peut dépendre de l’intérêt de chacun pour le monde onirique, ou tout simplement d’une différence dans les capacités à mémoriser.

En effet, comme l’explique le Pr Joël Paquereau, neurophysiologiste : "se souvenir de son rêve ne présenterait pour l'organisme aucun intérêt particulier en termes de survie de l'individu. Au contraire, le souvenir d'un rêve peut être considéré comme une occupation inadaptée, voire inutile de notre capacité de mémoire, au même titre que des données totalement inutiles peuvent encombrer la mémoire d'un ordinateur."

Certains possèdent une mémoire d’éléphant dans la vie de tous les jours, d’autres pas... et bien c’est pareil pour la mémorisation des rêves !

 

Les phases du sommeil

Le sommeil se divise en plusieurs stades successifs. L'analyse de ces différents stades permet de mieux comprendre comment, et à quel moment l'on rêve...

Les phases du sommeil

> Stade 1 : L’endormissement dure quelques minutes. Les mouvements du corps diminuent, et l’esprit plonge dans un état de semi-conscience.

> Stade 2 : Le sommeil léger représente environ la moitié du sommeil total. Le corps est immobile, mais l’individu reste réceptif aux stimuli extérieurs (il peut se réveiller facilement).

> Stade 3 : Le sommeil profond représente environ un quart du sommeil total. Le rythme cardiaque est ralenti et la respiration est régulière.

> Stade 4 : Le sommeil paradoxal est la période durant laquelle on observe de rapides mouvements oculaires, et une activité cérébrale très importante. Tout le reste du corps est quasiment immobile, d'où ce terme de sommeil paradoxal. C’est durant cette phase qui dure à peu près un quart d’heure, que beaucoup des rêves surviennent et peuvent être mémorisés.

Toutes les 90 minutes environ, le cycle se répète, plusieurs fois dans la nuit, jusqu’au réveil. La phase paradoxale représente à peu près 2 heures de la durée totale du sommeil.
Mis bout à bout, l’être humain passerait donc en moyenne plus de 6 ans de sa vie à rêver !

A lire aussi notre dossier : Les cycles du sommeil


publicité