publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Eviter un cancer grâce au sport !

Publié par : Elide Achille (10. juin 2015)

© Jupiterimages/iStockphoto

L'activité physique a des nombreux effets bénéfiques sur notre organisme. Si son action préventive sur les maladies cardio-vasculaires, le diabète et l’hypertension est bien connue, des études récentes ont démontré que la pratique régulière d’un sport diminue le risque de développer certains types de cancer, améliore la qualité de vie des malades et réduit le risque de récidives.

Par "activité physique", on entend « tout mouvement corporel produit par la contraction des muscles squelettiques, et dont le résultat est une augmentation substantielle de la dépense énergétique par rapport à la dépense de repos ».

En pratique, on parle d'activité physique, non pas seulement quand on fait du sport, mais aussi quand on met en marche notre corps pour effectuer les activités de notre vie quotidienne et professionnelle (marcher, faire le ménage, monter les escaliers, danser, jouer avec les enfants...).

Pourtant, on sait aussi que l’attrait de la sédentarité peut être très fort : d'après l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) elle est le quatrième facteur de risque de mortalité à l’échelle mondiale (juste après l’hypertension, le tabagisme et un taux élevé de glucose dans le sang).

Aujourd'hui, l'activité physique est aussi clairement recommandée pour les patients même pendant leur traitement (quand ils le peuvent), et après lors de la surveillance. Il a démontré que l'activité physique est bénéfique, et rend les traitements plus efficaces et auront généralement moins d'effets indésirables....

Alors, que faut-il entendre par "activité physique" ? Avec quelle fréquence et intensité faut-il la pratiquer pour avoir des résultats préventifs contre ces cancers ? Et quel est le rôle d'un sport pendant et après le traitement d'un cancer ? Les réponses dans notre article.

Auteur : Elide Achille.
Expert consultant : Docteur Bruno Sesboüé, MCU-PH, responsable du secteur de médecine du sport au CHU de Caen, membre du bureau de la SFMES.
Juin 2015.


publicité