publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Insomniaque : les raisons

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (06. avril 2016)

Toutes les formes de stress peuvent causer une hyperstimulation du système d’éveil : le bruit, l’anxiété, un traumatisme, une hyperactivité intellectuelle ou physique, etc...

Il existe deux grandes raisons d’insomnies :

  • Les insomnies d'origine organique : elles touchent les personnes qui souffrent de mouvements périodiques des jambes ou d’apnées du sommeil, par exemple.
  • Les insomnies d'origine psychologique : celles-ci concernent plutôt les sujets anxieux ou dépressifs, ou encore ceux qui souffrent de certains troubles psycho-physiologiques pas toujours bien déterminés.

Pour ceux qui la subissent, l'insomnie se traduit souvent de deux manières :

  • des difficultés d'endormissement, généralement accompagnées de multiples réveils nocturnes ;
  • une somnolence et une fatigue plus ou moins intenses pendant la journée, conqéquence directe du manque de sommeil. On note aussi parfois des difficultés de concentration, voire des troubles de l'attention et de la mémoire.

Plus grave, cette fatigue peut avoir des conséquences mettant directement en danger la santé du malade : une somnolence excessive est en effet une cause importante d’accidents de la route.

Comment devient-on insomniaque ?

Le premier stade est souvent une insomnie dite réactionnelle. Elle peut être liée à un traumatisme, un deuil, une perte d’emploi, etc.
Dans ce cas, la prise d'un somnifère sur une courte période (trois semaines à un mois maximum) peut s'avérer bénéfique : chez la plupart des sujets, l'insomnie s’améliore et disparaît avec le temps.

Dans le cas d’une insomnie chronique, le problème est différent, car ici la cause n’est pas toujours identifiable. Dans bon nombre de cas néanmoins, on retrouve des facteurs communs : il s'agit généralement là aussi d'un événement traumatisant (deuil, licenciement, divorce, rupture...), qui entraîne une insomnie banale et occasionnelle.

Chez les sujets plus "à risque", c'est-à-dire ceux dont le degré d’anxiété est accru (l'origine du stress n'étant ici pas nécessairement pathologique), le trouble risque de s'installer si la prescription d'hypnotiques est inadéquate.
De même, leur arrêt brutal peut entraîner une "insomnie de rebond" qui va conduire à une reprise du médicament. Un cercle vicieux s’installe, et l’insomnie devient alors chronique.

Dans cette hypothèse, l’événement traumatisant de départ a de moins en moins d’impact sur le symptôme, mais une dépendance aux hypnotiques s'installe : le médicament en lui-même est inefficace, mais il agit comme support pour faciliter l’endormissement ou le maintien du sommeil. A cela, deux conséquences :

  • Les doses d'hypnotiques doivent être augmentées, l'activité de la journée étant alors altérée par un état permanent de somnolence.
  • L'insomnie devient une maladie chronique, difficile à traiter.

 

Si vous voulez réagir, apporter votre témoignage ou poser une question ? Rendez vous dans notre FORUM Sommeil et Fatigue.

A lire ausi : 
> Insomnie : quand le sommeil fait défaut 
> Comprendre les troubles du sommeil
> Pourquoi avons-nous sommeil ?


publicité