publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

La lune : quels effets sur la santé ? : Lune et santé de la femme

Publié par : Clémentine Fitaire (12. octobre 2011)

Interview du Dr Henry Puget, médecin généraliste et auteur de "Lune et Santé : mode d'emploi", éd. Minerva.

Vous expliquez que les soirs de pleine lune connaissent une recrudescence des cystites et des infections urinaires...
H.P : La cystite ou inflammation aiguë ou chronique de la vessie est causée dans la plupart des cas par des germes ou colibacilles (Escherichia coli).

Ces germes sont présents de manière naturelle dans l'organisme de la plupart des femmes qui n'ont aucun problème si leurs défenses immunitaires sont élevées.

Le PH d'un organisme est environ de 7. Un PH bas est considéré comme acide, un PH trop élevé comme alcalin.

La pleine lune élève le PH qui devient alcalin, et les colibacilles préfèrent cela (les urines sont alcalines).

Les preuves scientifiques ont été rapportées par Jeanne Rousseau, docteur en pharmacie.

Le cycle de la femme est généralement de 28 jours, celui de la lune, de 29 jours. Cette similitude en a intrigué plus d'un et a souvent mené à faire des rapprochements...
H.P. :
Le cycle menstruel moyen de la femme correspond à peu près au mois lunaire dans les pays occidentaux. Chez les femmes indiennes, il est plus long. Je pense qu'il n'y a aucune conséquence scientifiquement prouvée.

Dans votre ouvrage, vous expliquez que le syndrome prémenstruel n'est pas le même lorsque la lune est croissante ou décroissante. Pouvez-vous nous expliquer ?

H.P. : Le syndrome prémenstruel se caractérise par 3 types de symptômes : une tension mammaire, une tension abdomino-pelvienne et une tension psychique.
En lune croissante et en pleine lune, une vasodilatation se produit, ce qui accentue le gonflement des seins, un œdème interstitiel se constitue entraînant des phénomènes de lourdeur et de ballonnement abdomino-pelvien, un dérèglement de l' hypothalamus causé par le rayonnement électromagnétique beaucoup plus prononcé à cette période.

En lune décroissante, ces phénomènes n'existent plus : la vasodilatation ne se produit plus, l'œdème interstitiel disparaît et l'hypothalamus redevient "normal" car le rayonnement électromagnétique diminue fortement.


publicité