publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Les risques à ne pas prendre au volant seul ou accompagné

Publié par : rédaction Onmeda (14. avril 2016)

Les imprévus sont nombreux en voiture. Mettez toutes les chances de votre côté pour diminuer les probabilités d’accident.

Le Code de la route encadre les comportements des automobilistes, motocyclistes, cyclistes… pour diminuer les risques d’accidents. Mais, pour soi-même et ses proches, rien ne vaut une information et une bonne compréhension individuelle des conseils de sécurité routière.

A côté des règles dictées par la Code de la route, il est important de les expliquer et de bien comprendre leur signification.

La meilleure des boissons… c’est l’eau !

Rappel du Code de la route : à partir de 0,5 g/l dans le sang ou de 0,25 mg/l dans l’air expiré, la conduite est interdite.
Les restrictions sont encore plus drastiques pour les conducteurs de véhicules de transport en commun, et pour les conducteurs novices (venant d’avoir leur permis), la conduite est interdite au-delà de 0,2 g/l dans le sang, soit 0,1 mg/l dans l’air expiré (soit 0 verre d’alcool).

Toutes ces dispositions ont une véritable justification ! En effet, le risque d’accident augmente avec l’alcoolémie :

  • à 0,5 g/l dans le sang, ce risque est multiplié par 2 ;
  • à 0,8 g/l, il est multiplié par 10 ;
  • à 1,2 g/l, il est multiplié par 35 !

Selon les résultats de l’étude Sam (en 2005 et en 2011), les conducteurs ayant bu de l’alcool ont 8,5 fois plus de risques que les autres d’être responsables d’un accident mortel.

La quantité d’alcool ingérée a des effets variables selon le poids, sexe, le métabolisme de chacun… mais il serait irresponsable et puéril de croire que l’on « tiendrait » mieux l’alcool que son voisin. Faire un auto-contrôle est la meilleure des garanties pour savoir où on en est : l’éthylotest électronique réutilisable est un investissement judicieux.

Auteur : Hélène Ho Dac.


publicité