publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les risques à ne pas prendre au volant seul ou accompagné : oui à la ceinture, non au smartphone !

Publié par : rédaction Onmeda (14. avril 2016)

Rappel du Code de la route : le défaut de port de ceinture de sécurité est sanctionné pour le conducteur et pour tout passager.

Il découle de cette loi que le nombre de personnes transporté dans une voiture ne peut pas être supérieur au nombre de ceintures. Sachez que les enfants de moins d’1,35 m sont trop petits pour que la ceinture soit correctement positionnée : c’est pourquoi les enfants doivent être obligatoirement installés dans des dispositifs de retenue adaptés à leur morphologie et à leur taille (siège auto, rehausseur), et homologués. 

Il ne faut surtout pas penser qu’oublier de boucler sa ceinture sur une petite distance en ville n’est pas grave : à 50 km/h, la force nécessaire pour retenir un corps de 75 kg est de 2,5 tonnes : un choc équivalent à une chute du 3ème étage ! La ceinture résiste à une force de plus de 3 tonnes, c’est la raison pour laquelle la ceinture sauve tant de vies, notamment sur les trajets urbains. 

À savoir : le fait de conduire sans ceinture peut limiter ou même exclure l’indemnisation des dommages subis par le conducteur.

Smartphone : pas de bla-bla et SMS contre-indiqué

Rappel du code la route : l’usage d’un téléphone tenu en main est interdit pendant la conduite. Et depuis le 28 juin 2015, le conducteur n’est plus autorisé à conduire en portant à l’oreille un dispositif susceptible d’émettre du son. Les kits Bluetooth qui ne nécessitent pas de dispositif dans l’oreille restent autorisés.

Téléphoner au volant n’est pas anodin : 1 accident sur 10 est associé à l’utilisation du téléphone pendant la conduite. Le sur-risque est maximal au moment où le conducteur décroche son téléphone. On estime que le fait de téléphoner multiplie le risque d’accident par 3 fois. Et que les kits mains libres constituent eux aussi un risque, car ce n’est pas comme de discuter avec une personne réellement présente dans la voiture, qui elle va réagir aux aléas, aux dangers de la route.

 

À savoir : en cas d’accident, le fait d’utiliser un kit mains libres autorisé légalement, peut tout de même engager la responsabilité du conducteur.


publicité