publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Violences conjugales

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Violences conjugales




    U n rapport rendu public mercredi 22 novembre par la ministre déléguée à la Cohésion sociale et à la parité Catherine Vautrin a indiqué qu'une femme a été tuée en moyenne tous les trois jours "victime de violences conjugales" depuis le début de l'année en France.
    "Un recensement national faisant état de personnes décédées", réalisé depuis le 1erjanvier 2006 avec la police et la gendarmerie a montré qu' "en France métropolitaine, en moyenne, une femme meurt tous les trois jours victime de violences conjugales, contre seulement un homme tous les 14 jours".
    "De façon globale depuis le 1er janvier 2006, il a été commis 113 homicides dont 83% des victimes sont des femmes", précise le rapport.
    L'enquête ajoute que 18 des décès recensés mettent en évidence des femmes mais que 12 d'entre elles étaient d'abord victimes de violences de la part de leur compagnon. Elle souligne également que 10 enfants de moins de six ans sont morts dans le cadre de violences conjugales.
    "la séparation apparaît toujours comme une période à risque, puisqu'elle intervient dans pas loin de la moitié des cas (41%).

    Dans plus de la moitié des homicides, les auteurs sont en inactivité et l'alcool est présent dans un quart des faits".


    "UN HOMME VIOLENT AVEC SA FEMME CEST PAS UN BON PERE"
    Une jeune femme, terrorisée et agrippée par son conjoint devant un évier de cuisine. Insultée et humiliée, elle n'a pas rangé un couvert comme il faut. L'homme la jette à terre et s'en va. La scène se passe sous les yeux de leur fils qui s'approche de sa mère, s'arrête un instant... puis lui donne un coup de pied et s'en va. Ces images, si violentes qu'elles ne seront diffusées qu'à partir de 22h30 à la télévision, figurent sur un spot de sensibilisation à la violence conjugale. La Fédération nationale solidarité femmes (FNSF) a présenté mardi dernier cette campagne centrée sur les conséquences pour les enfants des violences subies par les femmes.

    Du 20 au 30 novembre, ce spot passera donc sur les grandes chaînes TF1, France 4, RTL9, MCM, Canal décalé, Planète, Cuisine TV. Avec, ce slogan : " Un homme qui maltraite sa femme apprend la violence à ses enfants". Car un enfant qui voit sa mère se faire frapper risque plus tard de devenir lui aussi violent. Pourquoi de telles images chocs ? la FNSF s'adresse aux hommes, explique-t-elle, pour "faire changer la honte de camp" et leur montrer qu'en frappant leur femme, ils font une autre victime, leur enfant.
    L'objectif du film est "de balayer les idées reçues telles que 'c'est un mari violent, mais c'est un bon père', ou 'Cela concerne le couple, pas les enfants'".
    La Fédération poursuit et explique qu'un enfant exposé à la violence exercée contre sa mère "se sent coupable, perd toute sécurité intérieure" et peut "retourner contre lui les violences ou bien les reproduire".

  • :bien: il était temps !




    qu'on prenne cette dimension en compte ! ENFIN !!

    D'autant que les chiffres de cette violence ne cessent d'augmenter. Et hélas ! elle ne prend en compte que les décès mais il serait interessant de connaitre les chiffres de la violence qui ne va pas jusqu'à la mort !
    Il faudrait enfin aussi que la loi soit modifiée quant à la garde des enfants !!!!!!

    Commentaire


    • > sous les yeux de leur fils qui s'approche de sa mère



      l'extrait du JT de France 2 qui présente cette campagne est ici:

      http://justice.cloppy.net/blog/?postid=855

      Commentaire


      • Il était temps !



        Il faut donc en tirer les conséquences qui s'imposent : un conjoint violent doit se voir retirer l'autorité parentale et ne bénéficier d'un droit de visite que sous surveillance.
        J'espère que ce clip interpellera toutes les personnes qui pensent qu'un conjoint violent n'est pas un mauvais parent. Aujourd'hui toutes les études démontrent le contraire, et des enfants souffrent de ne pas avoir été considérés comme victimes jusqu'à présent ... alors merci à ceux qui font bouger les choses.

        Commentaire


        • Il était temps !
          Bonjouir etoile




          A force de pressions, on va faire entrer ça dans la tête des responsables ! : non ! un homme violent ne peut être un bon père !!!!
          un père qui donne l'exemple de la violence ne peut qu'être nocif, c'est tout !!!
          Par ailleurs, rendre une femme qui se sort de cette violence, otage parce qu'il y a des enfants, c'est inacceptable !

          Commentaire


          • Les peres n'ont malheureusement pas le monopole de la maltraitence des enfants




            Il est évident que tous les acteurs de la violences doivent etre punis:
            - violence à l'égard des femmes
            - violence à l'égard des enfants

            Par ailleurs, parler de violence ici dans ce forum est tout de suite repris par les 2 féministes (on voit qui c'est) pour affirmer que ces pères ne doivent plus avoir "autorité parentale" (alors que la question serait de les mettre en prison).

            Mais en réalité, il ne s'agit pas seulement de "ces" pères qu'il est question, mais bien "des" pères.

            Comme il est commode de créer l'image de ces mauvais hommes qui batent leur femme, et des mauvais père, et des pères en général.
            C'est ce qui c'est produit pendant la période fachiste quand les propagandes montrait "des" juifs ayant de l'argent, pour arriver a un constat commun de "tous les" juifs.

            Voici les chiffres de la Maltraitance en France:
            ---------------------------------------------
            Il faut noter que dans 30,4% des demandes daide, le sexe de lauteur nest pas désigné.

            La mère est principalement désignée comme lauteur des mauvais traitements physiques (38%) et psychologiques (43,2%).

            Le père quant à lui est désigné majoritairement dans les cas de mauvais traitements sexuels (30,8%). Il apparaît également en second pour les mauvais traitements physiques et psychologiques.

            Notons que 11,4% des auteurs de mauvais traitements sexuels concernent des membres de la famille autres que les proches parents.

            Le beau père arrive au troisième rang avec 12,2% des cas, par contre, la belle mère est très peu citée comme auteur de mauvais traitements.
            Notons enfin que la catégorie des voisins est en progression : 0,8%.

            Dans le cadre des famille recomposés, et si on sait lire, on peut très bien comprendre que:
            - la mère (avec ses enfants à 80%) et son nouveau compagnon sont majoritairement violent
            - le père avec sa nouvelle compagne sont moins violent.


            Donc, ces mêmes statistiques qu'il y a moins de maltraitance pour les enfants quand ils sont avec leur père qui a refait sa vie avec une nouvelle femme.

            Qu'est-ce qu'il faut en déduire: RIEN! Il ne faut surtout pas tomber dans les généralités qu'on peut retrouver ici ou là. (programme faschiste de l'époque, programme réactionnaire des féministes qui voudrait voir le droit aux enfants accordé aux mère uniquement, programme lepeniste, théorie de quelques psychanistes...) Bref attenttion a toute la clique d'anti-démocrate.

            Nicolasd92

            Commentaire


            • Les peres n'ont malheureusement pas le monopole de la maltraitence des enfants
              Tu peux citer



              ce que tu veux en esperant minimiser la realité: Il ne s'agit pas la d'etude faite a partir d'appel anonyme, car ton etude sur la maltraitance reprend les signalements faits et non les faits averes
              Il s'agit la d'homicides et que tu le veuilles ou non l'egalité est bien mal partagée:

              "il a été commis 113 homicides dont 83% des victimes sont des femmes", précise le rapport.
              L'enquête ajoute que 18 des décès recensés mettent en évidence des femmes mais que 12 d'entre elles étaient d'abord victimes de violences de la part de leur compagnon"

              Commentaire


              • Tu peux citer
                Quelle est la conclusion?




                Quel est le message que vous voulez faire passer?

                Nous avons toujours affirmer que les crimes devaient etre condamnés, les mettre en prison.

                Que faut-il dire de plus?

                Est-ce un argument de lutte pour que le père ne puissent plus vivre avec ses enfants dans 90% des cas après un divorce?




                Commentaire


                • Quelle est la conclusion?
                  Conclusion?



                  "Est-ce un argument de lutte pour que le père ne puissent plus vivre avec ses enfants dans 90% des cas après un divorce? "
                  j'espere bien que 90% des peres ne sont pas auteurs de violences conjugales! donc je te reponds non
                  par contre un pere violent ne doit pas se voir attribuer la garde de son enfant! et le droit de visite doit etre encadré et surtout soumis a un suivi de soin du pere!
                  car on ne le repetera jamais assez un mari violent n'est pas un bon pere ! mais la violence se soigne encore faut il que le violent se reconnaisse coupable et se soigne
                  les femmes battues doivent avoir la certitude qu'en quittant leur bourreau elles ne risquent pas de perdre leur enfant(meme chose pour les peres battus Ils sont une minorité mais doivent naturellement avoir les meme droits)

                  "Nous avons toujours affirmer que les crimes devaient etre condamnés, les mettre en prison."
                  Il ne faut pas attendre le crime pour condamner Les violences sont un délit , elles doivent etre punies et la victime protégée
                  En intervenant avant ces morts seront evitées
                  et en ne laissant pas la violence comme modele aux enfants elles diminueront
                  L'enfant qui aura vu sa mere frappée et son pere non sanctionné considerera la violence comme un mode de fonctionnement normal .Devenu grand la plus grande partie de ces enfants reproduiront leuur modele et deviendront ou victime ou bourreau






                  Commentaire


                  • Conclusion?
                    Il semble que cette conclusion s'applique a tous les parents (en couple!)



                    et non aux divorcés, qui devraient principalement intéressé ce Forum.


                    Il semble que cette conclusion s'applique a tous les couples et pas spécialement aux parents sont en procedure de divorce ou qui ont déja divorcé.

                    Je suis en effet, pour les maris qui violentent leur leur soit condamnés.
                    Que les pères qui abusent de leurs enfants soient aussi très séverement puni.
                    Que les mères qui maltraitent leurs enfants le soient aussi.

                    Et voilà.
                    Maintenant que se passe-t-il?

                    Les parents se déchirent au moment du divorce.
                    Les 2 parents s'accusent de tout devant le juge.
                    Avec les généralités qui circulent dans la société francaise, les pères ne sont pas reconnus du moment qu'ils entrent situation de divorce.

                    Alors je ne crois absoluement pas que le propos de rappeler la plus grande condamnation à l'égard des hommes violents (en oubliant qu'une femme peut l'etre aussi avec ses enfants) dans ce Forum soit le simple fait de bonnes intentions.

                    On connait la victimisation des hauteurs réactionnaires comme lenfantdabord et Maurice Berger, pour arriver que les hommes ne partagent plus la vie de leur enfant une fois divorcés (a 80%), organisé et décidé par la Justice.

                    Ca aussi c'est un fait! (que tous les meutres individuels ne peuvent pas justifier)

                    Il serait un peu trop facile, d'aller proclamer que les meurtrier sont majoritairement arabe, jeune et homme... ON connait bien ce genre de dérive. Les réactionnaires entretiennent ce crédo.


                    Nicolas
                    nicoseve.no-ip.org/web-calendrier/


                    Commentaire


                    • Il semble que cette conclusion s'applique a tous les parents (en couple!)
                      Le raport avec le forum?



                      "la séparation apparaît toujours comme une période à risque, puisqu'elle intervient dans pas loin de la moitié des cas (41%).
                      ça te suffit?

                      "Il serait un peu trop facile, d'aller proclamer que les meurtrier sont majoritairement arabe, jeune et homme... ON connait bien ce genre de dérive. Les réactionnaires entretiennent ce crédo."
                      dire que dans la tres grande majorité les victimes de ces violences sont des femmes (et le prouver malheureusement car ces deces ne sont pas contestables) est reactionnaire? non ce sont des faits c'est tout
                      et il ya des propositions pour agir avant l'irreparable : proteger les victimes en premier lieu , empecher le coupable de recidiver par le soin si possible , par la sanction si le soin est refusé

                      ce qui est facile: c'est de fermer les yeux , de proclamer qu'il y a aussi des femmes violentes (oui une minorité ) pour refuser d'agir , de pretendre qu'un conjoint violent est un bon parent ,de laisser les victimes sans aide ,et quand il est trop tard ,que la mort est arrivée de se contenter de punir l'auteur du crime

                      Commentaire


                      • Il était temps !
                        J'espère ke la campagne m'aidera...



                        Le papa de mon fils de 8 mois aujourdh'ui et 5 1/2 au moment des faits, est actuellement en prison pour violence conjugale car g porté plainte, il avait déjà était marié et avait frappé son ex qui avait porté plainte, ce ki lui a valu 5 ans de mise à l'épreuve et 3 mois de sursis. Avec moi, il a pris ses 3 mois fermes 2 ans de mise à l'épreuve (ce ki lui restait) et 6 mois avec sursis s'il recommence obligation de soin. G pris des gifles et m'amenacé avec un couteau devant le petit, là g eu peur et vu son passé, g voulu protéger mon fils dc g porté et plainte et remercie son ex de l'avoir fait à l'époque car c "grâce à elle" kil est incarcéré. Il m'a écrit 4 lettres et la dernière rempli de haine, "tu ne pe que t'en prendre à toi si t seule et malheureuse" "je ne t pas quitté pr une otre ms parce ke tu as brisé l'amour ke j'avais pr toi, le respect et même plus".
                        Au début j'avais culpabilisé pr le petit maintenant je remonte la pente, en plus il avait déjà qq'1 en vue avt ke ça se passe dc je comprends pas pourkoi il ne m'a pas tt simplemt quitté au lieu de me traiter de la sorte. Je penserais kil réfléchirait et kil aurait moins de haine, ms rien n'a changé, la prison a juste arrêté le temps, le problème sera le même à sortie prévue le 22 déc prr Noêl (quel chance !). On passe au tribunal le 7 déc pr notre fils, je demde l'autorité parentale ke pr moi, réserve droit de visite. On verra bien, j'espère ke justement grâce à ses campagnes contre la violence conjugale ki touche également les enfants me servira. Jeve kil montre "patte blanche", ça serait trop facile. Il crie sur ts les toits kil ne voulait pas du petit alors kil m'écrit tt l'inverse. Il faut kil assume ses actes et leurs conséquences. Surtout pour le bien du petit, maintenant je ne vois pas ce ke ça changera kil voit son père ou non en présence de qq 1 pdt 1 à 2h surtt à l'âge kil a (8 mois). On verra bien s'il ya une justice et si ns serons "protégés" car je ne suis pas trankil.

                        Commentaire


                        • Où voulez-vous en venir, solidair?



                          Tout le monde sur ce forum dénonce la violence conjugale et souhaite la voir sévèrement punie.

                          Mais je m'interroge sur l'amalgame que vous me semblez essayer de faire entre séparation et violence conjugale.

                          Le rapport précise que "la séparation apparaît toujours comme une période à risque, puisqu'elle intervient dans pas loin de la moitié des cas (41%)[de décès].
                          Il ajoute que "Dans plus de la moitié des homicides, les auteurs sont en inactivité et l'alcool est présent dans un quart des faits".

                          En déduiriez-vous que tous les hommes sont violents lors des séparations, notamment conflictuelles?

                          En france, en 2004, il y a eu 821 homicides, 1107 tentatives d'homicides, 137 864 cas de coups et blessures volontaires et 96 786 atteintes volontaires à la personne.

                          En concluriez-vous que l'ensemble de la population française est violente et meurtrière?

                          Le document que vous rapportez explique que "L'objectif du film [spot de sensibilisation de la FNSF] est "de balayer les idées reçues telles que 'c'est un mari violent, mais c'est un bon père', ou 'Cela concerne le couple, pas les enfants'".

                          Personnellement, je suis d'accord avec le postulat de ce film et je ne doute pas que l'ensemble des participants de ce forum le soient.

                          Mais suggèreriez-vous que les hommes divorcés sont forcément des hommes violents et de mauvais pères?

                          Commentaire


                          • Où voulez-vous en venir, solidair?
                            Dire que le moment de la séparation est un moment à risque



                            pour les femmes qui ont un macho violent, n'a jamais signifié que tous les hommes sont des violents !

                            Je n'arrive pas à saisir pourquoi, chaque fois que les violences conjugales sont soulevées, on laisse sous-entendre qu'on accuse tous les hommes d'être violents !!!! Ca reste un mystère pour moi ! A moins que "certains" essayent de minimiser cette violence, ou du moins sa fréquence, en affirmant, qui plus est, que la violence des femmes contre les hommes est égale........

                            Les hommes séparés ne sont pas "forcément" des violents, heureusement !
                            mais un certain nombre, oui ! et diverses études particulièrement canadiennes montrent que le taux de séparations pour des violences diverses est de 50% environ, ce qui n'est pas mince !

                            Commentaire


                            • Dire que le moment de la séparation est un moment à risque
                              Faites des mystères de ce que vous voulez nouvelle,



                              Cette partie du forum est intitulée Famille - séparation, divorce et enfants et non pas Famille - violence conjugale.

                              Le rappeler n'est pas nier la violence conjugale ni la minimiser.

                              La coparentalité et la RA y sont les thèmes abordés et
                              j'ai constaté les arguments sexistes et réducteurs (phallophores, sacs à pollen... etc) employés pour dénigrer les partisans de la RA.

                              Faute de débattre des opinions, on s'attaque aux personnes, à leur expression française, à leur orthographe, à leurs supposées pratiques incestueuses ou déviantes... etc.

                              On y fait feu de tout bois.

                              S'agissant des propos de personnes se présentant comme vertueuses et raisonnables, je ne comprends pas ces discours généralisants et caricaturaux, dégradants parfois.

                              Vous vous défendez d'accuser tous les hommes d'être violents et pourtant écrivez ensuite : "mais un certain nombre, oui ! et diverses études particulièrement canadiennes montrent que le taux de séparations pour des violences diverses est de 50% environ, ce qui n'est pas mince !"

                              Les termes sont vagues : "un certain nombre", "diverses études", "violences diverses"...
                              Les chiffres sont indubitables...
                              Les études sont incontestables...
                              Et la réalité individuelle absente.
                              C'est commode de désigner le tout par une partie.
                              Tout est dit!

                              Les chiffres et leur perception ne sont pas anodins :
                              50% séparations diversement violentes = 50% conjoints violents = 50% hommes violents? NON, bien sûr?

                              Et il n'y a pas là la recherche d'un amalgame?



                              Commentaire


                              • Faites des mystères de ce que vous voulez nouvelle,
                                Et je ne vous dis pas les arguments sexistes et attaques




                                contre ceux qui ne défendent pas la RA benoitement ( utérus sur patte, femini nazie, extrême droite ( très prisé comme argument !!), promoteur de l'orphelinat artificiel, père démissionnaire, etc et etc...) !!!!
                                On fait feu de tout bois !!!

                                Mais où voyez-vous la recherche d'un amalgame ? où ?

                                Une internaute sous le pseudo masculiniste, avait fait le compte des femmes qui avaient posté sur ce même forum durant un mois et qui subissaient des violences conjugales, et le nombre était impressionant !

                                cela ressemble à s'y méprendre à un sujet tabou !

                                Bon sang ! quand on parle de mères infanticides, les femmes en général ne sentent pas attaquées, que je sache !
                                mon mari ne sent pas "soupçonné" de quoique ce soit quand on aborde ce sujet, nos copains non plus ....

                                Commentaire


                                • Et je ne vous dis pas les arguments sexistes et attaques
                                  Le problème, c'est "l'effet de loupe"



                                  Il n'est pas tabou pour moi de parler de violence conjugale.

                                  Elle est le fait d'individus extrêmement violents, misogynes, minoritaires dans la population masculine.

                                  Leur violence est polymorphe et s'exprime probablement ailleurs...

                                  La violence est partout, sur la route, dans les stades et les cours d'école...

                                  Elle concerne presque tous les âges et les deux sexes.

                                  Et en plus, hélas, elle est télégénique...

                                  Oui, les hommes sont en général plus violent que les femmes mais la violence féminine existe également.

                                  En effet, dans les prisons, la population carcérale est majoritairement masculine.

                                  Mais aborder la violence conjugale masculine en parallèle du problème, très polémique et passionnel, de la RA n'est pas, pour moi, anodin et honnête.

                                  Pas dans ce contexte où des personnes luttent pour ne pas être "effacées" par leurs ex conjoints de la vie de leurs enfants.

                                  Et je ne pense pas qu'à des pères mais aussi à des mères, Sarah, Elea et d'autres... qui ont eu le malheur d'aimer un être cynique, égoïste et manipulateur qui a décidé de "casser" l'objet récalcitrant.

                                  Certaines femmes savent également le faire et tous les hommes ne sont pas des brutes machistes, "basses du front"... insensibles à ces techniques de démolition.

                                  Je l'ai déjà écrit et le réécris, pour moi il s'agit d'un problème d'individu.

                                  Il y chez les femmes comme chez les hommes des gens singuliers qui pourraient se disputer le premier prix de la bassesse humaine.

                                  Commentaire


                                  • Le problème, c'est "l'effet de loupe"
                                    Mais aborder la violence conjugale masculine en parallèle du problème, très polémique et passionnel,



                                    très^polémique, de la RA n'est pas pour moi, anodin et honnête. "

                                    Alors là, vous y allez fort papamoderne !

                                    Car si le problème de la RA à quelque rythme qu'elle soit, doit être abordé, c'est bien aussi dans ces cas-là !!!

                                    Alors oui, la violence apparait partout, même en maternelle !
                                    Mais ce sont quand même bien des femmes qui meurent, et pas en si petit nombre que ça, sous les coups de leur conjoint, une tous les deux ou trois jours !!!!! mais combien sont molestées sans que ça se termine par la mort ?
                                    Et bien évidemment, lorsque l'inverse arrive, les mêmes mesurent doivent être prises, mais de là à mettre la violence sur un pied d'égalité, il y a un pas qui est franchi avec beaucoup de facilité par certains et ... est très singulier !

                                    Vous parlez de la violence au volant ! oui, et on prend les mesures nécessaires pour la réduire. Et quand on parle d'automobiles, l'aspect vitesse est soulevé !

                                    Commentaire


                                    • Mais aborder la violence conjugale masculine en parallèle du problème, très polémique et passionnel,
                                      Voue persistez nouvelle...



                                      ... à amalgamer le problème bien réel de la violence conjugale de certains hommes, dont tout le monde pense qu'elle doit être reconnue et sévèrement punie (même une seule vie volée serait une vie de trop, Nouvelle!), et la problématique de la RA.

                                      Il faudrait être naïf pour ne pas comprendre que vous cherchez ainsi à suggérer le caractère supposé violent donc la nocivité de la RA.
                                      CQFD...

                                      Et vous, Nouvelle, n'y allez jamais fort?
                                      Y compris dans le vocabulaire que vous employez vis-à-vis d'autres forumeurs?

                                      Quant à écrire que j'aurais mis sur un pied d'égalité... Continuez donc, Nouvelle, d'extraire des propos de vos contradicteurs ce qui vous arrange pour enfourcher, encore et toujours, votre cheval de bataille.

                                      Je ne suis pas venu sur ce forum pour faire du prosélytisme mais pour partager "une tranche de vie" bien réelle.

                                      Que vous l'admettiez ou non, en dépit de vos tentatives pour noircir systématiquement le tableau de la RA, les lectrices et lecteurs auront suffisamment d'intelligence et de sens critique pour se déterminer en fonction de leur cas personnel et non pas à la "lumière" d'une doctrine (PRO ou ANTI).

                                      Certains persistent dans les excès de vitesse malgré les limitations, d'autres persistent dans l'excès de certitude malgré le doute.

                                      Vous aussi, vous avez de singulières conceptions, Nouvelle, notamment celle du "bénéfice du doute".

                                      Commentaire


                                      • Voue persistez nouvelle...
                                        Ohh! lala, papamoderne !




                                        Ma naiveté s'arrête là où commence mon esprit d'analyse.....

                                        Si votre "manque de naiveté" vous fait voir " que je cherche à suggerer le caractère supposé violent donc la nocivite de la RA" !:

                                        Je vous réponds, papamoderne, que je n'ai guère l'habitude des circonvolutions dialectiques pour m'exprimer et que , le plus simplement du monde, j'appelle un chat un chat ! Et si la RA me paraissait NOCIVE toujours et en tous lieux je le dirais tel quel, sans tourner autour du pot !

                                        Que diaboliser ceux qui aujourd'hui comme hier, dénoncent les problèmes que pose le mode d'hébergement des enfants lorsqu'il y a eu violences conjugales, n'est pas NOUVEAU, ICI, comme CHEZ les assos de pères !!!

                                        Mon "vocabulaire" ne se fait qu'en RETOUR du "vocabulaire" de certains, papamoderne !mais vous ne semblez jamais le remarquer ou vouloir le remarquer :_D

                                        Heu...... papamoderne, si dire "attention, la RA mal appliquée peut être dangereuse" c'est, pour vous, "noircir le tableau", je crois préférable d'aller partager votre tranche de vie en d'autres lieux où vous serez mieux compris

                                        Auriez-vous fait un post qui m'aurait échappé, sur le "doute" que vous aurait inspiré les PRO RA et ppour le coup INCONDITIONNELS ?

                                        Et .... au bénéfice du doute, je crois de plus en plus que votre "innocence et gentille naiveté" le sont moins que vous voulez nous le faire croire, papamoderne !

                                        Commentaire


                                        • Ohh! lala, papamoderne !
                                          Ce que vous êtes sentencieuse, nouvelle!



                                          La faute ne vous revient jamais, ce sont toujours les autres qui ont commencé...

                                          Vous déformez les propos de vos contradicteurs... mais non, vous, Nouvelle, non, vous ne diabolisez pas!

                                          Doutez de mon "innocence et gentille naïveté" à votre aise, une fois de plus lorsqu'on met en doute la formulation de votre argumentation vous répondez en mettant personnellement en cause vos interlocuteurs.

                                          Je vous laisse à vos supériorités morale et intellectuelle cependant je continuerai de m'exprimer sur ce forum car il ne vous appartient nullement de "conseiller" à qui que ce soit d'aller le faire ailleurs.

                                          Cela s'appelle le liberté d'expression.

                                          Commentaire


                                          • Ce que vous êtes sentencieuse, nouvelle!
                                            Mais ce "conseil" l'était pour votre sérénité papamoderne




                                            et il est bien évident que la liberté d'expression ici ou ailleurs est à respecter !

                                            Je voudrais comprendre OU j'ai pu déformer vos propos ?

                                            Pour mémoire : solidair poste sur la violence conjugale et l'impact sur les enfants et donc le mode d'hébegement! et là, haro sur le baudet, à nouveau, ne surtout pas parler des RA, ce serait faire des AMALGAMES !!! et pire, pas le sujet de ce forum.....


                                            J'appelle ça et sans ambages : se foutre du monde et particulièrement des femmes et enfants concernés, point barre comme dit l'autre !

                                            J'en conclue que votre réaction chatouilleuse à ce problème est à tout le moins.......curieuse, pour un papamoderne qui ne saurait s'accomoder de la douleur d'autrui !

                                            Commentaire


                                            • Le problème, c'est "l'effet de loupe"
                                              Pour ma part



                                              je pense qe justement sur ce forum il est important de parler de r.a et de violence conjugale, car j'y ai souvent lu "un mari violent n'est aps un mauvais père". cete rumeur est totalement fausse, un mari violent se disqualifie ent ant que père et les enfants sont victimes même si ils ne sont pas frappés.
                                              Or en Frace, une femme sur 10 environ subie des violences conjugales, ça vet donc dire qu'au moins 1 séparation sur 10 (c'est certainement plus car les situatiosn de violence prédisposent plus à la séparation) se fait dans un contexte de violences conjugales ... et c'est énorme.
                                              Alors pour lutter contre la fausse rumeur du mari violent bon père qui peut avoir al r.a, il convient de rappeler : un mari violent fait plusieurs vctimes sa femme et ses enfants même si ils ne sont pa frappés. les enfants doivent donc être protégés et les droits de visite du père s'exercer sous surveillance. Et le chiffre des violences conjugales est si élevé qu'on ne peut considérer qu'il s'agit d'un problème secondaire.

                                              Commentaire


                                              • Ce que vous êtes sentencieuse, nouvelle!
                                                Parfaitement résumé



                                                "lorsqu'on met en doute la formulation de votre argumentation vous répondez en mettant personnellement en cause vos interlocuteurs."

                                                Oui cela est et a tjs été la manière de faire de Nouvelle et de ses accolytes

                                                Si vous n'êtes pas d'accord en tout point avec ses idées et ses méthodes vous devenez un ^tre peu recommendable et tout à fait suspect!





                                                Commentaire


                                                • Pour ma part
                                                  Qui véhicule cette rumeur sur ce forum?



                                                  OUI, un mari violent n'est pas un bon père (ou "beau-père").

                                                  Un mari violent est d'abord un homme violent.

                                                  NON, tous les hommes ne sont pas violents.

                                                  Donc tous les hommes ne font pas des maris violents et de mauvais pères (ou "beau-pères").

                                                  Toutes les femmes ne quittent pas leurs maris pour violences conjugales (au moins une fois sur dix selon vous).
                                                  Ce peuvent être aussi les maris qui quittent leurs femmes.

                                                  Personne ne considère le problème de la violence conjugale comme un problème secondaire.

                                                  Mais il est question sur ce forum de séparation et par conséquent de mode de résidence pour les enfants de pères qui ne se sont pas rendus coupables de violences conjugales et se sont investis.

                                                  Leur seul tort est-il de vouloir continuer de s'investir dans la vie de leurs enfants?

                                                  Vous avez écrit dans un précédent post que vous considériez la RA comme une maltraitance.

                                                  C'est votre opinion.

                                                  Priver un enfant d'un de ses deux parents n'est pas de la maltraitance?

                                                  La seule chose que pourra faire cet enfant devenu adulte, c'est le constat de ce manque... et comment pourra-t-il y rémédier?

                                                  On ne peut pas refaire le chemin en arrière.

                                                  C'est ce que mon "ex" a cru pouvoir accomplir avec son père qui ne s'est que peu occupé d'elle durant son enfance. Pendant de nombreuses années, il a "vécu sa vie" à l'étranger. Elle le critiquait sans cesse lorsque je l'ai connue : "il a fait souffrir ma mère", "il lui a menti pendant des années", "il ne s'est jamais occupé de notre scolarité ou notre éducation", "il n'est même pas allé la voir quand elle a été opèrée", "il l'insulte devant mon frère"...

                                                  Pourtant, elle nourrissait déjà des sentiments ambigus à son égard déclarant : "c'est plus un copain qu'un père".

                                                  Puis, il est revenu travailler en France.
                                                  Il est devenu une idole et la mère de mon "ex" une "empêcheuse de tourner en rond" parce qu'elle avait des revendications pour leur divorce qui déplaisaient à ce monsieur...
                                                  Mon "ex" a été jusqu'à me dire qu'elle était amoureuse de son père...

                                                  Elle est partie s'installer à des centaines de kilomètres du père de ses enfants et à quelques kilomètres de son père... qui depuis peu est reparti travailler à des milliers de kilomètres!

                                                  Prive-t-on ses enfants de leur père parce qu'on veut se rapprocher du sien?

                                                  BRAVO, BRAVO pour la transmission "de patate chaude", j'espère que ma fille ne fera pas pareil...

                                                  Je ne le souhaite pas à mes futurs petits-enfants.

                                                  Commentaire

                                                  Publicité

                                                  Forum-Archive: 2006-112010-09

                                                  publicité

                                                  Chargement...
                                                  X

                                                  publicité