publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Mettre fin au silence ; victime de la "folie" de mon frère, et de ses pulsions.

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Mettre fin au silence ; victime de la "folie" de mon frère, et de ses pulsions.



    Bonjour.
    Ce témoignage est plutôt long. Mais il s'étend sur 14 ans de ma vie. Avis aux personnes se trouvant dans la même situation que moi : J'ai besoin de PARLER, d'expliquer ce que j'ai vécu, et j'ai besoin d'écouter !

    J'ai 14 et j'ai été victime pendant longtemps d'abus venant de mon frère. Je ne me rappelle plus exactement quand, mais je dirais que ça se passait lorsque j'étais dans les petites classes de primaires... CP -Ce1 -Ce2. Je ne me rappelle pas de la première fois. En fait j'ai des souvenirs très flous, des images qui me traversent l'esprit. Mon frère, aujourd'hui âgé de 21 ans, abusais régulièrement de moi. Il me demandait des fellations, me pénétrait à l'aide de son aide, où d'objets ( je me souviens qu'une fois il a utilisé le mascara de ma mère...). Comme les souvenirs sont vagues, je ne me rappelle pas de tout, comme je l'ai dit plus tôt. Une fois, il m'a proposée d'aller faire un tour à vélo. Comme j'habite à la campagne, il a facilement pu trouver un coin tranquille, et là il m'a demandé de lui faire une fellation. Ce doit être parmi tous les viols qu'il m'a fait subir, celui dont je me souviens le mieux... Pourquoi ? Je ne sais pas. Il abusait de moi partout : Dans ma chambre, dans la sienne. Une fois, notre grand-mère séjournait chez nous... Alors qu'il était en train d'abuser de moi, je lui ai demandé s'il n'avait pas peur qu'elle nous trouve. Il m'a répondu que si elle nous trouvait, "il la baiserait". Il arrivait même à le faire lorsqu'il y avait des gens dans la même maison que nous. Il s'amusait aussi à me montrer des films pornographiques. Je me souviens qu'une fois, il m'a dit " Tu vois, elle, elle sait faire. C'est comme ça qu'il faut faire", Pour vous montrer l'image qu'il a du sexe. Je me souviens qu'une fois, il m'a montrée des photos de femmes homosexuelles qui se touchaient. Il m'expliquait que c'était possible qu'une femme couche avec une femme, ou qu'un homme couche avec un homme. Bien sûr, il avait peur que j'en parle à mes parents, alors il me disait que s'ils le savaient, mes parents allaient nous en vouloir. Encore une phrase qu'il a prononcé qu'il m'a dite ; "Tu sais où on va se retrouver si tu le dis ? À la DASS ! ". Je me souviens qu'un jour, je lui ai demandé quand est-ce qu'il allait arrêter... Il m'a dit qu'en bref, il allait se retenir. Puis il a recommencé le lendemain, ou le surlendemain, je sais plus. Il m'a dit " Désolé, j'ai pas pu me retenir". Et puis, je me souviens plus comment ça s'est arrêté. Je me souviens juste que je ne comprenais pas, ça ne me faisait pas souffrir. Mais plus je grandissais, plus je comprenais. À ça s'ajoutait le fait que je n'aimais pas l'école, ni les gens qui s'y trouvait. Ce n'est qu'à mon entrée en 6ème que j'ai pu enfin trouver une petite place pour moi, j'y ai rencontré mon actuelle meilleure amie. Mes deux premières années de collèges, je les ai passées sans me préoccuper de ce qui c'était passé. Je fermais les yeux, ou alors je me rendais pas compte, je sais pas. Tout ce que je sais, c'est qu'en 4ème, j'ai percuté. Un gros choc même. J'avais 12 ans. Mon frère m'excédait, il se permettait des remarques qui me détruisaient. Je le détestait. Il avait l'air d'avoir complètement oublié, enfin maintenant j'ai compris qu'il n'a toujours pas percuté. En fin de 4ème, j'ai craqué, il ne faisait aucun efforts, je comprenais pas... J'ai tout dit à ma mère qui lui en a parlé. Ca n'a servi à rien. Il a dérivé le sujet, en disant qu'en bref ce n'était pas de sa faute... Que de toutes façons lui aussi avait des problèmes, donc en bref, il était pardonné. La seule chose que ma mère a faite, c'est de me dire : " si tu veux voir un psy', tu me dis le dis". Ben comme si à 12 ans on a envie de s'emmerder à raconter sa vie à un inconnu.
    2 ans et demis de silence. On oublie, ma mère oublie ( ou tente d'oublier ), fait comme si de rien n'était.
    Cette année, j'étais en seconde. En février, ( je sais plus quel jour exactement), je suis seule chez moi avec mon frère (ma mère travaille de nuit), comme je l'ai été de nombreuses fois. Je suis devant la télé, avec mon ordi portable, et il regarde la télé avec moi.
    ( Chaque citations suivantes sont véridiques MOTS POUR MOTS... Je m'en souviens comme si c'était hier. )
    Soudain il me dit ;
    _ Excuse-moi de te demander ça comme ça mais... T'as pas une copine que je pourrais chevaucher ?
    Comme vous pouvez vous en douter, je suis stupéfaite. je bafouille, je lui dis brièvement que non, et puis je me tais, commençant à stresser. Il insiste, il me dit que je suis au lycée, je dois connaître des ... , des "suceuses". Je lui dis "NON". Et je pars dans ma chambre. Le Hic, avec un grand H, c'est que ma chambre ne ferme pas à clé. Mon portable n'avait presque plus de batterie, et j'avais laissé mon ordi portable en bas, dans le salon. Il me rejoint dans ma chambre. Passe la tête par la porte, et me dit ;
    _ Excuse-moi encore de te dire ça... Mais laisse-moi coucher avec toi.
    Je lui fais comprendre que non, mais il insiste encore, et devient plus vulgaire, et plus énervé, stressé. " Laisse-moi te bouffer la chatte, laisse-moi te bouffer la chatte". Il me suppliait, comme un gosse de 6 ans qui demande à sa mère un joujou. Je m'énerve, je crie. Puis il commence à me dire :
    " De toutes façons, ce que t'as dit à maman, c'était que des ... Je t'ai pas violée. Alors puisque que c'est pas vrai ce que tu lui a raconté, fais en sorte que ça soit vrai. " J'ai hurlé non, je lui ai hurlé de se barrer, que OUI, il m'avait bel et bien violée. Il est retourné, limite "vexé" dans le salon. J'ai calfeutré tant bien que mal la porte de ma chambre, et je me suis effondrée. Je ne savais plus quoi faire, il délirait complètement. Il semblait avoir bu, ou fumé. Il pouvait faire n'importe quoi. Du haut de ses 1m90 il pouvait faire ce qu'il voulait de moi. J'étais paniquée. J'ai envoyé un sms à un ami. Je ne l'ai pas appelé, de peur que mon frère ( Appelons-le T ) ne m'entende. Cet ami s'est directement rendu chez les flics. Mais ils ne se sont pas déplacés. Ils ont juste prévenue ma mère. Elle a appelé son cousin pour qu'il passe me chercher. Vous imaginez, déranger vos cousins à 3 h du mat' pour ça ? J'avais honte. J'ai attendu qu'il dorme, et je suis partie. Quand ma mère est rentrée du travail, elle est allée parler à mon frère pour lui demande se qu'il s'était passé. Il a répondu un truck bidon, comme quoi il avait "remarqué que depuis quelques temps on ne le regardait plus dans les yeux" alors il a "voulu savoir se qui se passait" : Il délire. Complètement. C'est là qu'on s'est rendus compte qu'il avait un problème. Je n'ai pas porté plainte. T promet à ma mère de trouver du travail et de vite partir, il ne le fera jamais. Mon autre frère, S, est directement revenu vivre chez moi. Il a 23 ans, au chômage. Et là il se rend compte du bordel que c'est. On n'avait aucun contact avec lui, on ne le voyait jamais. Il avait en quelques sortes "fuit", depuis le divorce de mes parents. La tension monte. T et S se disputent, S ne veut pas que T s'en sorte comme si de rien n'était. T fait le pacha, il manipule ma mère, lui fait croire qu'il cherche du travail, lui propose de faire des travaux. Ma mère qui est désespérée, et qui a de grosses dettes se laisse amadouer... T délire totalement, il dit que c'est nous qui avons un problème. Il dit que de toutes façons, il a été militaire, qu'il a fait 12 métier en 3 ans. Patati, patata. Il enchaîne les mensonges. À chaque fois qu'on arrive à le virer de la maison, il fait les yeux doux à ma mère, et il rentre finalement chez moi. Ma mère marche à fond ; S et moi ne pouvons pas compter sur elle. S passe à l'attaque, il refuse de faire la moindre chose pour T, qui ne comprend pas, et qui s'énerve...
    Un soir, S refuse de servir à manger à T ( je ne sais pas si c'est pareil pour tout le monde, mais chez moi, chaque soir, c'est UNE SEULE et même personne qui sert à manger à tout le monde ). T s'énerve, et monte manger dans sa chambre. Il redescend, énervé, stressé. Il nous dit qu'on est complètement fous, qu'on est paranoïaque. Il nous menace, nous dit que s'il veut, il peut faire "sauter la maison". Il nous dit " étouffez-vous avec votre salade". Il menace de mort S, lui dit qu'il va "lui refaire les dents sur le trottoir". Que s'il le trouve, il le tue.
    ( S est frêle, maigre, et pèse 58 kilos pour 1m85, il est faible, il ne fait pas de sport. T, lui, est entré à l'armée, est bien plus carré et plus musclé : S'ils se battent, S est mal barré. )
    T continue de menacer S. puis il part, excédé. S et moi avons peur pour notre peau. On décide de convaincre ma mère : T n'est pas normal, il a des problèmes. Je ne sais pas si ça ressort à travers ce que j'écris. Je ne vais pas tout raconter, mais il y a plusieurs épisodes qui nous laissent penser que T a des tendances mythomanes. Il se comporte comme un sociopathe. Il ne pense qu'à lui, s'en fou des autres, c'est comme s'il n'avait aucun sentiments en fait... Bref. S et moi insistons ; Si T ne se fait pas soigner, nous portons plainte, puisque c'est la seule solution. Puis ma mère part travailler, elle reviendra le lendemain matin à 7h.
    Le soir, lorsque nous devons sortir le chien, nous le sortons à deux, de peur de croiser ce psychopathe. S s'est même équipé d'une barre d'altère, au cas où.
    Le lendemain matin, ma mère rentre du boulot. je lui ouvre la porte. Et qui vois-je ? T. Il monte sans hésiter dans la chambre de S, et commence à le provoquer, à se moquer de lui. Il lui dit " Tu sais hier, quand tu m'a viré de la maison, je t'ai pris une clope. Ca sera à chaque fois pareil, quand tu voudras me virer de la maison, je te prendrai quelque chose, que tu le veuilles ou non".
    S est excédé. Je devais aller au lycée, mais S s'est levé, et m'a embarquée dans sa voiture. " Viens, on va porter plainte".
    nous sommes donc allés porter plainte... La procédure est longue, trop longue.
    Bon je vais abréger, parce que c'est trop long...
    les flics ne l'ont même pas embarqué. il serait capable de nous tuer de sang froid, et les flics n'ont rien fait. je sais que c'est pas aussi simple qu'on peut le penser, mais c'est là qu'on voit que c'est mal foutu. Depuis, T séjourne chez un ami à ma mère. des fois il viens récupérer des affaires chez moi. et il en profite pour se servir dans mes affaires. Ca peut sembler ne pas être important, mais si vous saviez à quel point c'est horrible. Une personne qui se permet de vous pourrir la vie, sans se rendre compte de ce qu'il fait, qui se permet en plus de ça de faire comme si on s'entendait bien... C'est horrible.
    Depuis, j'ai peur. De puis que je suis toute petite, je vivais déjà un cauchemars, mais là, depuis Février, je deviens complètement folle. J'ai le sentiment que cette histoire va mal se finir. T va mal finir. S aussi, il se sent mal, quoi qu'il sort un peu du trou ... mais même. C'est trop pour lui. Ma mère, elle, se préoccupe plus de ses histoires d'argents que du reste. Elle préfère fermer les yeux, c'est tellement plus simple. Mon père lui, n'est pas au courant de l'histoire... Je n'ai pas envie qu'il le sache, je n'ai jamais entretenu de très bon rapports avec lui, il n'a presque jamais été présent pour moi, alors je n'ai pas envie. J'ai peur, je n'ai que mon frère S pour me soutenir. on est devenus très proches, mais au fond, on sait qu'on va mal. Il fume trop. et pas des cigarettes. il m'a même fait goûter. C'est con à dire, mais ça fait oublier. Lui même m'a dit que sans les joints, il pense qu'il ne serait plus là.

    Actuellement, je suis en vacances chez mon père. Je suis loin de tout ça. je vois régulièrement S. J'appréhende mon retour chez moi, j'ai peur du choc que ça me faire. revenir dans la merde après 1 mois et demi passé loin de tout ça, ça fait peur.
    Je me suis rendue compte qu'au final, je ne peux même pas compte sur ma mère. C'est S et moi qui avons agi. Elle nous a regardé faire. Ca me fait me sentir mal. Tout ça va mal se finir, je le sais. J'ai trop sur la conscience, à seulement 14 ans, j'ai trop vécu. Je suis sur le pont de mettre mon frère T en prison. Même si je ne le considère plus comme mon frère, ça reste mon frère. Et à 14 ans c'est trop dur.

    Mon frère pervers, violent, impulsif, qui ne se rend compte de rien, qui est dans son monde... Une sorte de psychopathe/sociopathe totalement dément. Capable du pire.

    Besoin de vos réactions SVP

  • Il faut que tu portes plainte



    Bonjour Mary,
    Ton message me fait froid dans le dos!
    Tu dois absolument rencontrer une assistante sociale, prendre un avocat et déposer plainte à la police.
    Ce dont tu as été victime est extrêmement grave, tu ne peux pas laisser les choses comme ça, il faut que ton frere soit condamné, et peut-être même soigné.

    Agis !
    Voici quelques numéros que tu peut contacter, ils t'aideront à savoir quoi faire :
    SOS VIOL : 0800 05 95 95
    Jeunes Violences Ecoute :0 800 20 22 23
    Police : 17

    Bonne chance, et n'hésites pas à revenir sur ce forum si tu as besoin d'aide.

    Commentaire


    • Il faut que tu portes plainte
      Don't worry



      S a porté plainte, mais c'est juste que ça traine. Ma mère a réussi à en parler à une psychologue qui a fait une déclaration au procureur, donc je n'ai pas besoin de porter plainte.

      Commentaire


      • Portes plainte!



        Je ne sais pas ou tu en est actuellement , car ton mess à déjà 3 mois mais il est plus qu'important que tu portes plainte, que ton frère l'ai fait, qu'il y ai procureur ou pas . visiblement tu ne peux pas compter sur ta mère pour qui il est très difficile d'assumer les problèmes de son fils . Mais tant que T est en liberté, il est dangereux pour toi et pour autrui , car il est profondément détraqué , et a des pulsions . Ta plainte et ton vécu avec lui ...voilà ce qui a du poids ! plus que la plainte de ton frère S. Il est tant de le faire avant qu'il y est prescription !
        Protèges toi et protèges les autres , je comprend que ce soit difficile pour toi, mais penses à ton avenir ...

        Commentaire


        • Salut



          sa fais longtemps que tu as poster ce message mais sa ma toucher ..j'ai de la peine pour ce qui t'es arriver sa ne doit pas etre facile à mon avis depuis le temps sa doit aller mieux....par contre j'ai très mal réagi vis a vis de la réaction de ta mère , voir que c'est ton autre frère qui ta défendu et qu'elle a fermer les yeux c'est lamentable!!!!! je ne sais pas si ta mère ta soutenu ou pas et ou sa en est aujourd'hui mais si elle ta soutenu c'est bien parce qu'elle a du voir que tout tourner à ton avantage donc elle n'avait pas le choix que de t'aider sinon c complicité avec son fils ..franchement tu va peut etre me trouvais dans le jugement et méchante envers ta mère mais c'est une grosse ....bref normal c'est ta mère tu ne peux pas lui en vouloir mais franchement bravo t'avoir laisser comme sa des années c vraiment inadmissible !!!!!! ou alors elle été dans le déni total ou elle a même subi des violences quand elle été jeune car de la part d'une mère c'est pas normal....bref j'espère que sa c arranger pour toi !!!! bon courage pour tous et en tout cas c bien tu as eu du courage d'avouer tout sa !! bises

          Commentaire


          • À vomir !



            j'ai 54 ans, et une fille de 15 ans...
            donc je suis papa, et surtout papa résponsable et attentif.
            j'aie du mal à comprendre que personne dans ton entourage, et surtout ta mére n'ont pas réagit ...?
            il est souvent des cas où la femme, la mére, est au courant de ce qui se passe et ferme les yeux en pensant : mieux qu'il soit sur elle que sur moi...
            vas voir une assistante sociale, elle va t'envoyer chez un avocat, et fait moi plaisir, fout moi tout ça en prison...pk il n'y a pas que ton frére de dérrangé et malade dans l'histoire.
            mais que fait la police ?
            le fait de te battre va "un peu" te faire oublier ce par quoi tu es passée....celà va t'apporter un but et t'aider dans ta reconstruction.
            jean.
            ... cassar@wanadoo.fr

            Commentaire


            • Je comprendres



              Salut, c'etait juste pour te dire que je te comprendres, j'ai veçu la meme chose que toi avec mon frere et apres avec mon propre pere. Ma mere avait fermer les yeux et je n'avait personne pour m'aider.
              Si tu doit mettre ton frere en prison faits le car c'est en etant reconnu comme victime que ta guerisson va commencer. Sa va prendre des années, tes plaies ne vont pas se refermer facilement mais avec le temps tu vas apprendres a vivre avec.
              Tu dois etre forte! Ne reste pas dans cette situation, sors toi de là. Parle a une assistante sociale ou vas voir les gendarmes. Il ne faut pas avoir honte. Ne gaches pas ta vie pour des gens qui ne vaut pas le coup.
              Reponds moi si tu as besoin de parler! Je suis passer par la et je sait a quel point tu souffres.

              Commentaire


              • Je comprendres
                Salut stephie



                bonjour,
                la maraine de ma fille, à était violée par son propre pére à 12 ans sur la table de la cuisine alors qu'elle rentrait de l'école...
                aujourd'hui elle "ne le montre pas" et à une vie normale.
                sa mére à pris ses 2 enfants sous le bras et, sans argent, sans travail s'est barrée illico de la maison.
                il y a des gens tt de même qui réagissent, mais j"ai la sale impression que ce ne soit pas tjrs le cas !
                j'ai du mal à comprendre comment ces gens là, que ce soit frére, pére, cousin ou autres tordus arrivent à se regarder dans la glace. (?) et la mére, qui est au courant et ferme les yeux n'est pas mieux non plus ! voir pire...
                bref, j'ai honte d'être un homme.
                jean.
                ... cassar@wanadoo.fr

                Commentaire

                Publicité

                publicité

                Chargement...
                X

                publicité