publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Trouble du sommeil : le syndrome des jambes sans repos

Publié par : Dr. Nicolas Evrard (06. avril 2016)

Cette envie irrépressible de bouger les jambes ou les pieds, la nuit, vous l’avez peut-être déjà ressentie. Quand elle revient toutes les nuits, quand elle empêche de dormir, cette gêne a un nom : le syndrome des jambes sans repos. Des mouvements périodiques, des genres de secousses involontaires d'une jambe ou des deux peuvent aussi survenir et perturber le sommeil. C'est l'une des causes pathologiques possibles de l'insomnie. Catherine Geyer* nous parle de cette maladie.

Définition

Le maladie des jambes sans repos, ou " impatiences", se manifeste par des sensations désagréables, parfois douloureuses, dans les pieds et les jambes. Cette gêne est décrite comme des "fourmillements", des " brûlures", des "décharges électriques"... La seule solution pour y mettre fin est de bouger ; parfois la gêne est telle que seule la marche apporte un soulagement (phénomène des "nightwalkers"). Ce syndrome se définit aussi par la survenue de mouvements périodiques d'une jambe ou des deux, durant la nuit.

"Le syndrome des jambes sans repos influe sur la qualité du sommeil ; il est donc considéré comme un trouble du sommeil", explique Catherine Geyer.

8,5 à 10% de personnes seraient concernées, dont 3% nécessitant un traitement. La prévalence augmente après 50 ans, mais des enfants peuvent en être atteints.

Une maladie neurologique

Le syndrome des jambes sans repos est une maladie neurologique. Il s’agit d’un trouble de la transmission au niveau du neurotransmetteur dopamine. "La transmission se fait mal d’un neurone à l’autre et la dopamine est mal transmise : la jambe n’entend pas l’ordre de se reposer", explique Catherine Geyer*.

Pourtant, pendant des années et à tort, ce syndrome fut considéré comme une pathologie veineuse ou psychologique, et traité en tant que tel. Ce qui aggravait parfois les symptômes, car les antidépresseurs agissent en bloquant la récapture de certains neurotransmetteurs, dont la dopamine.

Les causes

Les recherches sont en cours pour définir l’origine des impatiences dans les jambes. Elle serait à 60% d’origine génétique.

La prise de médicaments (antidépresseurs, neuroleptiques) pourrait aussi être en cause.

Le syndrome des jambes sans repos peut également être la conséquence d’autres pathologies (diabète, insuffisance rénale...), ou consécutif à un choc psychologique.

Mais dans de nombreux cas, la maladie est idiopathique (sans cause reconnue).

Le traitement

Le syndrome des jambes sans repos affecte les mêmes types de cellules impliquées dans la maladie de Parkinson. Il est donc traité avec la même famille de médicaments, à savoir des agonistes dopaminergiques. Mais rassurez-vous : cela ne signifie pas que le syndrome des jambes sans repos est le premier pas vers la maladie de Parkinson. Dans cette maladie, les neurotransmetteurs sont détruits, alors que dans le syndrome des jambes sans repos, ils fonctionnent certes mal, mais sont toujours présents.

Au quotidien, il convient d'éviter tout ce qui peut aggraver les symptômes (café, thé, alcool, tabac, certains médicaments comme certains antidépresseurs) et de veiller à avoir une hygiène de vie favorisant le sommeil.

Lors des crises, certains petits gestes peuvent aider à minimiser les désagréments : massages, compresses d'eau froide, étirements, activité intellectuelle pour mobiliser l'attention, etc.

* présidente de l’Association française des personnes affectées par le syndrome des jambes sans repos (AFSJR).

Vous souhaitez réagir, partager votre expérience ou poser une question ? Rendez-vous dans notre FORUM Sommeil & Fatigue !


publicité