publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Massage thaïlandais

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (09. février 2012)

© Jupiterimages/iStockphoto

Très éloigné de l'image sulfureuse qu'on lui attribue souvent, le véritable massage thaïlandais est un soin de prévention. En Thaïlande, il est d'ailleurs pratiqué en milieu hospitalier et reconnu comme soin thérapeutique par le Ministère de la Santé.

Wassana, directrice de l'unique institut de massage thaïlandais agréé par l'Ambassade de Thaïlande à Paris, nous fait découvrir les principes et les vertus de ce massage.

Le Nuad Bo'Rarn

Vieux de plus de 2500 ans, le Nuad Bo'Rarn, ou massage traditionnel thaï, est un massage énergétique. A l'instar de la médecine traditionnelle chinoise, la médecine traditionnelle thaïlandaise repose en effet sur le principe d'une énergie vitale, ou « prana », qui traverse le corps. Un Nuad Bo'Rarn réalisé dans les règles de l'art favorise la circulation du prana dans tout l'organisme, en « chassant les énergies négatives et en récupérant de l'énergie positive », explique Wassana.

La combinaison de différentes techniques

Le massage traditionnel thaï a su prendre le meilleur des techniques de massage de ses voisins – Inde, Chine, Japon... - pour créer un massage unique, complet. Ainsi, le Nuod Bo'Rarn est un savant mélange de pétrissage musculaire, d'acupressure, de réflexologie et d' hatha-yoga.

Ce massage recourt à de nombreuses pressions des paumes sur les zones larges, ainsi que des pressions des pouces, plus précises, sur les points ou lignes d'énergie nommées « sen » (les méridiens des systèmes chinois d'acupuncture, d'acupressure et du shiatsu Japonais). Sur les quelques 72 000 pranas-nadi, ou lignes d'énergie, qui parcourent notre corps, 10 sont travaillées lors du massage thaï, précise Wassana.

Quant aux étirements et mobilisations empruntés aux quelques 109 positions du yoga, ils permettent de détendre les muscles et articulations. Les étirements positionnent les membres afin de mieux travailler sur les lignes sen. Dans cette sorte de « yoga à deux », le masseur, véritable chef d'orchestre de son corps et du nôtre, utilise non seulement ses mains, mais aussi ses pieds, ses genoux, ses coudes. Tout en douceur, sans accroc, il accompagne notre corps dans différentes postures. Les mises en tension articulaires libèrent en douceur le corps de ses raideurs, et les compressions articulatoires pratiquée à l'aine, aux aisselles, aux clavicules favorisent l'élimination des déchets dans les artères.


publicité