publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

Se préparer pour un long trajet en voiture : alimentation et médicaments

Publié par : rédaction Onmeda (14. avril 2016)

Se méfier des repas trop lourds

Avant de prendre le volant, mieux vaut éviter les repas trop lourds, trop sucrés ou trop gras. C’est physiologique, votre digestion vous prend de l’énergie. Pour peu que le stress du voyage vous ait empêché de bien dormir, ce qui est parfois le cas, une digestion difficile augmente le manque de vigilance. Lorsque vous conduisez, vous avez besoin de toutes vos facultés. Le fait de conduire, de devoir faire attention à la route, aux autres voitures, aux panneaux sollicitent votre cerveau, même si vous n’en avez pas vraiment toujours conscience. Si votre corps, lui aussi, fatigue, parce que vous avez trop mangé, vous risquez de ne pas tenir la distance.

Et bien entendu : pas d’alcool ! Le taux maximal autorisé dans le sang est de 0,5 g d’alcool par litre de sang, et de 0,2 g/l pour les permis probatoires (soit 0 verre d’alcool). Evitez de boire (ou autorisez-vous au maximum un à deux verres d’alcool) la veille au soir, avant de partir le lendemain pour un long trajet. Et pas d’alcool la veille au soir, si vous devez vous levez tôt. 

 

Et si vous prenez des médicaments

Avant un long trajet, attention aux médicaments que vous prenez éventuellement. Il existe une classification avec des pictogrammes en fonction des effets sur la conduite.

  • Un triangle jaune présent sur la boite du médicament signifie que vous devez lire attentivement la notice avant de prendre le volant. 
  • Un triangle orange : prendre l’avis d’un professionnel de santé, médecin ou pharmacien, avant de prendre la route. 
  • Un triangle rouge : il est interdit de conduire sans avoir au préalable demandé à son médecin. Sachez que, même si vous prenez un traitement qui agit sur la vigilance, vous pouvez, en accord avec le médecin, en retarder ou en avancer la prise le jour du voyage pour en limiter les effets nocifs. 

 


publicité