publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ce qu'on ne vous dit pas sur les nourrissons et l'allaitement...

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ce qu'on ne vous dit pas sur les nourrissons et l'allaitement...



    Bonjour à toutes,
    Voila, j'ai eu l'envie d'écrire un post que j'aurais souhaité lire avant d'accoucher, cela aidera peut être une ou deux...

    Un nourrisson :
    - dans les 24 à 48 heures qui suivent la naissance, ça dort : méfiez vous, ça ne durera pas lol !
    Après, ils dorment la journée et pleurent la nuit. Parfois toute la nuit, toutes les nuits. C'est épuisant physiquement et nerveusement...
    - On ne sait pas souvent pourquoi un nourrisson pleure : pleurs du soir, de fatigue, d'énervement, de faim, de douleurs ? On ne sait pas. Mais qu'est ce qu'un nourrisson peut pleurer, fort et longtemps sans s'exploser les cordes vocales !
    La crise de 17h25 : je l'ai appelé ainsi car pendant environ six semaines, mon bébé commençait à pleurer voire hurler presque tous les soirs à cette heure là... Un nourrisson accumule de la tension, et peut avoir besoin de l'évacuer (ben oui, ils n'ont pas le boulot, le ménage, le sport pour se destresser...).
    Il n'es tpas forcément bon de vouloir le calmer à tout prix, c'était très mauvais pour le mien, car lorsque je voulais et arrivais à le calmer... il avait des coliques derrières... Et vous ne serez pas une mauvaise mère si vous laissez pleurer votre bébé, au contraire, vous montrerez du courage (bon, je préviens : ce que je dis n'est pas valable pour tous les bébés hein ? ) à supporter ses pleurs : certains enfants ont besoin de pleurer en compagnie, d'autres seuls. Le mien a fait les deux....

    L'allaitement : là, je vais vous livrer mon vécu, et pour en avoir discuté avec des copines, je vais me permettre de faire des généralités.
    Allaiter, au début, cela fait mal dasn de très nombreux cas. Très mal. La montée de lait peut vous donner des obus, bébé peut en avoir du mal à téter.
    Les grosses douleurs durent environ 15 jours. Et 15 jours, c'est long (j'ai tenu dix jours moi).
    Et franchement, là, c'est mon ressenti... j'ai adoré le contact avec mon enfant, le voir s'endormir sur mon sein, c'est beau, c'est jouissif, c'est tendre.
    Mais l'allaitement en soi, je n'ai pas aimé.

    voila, il y a certainement d'autres choses, je vous livre ce qui m'a le plus heurté dans les premiers jours, les premières semaines de vie commune avec ce merveilleux petit être que j'aime de tout mon coeur, de tout mon corps, de toute mon âme :amour:
    Je ne vous parle que du négatif, le positif est tellement beau, tellement intime, que vous le découvrirez vous même avec bonheur et plénitude.

  • Pour l'allaitement,



    je te comprend... j'ai tenu 3 semaines!!! c tres dur en plus je n'avais pas bcp de lait!!!
    Ca me fais parfois sourire d'entendre des futures mamans dire qu'elles attendent avec impatience ce moment... (ce que je comprend tout à fait)mais sachez les filles que ca ne se passe pas tjrs comme on veut!

    Commentaire


    • Pour l'allaitement



      oui, certes, ca ne se passe pas toujours comme on l'aurait souhaité, mais il y'a TOUJOURS des solutions aux problèmes (bon après effectivement, il faut trouver un personnel medical compétent qui ne racontent pas des betises a tire larigot...). Les douleurs ne sont pas obligatoires! Quand on est bien conseillé et bien renseigné, on arrive généralement à passer outre
      Pour ma part, j'ai souffert le martyr pendant 2 longs mois, et je me sui accrochée car il n'etait pas concevable pour moi de donner du lait en boite a mon bebe! Et bien la reussite de mon allaitement est une de mes plus grandes fiertés! Alors je voudrais dire aux mamans qui souhaitent allaiter de s'accrocher, car ca ira mieux!!! Les douleurs passent, c'est horrible mais ca passe! Qu'elles ne perdent pas espoir Depuis 1 mois, je savoure chaque tétée

      Commentaire


      • Un ptit peu de positif tout de même :fou:



        Je suis maman d'une petite Emma de 11j et je voudrais juste ajouter ma très petite expérience...
        Ma fille ne pleure pas (pour l'instant) , ni le jour, ni la nuit.
        Elle dort autant le jour que la nuit.
        la montée de lait ne m'a pas fait mal du tout (juste des crampes pendant 24h aux bras et aux seins mais très très gérables)
        Bébé a tèté comme une chef dès le début :bien: donc pas de crevasse
        Les seules douleurs sont celles du début des tétés qui durent 10 secondes.. mais aujourd'hui je n'ai même plus ce désagrément :bien:


        Voilà pour ma part, ca n'est pas aussi idyllique pour tout le monde, certe, mais bon, ça peut arriver
        Biz
        Aline et Emma 11J

        Commentaire


        • A propos des pleurs... ca en fera ptet reflechir certaines...
          Merci !!



          merci, tu viens de dire ce que je voulais dire

          ça m'énerve aussi ce genre de posts :fou:

          Commentaire


          • A propos des pleurs... ca en fera ptet reflechir certaines...
            Oui mais...



            Il est aussi prouvé qu'un nourrisson a besoin d'expulser sa tension en pleurant sans pour autant ressentir d'autres besoins.

            Et donc, oui, tu peux décider de le soutenir dans ce moment en le portant.
            Comme tu peux décider de lui laisser l'occasion de s'exprimer sans vouloir le calmer.

            Et oui, elle a raison, cette deuxième option demande un certain courage parce que ce n'est pas dans nos mentalités/ habitudes que de laisser un nouveau- né pleurer.
            Mais ce n'est pas mal agir, sauf s'il a un AUTRE besoin.
            De même que ce n'est pas mal agir que d'essayer de le calmer.

            Commentaire


            • A propos des pleurs... ca en fera ptet reflechir certaines...



              Dans les cliniques daccouchement du monde occidental, il ny a guère despoir de se faire consoler par les louves. Le nouveau-né qui réclame par tous les pores de sa peau le contact originel avec un corps doux et mou qui irradie la chaleur est enveloppé dans un lange sans vie. Il peut crier aussi fort quil veut, on le met dans une boîte où il est abandonné à un vide torturant et où il ny a aucun mouvement (pour la première fois depuis lorigine de son existence physique , depuis des millions dannées de son évolution ou de sa félicité éternelle dans lutérus). Le seul bruit quil puisse percevoir, ce sont les hurlements dautres victimes qui souffrent les mêmes indicibles tortures infernales. Ce bruit ne peut rien signifier pour lui. Il hurle et hurle tant quil peut ; ses poumons qui ne sont pas habitués à lair sépuisent sous le poids de ce cur désespéré.
              Personne ne vient. Comme, de par sa nature, il croit que la vie est juste, il fait la seule chose quil puisse faire : il continue de hurler.

              A la fin il sendort, à bout de forces toute une vie plus tard, hors du temps. Il séveille dans langoisse inconsciente du silence, de limmobilité. Il pleure.

              Il brûle de besoin de la tête aux pieds, de désir, dimpatience insupportable. Il ouvre la bouche pour respirer et hurle, jusquà ce que le bruit remplisse son crâne, quil soit prêt à éclater. Il crie jusquà ce que la poitrine lui fasse mal, que sa gorge soit en feu.

              Il ne peut plus supporter la douleur ; ses sanglots saffaiblissent puis sarrêtent. Il écoute. Il ouvre et ferme les poings. Il tourne la tête dun côté puis de lautre. Rien ny fait. Cest insupportable. Il recommence à hurler, mais sa gorge est trop fatiguée ; bientôt il sarrête à nouveau. Il raidit son petit corps torturé de dé&sir et il perçoit un soupçon de soulagement. Il remue les mains et gigote. Il sarrête, capable de souffrir, mais incapable de penser, incapable despérer. Il écoute. Puis il se rendort.

              Brusquement on le soulève ; lattente de ce à quoi il devrait avoir droit se manifeste à nouveau. On enlève le lange mouillé. Soulagement. Des mains vivantes touchent sa peau. On le soulève par les pieds et on remet entre ses cuisses un autre morceau détoffe sec comme du caillou et inerte. Immédiatement, cest encore comme sil ny avait jamais eu ces mains, ni le lange mouillé. Il ny a pas de souvenir conscient, pas trace despoir.
              Le bébé se trouve dans un vide insupportable, hors du temps, dans limmobilité et le silence, plein de désir infini et inassouvi. Son continuum essaie les mesures de sécurité, mais elles sont toutes uniquement propres à pallier de petites défaillances dans un traitement par ailleurs adéquat, ou bien demander un soulagement à quelquun dont on présume quil lapportera. Pour le cas extrême qui se présente, le continuum na pas de solution. La situation dépasse son expérience pourtant immense.

              Depuis quelques heures à peine quil respire, le bébé a déjà atteint par rapport à sa nature un degré daliénation dont même son puissant système de sécurité ne peut plus le sauver.

              Le séjour dans la matrice maternelle a été selon toute vraisemblance le dernier dans cette atmosphère de bien-être ininterrompu où, selon lattente qui lui est innée, il aurait dû passer toute sa vie. Toute sa nature se fonde sur lidée que la mère se comporte de façon adéquate et que les motivations et les actes qui en résultent dune part comme de lautre seront tout naturellement dans un rapport de réciprocité qui les servira lun comme lautre.

              Quelquun vient et le soulève délicatement. Le bébé sanime. On le prend certes trop timidement à son goût ; mais au moins il y a du mouvement. Maintenant il se sent à la bonne place. Toute langoisse mortelle quil vient de traverser nexiste plus. Il est couché dans des bras qui lentourent ; et bien que sa peau ne retire aucune impression de douceur du contact avec létoffe, rien qui annonce la proximité dune chair vivante, les mains et la bouche lui disent que tout est normal. La joie de vivre, qui est létat normal du continuum est presque parfaite. Il y a le goût et la structure du sein, le lait chaud coule dans sa bouche avide, il y a ce battement de cur qui aurait dû être la liaison, garantir le lien avec le corps maternel, ses yeux qui y voient à peine perçoivent un mouvement. Le ton de voix aussi est bon. Il ny a que létoffe et lodeur (sa mère met de leau de Cologne) qui font quil manque quelque chose. Il tête et quand il se sent rose et repu, il tombe dans la somnolence.

              Au réveil, il est de nouveau dans lenfer. Pas de souvenir, pas despoir, pas de pensée qui puisse lui rappeler dans le désert de son purgatoire le réconfort de la visite auprès de sa mère.
              Des heures passent, et des nuits, et des jours. Il pleure, il se fatigue, il sendort. Il séveille et mouille ses couches.

              Maintenant il nen éprouve plus aucun bien-être. A peine ses organes internes lui ont-ils communiqué le plaisir du soulagement que celui-ci est à nouveau supplanté par une douleur croissante quand lurine chaude et acide attaque son corps déjà irrité. Il hurle. Ses poumons épuisés ont besoin de hurler pour couvrir cette brûlure aiguë. Il hurle jusqu'à ce que la douleur et les hurlements lépuisent, avant quil sendorme à nouveau. dans sa clinique qui ne constitue en rien une exception, les infirmières qui ont beaucoup de travail changent les langes à heures fixes quils soient encore secs, humides ou complètement trempés ; et les enfants ont le corps tout irrité quand elles les renvoient à la maison où il y aura quelquun qui aura le temps de faire ce genre de choses et qui les guérira.

              Lorsquon lemmène à la maison de sa mère (on ne peut guère dire que ce soit chez lui), il est déjà tout à fait au courant de la nature de lexistence. A un niveau préconscient qui déterminera toutes ses impressions ultérieures de la même manière quil sera réciproquement marqué par elles, il sait que la vie est indiciblement solitaire, sans réaction à aucun des signaux quil peut émettre et pleine de souffrance. Mais il ny a pas encore renoncé. Tant quil y aura de la vie en lui, les forces de son continuum essaieront toujours de retrouver leur équilibre. La maison ne se différencie guère de la clinique daccouchement, si ce nest pour lirritation de la peau.

              Les heures où il est éveillé, lenfant les passe dans la nostalgie, le désir et linlassable attente de létat adéquat qui selon le continuum devrait remplacer le vide et le silence. Pendant quelques minutes par jour son désir est satisfait et ce besoin de contact, ce besoin quon le porte et quon le promène, ce besoin effroyable qui le démange constamment est comblé. Sa mère fait partie de celles qui, après bien des élucubrations, se sont décidées à autoriser à lenfant l ... à leur sein. Elle aime dune tendresse encore jamais connu.

              Au début, elle a de la peine à le recoucher après la tétée, surtout parce quil hurle si désespérément. Mais elle est persuadée de devoir le faire car sa propre mère lui a dit (et elle est bien placée pour le savoir) que plus tard il serait mal éduqué et lui ferait des difficultés si elle lui cédait maintenant. Elle veut tout faire comme il faut ; et pendant un instant elle sent que la petite vue quelle tient dans ses bras importe plus que tout au monde. Elle soupire et le repose tout doucement dans son berceau capitonné de tissu avec des petits canards jaunes, assorties à toute la pièce. Elle sest donné beaucoup de mal pour mettre des rideaux en coton, un tapis en forme de panda géant, une table de toilette blanche, une baignoire et une table à langer. Il fallait aussi du talc, du savon, de la crème, du shampooing et une brosse à cheveux - le tout dans des tons de bébé. Au mur, il y a des images de bébés animaux habillés en hommes. La commode est pleine de petites chemises, de barboteuses, de petits chaussons, de petits bonnets, de gants et de langes. Dans langle sur le dessus il y a un mouton en laine et un vase de fleurs - des fleurs que lon a coupées, parce que la maman aime aussi les fleurs. Elle tire sur les bords de la petite brassière et couvre le bébé dun drap brodé et dune couverture qui porte ses initiales. Elle la regarde avec une certaine satisfaction. On na rien négligé pour que laménagement de la chambre du bébé soit parfait, même si par ailleurs le jeune couple ne peut pas encore sacheter tous les meubles qui sont prévus pour les autres pièces.

              Elle se penche sur lenfant et dépose un baiser sur cette joue soyeuse ; puis elle se dirige vers la porte alors que le premier hurlement de torture lui transperce le corps. Elle ferme tout doucement la porte. Elle lui a déclaré la guerre. Il faut que sa volonté lemporte. A travers la porte elle entend des cris, comme si lon torturait quelquun. Son continuum les identifie en tant que tels. La nature ne donne pas de signe sans équivoque voulant dire que lon torture quelquun quand ce nest pas vraiment le cas. Elle hésite. Son cur se sent attiré vers lui, mais elle résiste et sen va. Elle vient juste de le changer et de lui donner à téter. Elle est donc sûre quen réalité il ne lui manque rien, et elle laisse pleurer jusqu'à épuisement.

              Il séveille et se remet à hurler. Sa mère jette furtivement un coup dil par la porte pour sassurer quil est couché comme il faut : tout doucement encore, pour que lattention quelle lui manifeste néveille pas de faux espoir, elle referme la porte. Elle se précipite dans la cuisine pour faire son travail, elle laisse la porte de la cuisine ouverte pour entendre le bébé si jamais il lui arrivait quelque chose .

              Les hurlements de bébé se changent en plaintes chevrotantes. Comme personne ne répond, le mécanisme qui active ses signaux se perd dans la confusion du vide sans vie, alors que le réconfort aurait dû venir depuis longtemps. Il regarde autour de lui. Au-delà des barreaux immobiles et le mur. Il perçoit des bruits qui nont aucun sens, provenant dun monde lointain. Près de lui, tout est calme. Il regarde le mur, jusqu'à ce que ses yeux se ferment. Lorsquil les rouvre, plus tard, les barreaux et le mur sont toujours exactement pareils, mais la lumière est encore plus triste.

              Source : Le concept du continuum : à la recherche du bonheur perdu, Jean Liedloff

              Commentaire


              • Non, lemoineau le dit elle-même
                Et bien, je dois vivre dans un cadre maternant



                alors... Tu as sans doute raison :fou: ... enfin, tu es sure d'avoir raison, plutôt.

                Tu interprètes mes paroles, en fait: tu es certaine que laisser pleurer veut dire l'abandonner à son triste sort, tout seul. Ce n'est pas le cas. Tu peux très bien être présente pour ton enfant sans pour autant le porter au moindre cris.

                Ce qui compte, ce n'est pas la manière de le faire (toi, tu portes, certaine dise "je te comprends, je suis là et j'attends que tu te calmes) mais l'attention qu'on y porte.

                Commentaire


                • Non, lemoineau le dit elle-même
                  Arrêter de m'interprêter, bon dieu!



                  D'accord, je n'ai pas été complète mais je n'ai JAMAIS dit que je le laissais pleurer TOUT SEUL DANS SA CHAMBRE PENDANT DES HEURES!!!! Fô lire, quand même!

                  Je dis juste que la façon de soutenir un bébé QUI EXPRIME UNE TENSION (PAS DANS LES AUTRES CAS!!!!!!!!!!) ne passe pas que par le portage (Cf les cours de psycho donné aux professionnels de la petite enfance, ULB)

                  Il y a probablement autant de façon de soutenir les premières découvertes de nos enfants qu'il y a de maman.

                  J'ai dit aussi que si la fille qui est à l'origine du post a choisi une AUTRE façon, ça demande une cartaine forme de courage.

                  Et il suffit de voir vos réactions pous s'en convaincre :fou:

                  Commentaire


                  • C'est pas une surprise!!



                    Faut sortir de ton cocoon... Moi je suis enceinte de 23 sa et je savais déjà tout ça!!
                    Mais je ne suis pas d'accord avec ta façon de l'exposer, on croirais presque que 90% des mères souffre le martyr et n'arriverons pas à tenir plus de 2 semaines pour allaier!!
                    On sait que l'allaitement peut faire mal, tu peux même avoir des crevasses aux seins. Mais il y à plein de maman qui allaite des mois!
                    Quant au pleurs, un nouveau né n'a pas encore la notion de "caprice", s'il pleure c'est qu'il a quelques choses qui ne va pas, soit physique (besoin de manger, changer sa couche, collique ou autres) soit psychologique (il a peut-être peur ou est angoissé!) donc d'après moi le laisser pleurer n'est pas une solution!!!
                    Ce que tu appelle les pleurs de 17h25 sont fréquent chez les nourissons, et les médecins n'ont pas encore d'explication! Une des réponses possible est comme tu le dis, qu'il décompresse après la journée mais rien n'est sûr!
                    A côté de ça, un enfant vous porte tellement de belles choses que tout cela est bénin!
                    Bonne journée

                    Commentaire


                    • Moué



                      Moi aussi je peux tirer des généralités en discutant avec mes copines, et ben tu sais quoi ? J'arrive pas aux mêmes conclusions que toi :fou:

                      J'allaite ma fille de 7 mois, je n'ai JAMAIS eu mal au sein :non: Allez je t'accorde que la montée de lait est pas un moment très agréable, mais en 2 ou 3 jours et en appliquant des conseils simples c'est terminé...

                      Ca me parait difficile de parler de l'allaitement avec un vécu de 10 jours seulement sur le sujet :-/ Tu n'as vu que la partie difficile, tu as sans doute été mal conseillée (d'où tes douleurs), si je devais me baser sur les 2 premières semaines d'aurore pour donner un avis sur l'allaitement c'est sûr qu'il serait moins positif qu'ajd après 7 mois... D'autant plus qu'outre l'allaitement, c'est de s'occuper d'un nouveau né en général qui est délicat, et on a un peu tendance à tout mettre dans le même sac juste après l'accouchement (fragilité émotionnelle, fatigue, etc...).

                      Bref...

                      Pour le reste, Aurore n'ayant jamais pleuré je peux pas juger... Ai-je la chance d'avoir un bébé qui pleure peu ? Ou bien ai-je trouvé qq astuces auxquelles tu n'avais pas pensé ? Et par contre elle elle dormait pas la journée non plus :fou:

                      As-tu essayé l'écharpe de portage pour l'apaiser ? C'est efficace pour les coliques aussi... et là je parle en connaissance de cause vu qu'aurore en avait bcp

                      laisser pleurer un bébé POUR MOI c'est du barbarisme :mal: (j'insiste sur le "pour moi", car c'est MON ressenti)... Un nouveau né qui vient de passer 9 mois au chaud dans le ventre de sa mère sans avoir jamais ni faim ni froid ni trop chaud ni soif, et qui se retrouve dans un monde hostile, bruyant et découvre ces sensations désagréables, normal qu'il se sente perdu ! De le laisser pleurer je doute que ça l'aide à s'appaiser :-/

                      Dafoo et Aurore :amour:
                      7 mois, tjs allaitée, portée régulièrement

                      Commentaire


                      • Perso
                        Je m'y attèle



                        Commentaire


                        • A propos des pleurs... ca en fera ptet reflechir certaines...
                          Grillée au poteau :fou:



                          J'hésitais à le poster lol :fou:

                          bise poulette

                          Commentaire


                          • :fou:



                            désolée mais l'allaitement ne fait pas forcément souffrir :d même si je suis d'accord sur les "obus" :o :o
                            par contre, quelles grosses douleurs ? sur 15 jours ? moi j'ai rien eu du tout !!! et pour aucun de mes deux enfants !
                            quant à la "crise de 17H25" :d moi elle débute vers 18H (je grapille tu vois) mais je peux tout à fait le rassurer sans qu'il ait de coliques !!! et le laisser hurler ne change rien ... il a juste besoin de me sentir là ... (oui ok, moi et mes nénés)
                            voilà je crois qu'il ne faut pas faire de son enfant une généralité pour tout le monde :d et chacune sa façon de faire
                            et puis moi je trouve pas de négatif, même quand il hurle, je trouve ça beau -(oui je suis tarée et alors ??? :d)

                            a pluch !

                            fanoche et roméo 1 mois et 6 jours :amour:

                            Commentaire


                            • Cela aidera p-ê une ou deux????



                              bizarre ton post. Oui des bb pleurent plus ou moins selon le bb, il y en a qui ne pleurent jms aussi. Un point où je suis d'accord avec toi, on a oublié de me dire, ou j'ai entendu nullepart des pleurs du soir, oui ça peut être stressant mais bon faut que bb s'adapte à son nouveau environnement.
                              Quant à ton disours sur l'allaitement...je ne vois pas l'utilité pour qui que ce soit, qd tu dis ça fait mal ds de nombreux cas je dirais plutôt que les nouvelles mamans sont plutôt très mal informées ds de nombreux cas.
                              J'ai allaité 2 enfants donc je suis passée par l'étape des prem jours 2 fois et il ne faut pas exagérer non plus, oui les seins st sensibles mais je suis désolée si tu es bien informée et renseignée surtout il y a des choses de base à faire pr éviter que ce soit réellement douloureux. Ca fait pas aussi mal que ça, de plus je suis assez douillette et pas maso à ce point. Tu as arrêté l'allaitement avt qu'il soit mis en place donc il est clair que le réel bonheur de l'allaitement, et je répète qui ne fait pas mal du tout, tu ne connais pas.
                              Donc en conclusion avec tous les aprioris qu'ont les gens déjà sur l'allaitement et pour les mamans qui doutent encore quant à leur choix bib/sein ton post fait pas avancer les choses. Je suis dsl pour toi que l'allaitement n'a pas été une expérience plus enrichissante.

                              Commentaire


                              • Pour clôturer ma participation à cette pol et micke et puisque certaines sont friandes de textes



                                Je suis sur stimulé :

                                Longtemps associé aux coliques ou gaz, ces pleurs sont les grands incompris de nos bébé.

                                La vie du bébé est très active, son développement physique, intellectuel et émotif, son environnement, ses nouvelles découvertes, ses sorties, ses nouveaux jeux, amis, activités peuvent le mener dans un état de sur stimulation le menant aux pleurs inconsolables.

                                Ceux-ci surviennent généralement en fin de journée (peuvent également survenir à dautres moments) lorsque tout le monde a déjà sa journée dans le corps et est fatigué.

                                --> Le fait de ne pas pouvoir calmer le bébé peut augmenter le stress des parents et quelquefois les mener dans un état proche du désespoir (certains parents en viennent à secouer leur bébé).
                                Il faut comprendre quà ce moment le bébé utilise les pleurs pour évacuer le trop-plein de tension quil aura accumulé tout au long de la journée et que ceux-ci sont utilisés de façon saine et naturelle.

                                --> Le fait dutiliser toutes sortes de techniques pour calmer le bébé; comme le bercer, le changer fréquemment de position, chanter, mettre le moïse sur la sécheuse, faire un tour dauto, etc. ne fera quaugmenter la surcharge chez un bébé déjà sur stimulé, exigeant de lui de pleurer davantage.

                                À ce moment le bébé a besoin dun environnement calme avec un minimum de distraction. Sisoler avec lui dans une pièce en diminuant lintensité de la lumière, le bruit, les mouvements éviteront de le stimuler davantage.

                                Pour certains, le contenir en lemmaillotant ou encore en maintenant ses mains sur sa poitrine lui permettra de calmer son système nerveux central et de sapaiser plus rapidement.

                                Si le bébé pleure systématiquement tous les jours à la même heure, un massage exécuté environ une heure avant cette période de pleurs aidera à diminuer de façon significative ce moment difficile de la journée.

                                En quelque sorte le bébé utilisera le massage plutôt que les pleurs comme exutoire au stress. Le massage agit sur la sécrétion des hormones de stress en les diminuant chez le bébé tout comme chez le parent masseur.

                                Une façon facile et efficace pour passer à travers ce moment difficile de la journée.

                                La solution apporté par cet artcile n'est évidemment qu'une solution parmis d'autre.

                                Bonne journée tout le monde!

                                Commentaire


                                • Et puis souvent...



                                  un bb est juste ronchon le soir et ralouille lové dans les bras de maman (meme si certains ralent plus fort avouons-le mon premier etait plustot doué pour brailler) et tete bien des le depart avec des seins qui chauffent un peu (beaucoup? ) mais à peine quelques jours (3j pour bb1 ,48h pour bb 2....)
                                  Si vous avez des questions sur l'allaitement ,il y a un forum tres bien ici ,et sinon "l'allaitement " de Marie Thirion est un excellent bouquin pour s'informer et eviter les mauvaises expèriences comme celle ci , ainsi que les mauvais conseils du personnel soignant dans 2/3 des cas !

                                  l'allaitement se reussit à coup d'information et en lutant contre les idées reçues ,pour une puer qui saura y faire vous aurez plein de personnel soignant "vieille ecole" qui vont vous dire des imbecilités notoires du genre d'attendre entre 2 tt ,de completer au lait artificiel (le lait est produit à la demande complement= baisse de lait systematique ,en plus la succion bib est tres differente de celle au sein et les nouveaux nés s'y perdent et desaprennent à teter) et ils ignorent meme les poussées de croissance !!!!! (à 3j 6j 10 j puis 3 et 6 semaines puis 3 et 6 mois le bb grandit d'un coup et reclame trees souvent à teter ,il faut laisser faire pour adapter la production sans croire que l'on a plus de lait comme vont vous dire certains medecins)
                                  bizz
                                  et bonne grossesse à toutes
                                  elise

                                  Commentaire


                                  • Concernant l'allaitement, ce que tu dis est tout simplement faux ...



                                    Je suis la maman d'un petit garçon de 8 mois et demi que j'allaite toujours. Je l'ai allaité exclusivement jusqu'à ses 6 mois, je continue de l'allaiter en parallèle de la diversification alimentaire ... et ce bien que j'ai repris le travail qd il avait 4 mois.

                                    Et je me permets de te dire que ce que tu dis sur l'allaitement est absolument faux. Allaiter ne doit pas faire mal. Si cela fait mal, c'est que le bébé est mal positionné. Il suffit donc de l'installer correctement. En 8 mois et demi, je n'ai JAMAIS eu mal, JAMAIS eu de crevasses, JAMAIS de douleurs.

                                    La montée de lait ne fait pas mal non pus, les seins sont plus tendus c'est vrai. Si le bébé veut téter, il suffit de le mettre au sein, c'est simple. Si le bébé ne veut pas téter, on peut très bien exprimer un peu de lait manuellement en massant les seins, voire en tirant un peu de lait grâce à un tire-lait (toutes les maternités en ont). Par ailleurs, la montée de lait peut très bien passée inaperçue ... On notera que les choses se passent d'autant plus facilement que la première tétée a pu être donnée dès la salle de naissance. D'un point de vue médical, rien ne s'oppose à cela. Un bébé en bonne santé n'a besoin que d'une chose : être près de sa mère.

                                    Qu'on ne veuille pas allaiter, soit. Que l'on n'aime pas cela, soit. Mais l'allaitement n'a rien de douloureux ou d'insurmontable ... Pourvu que l'on ait les bonnes informations et que l'on soit soutenu ... ce que ton post est loin d'apporter.

                                    Concernant les pleurs du nourrisson, je trouve ça tout à fait absurde. merci à la forumeuse qui a remis le texte concernant la perception du continuum chez le nourrisson : c'est éloquent ! Pourquoi vouloir laisser pleurer un bébé ? Que pense-t-on que cela lui apporte ?

                                    Commentaire


                                    • A propos des pleurs... ca en fera ptet reflechir certaines...
                                      Ben faut pas s'enerver?!



                                      Je n'ai pas trouvé son post effrayant je n'ai pas ete dissuadée bien au contraire je me sents prete à vivre ces mauvais cotés et je serais donc moins anxieuse et j'aurai davantage envie de surmonter cette etape car je serai avertie.

                                      Tu es membre actif d'une association de soutien à l'allaitement maternel et je suppose que du coup tu vois bcp de message qui denigre l'allaitement pourtant attention à ne pas agresser trop facilement celles qui disent que l'allaitement meme si c une bonne chose a des cotés negatifs. Tout n'est pas tout beau tout rose et si tu n'as eu aucun pb lors de l'allaitement ce n'est pas forcement le cas de tout le monde et ce n'est pas parce qu'elles se debrouillent mal, il y a des facteurs qu'on ne controle pas, c 'est comme la grossesse, chacune a des symptomes differents. Etre pro allaittement ne veiut pas dire cacher certaines verité et enjoliver les choses à tout prix, il y a des allaitements qui se passent super bien et d'autres plus difficilement c comme l'accouchemnt.

                                      Bcp de femme autour de moi me disent qu'en effet, les seins sont tres tendus et douloureux au debut, et que le soulagement arrive qd le bb tete car ils se vident enfin.

                                      lemoineau a bien precisé qu'elle en relatait que SON vecu que c'etait des points negatifs car les points positifs, nous aurions largement le plaisir de les apprecier nous meme.

                                      Pour ce qui est des pleurs c'est l'eternel "combat" entre celles qui laissent pleurer leur bb pensant ne pas ceder au moindre caprice et celles qui le prennent systematiquement dans les bras au moindre pleurs pensant combler un manque de tendresse.

                                      Perso je suis assez partagée, je pense (apres plusieurs articles lu à ce sujet) qu'il est bon de le laisser pleurer un peu pour eviter un systematisme qui le rendrait capricieux par exemple si je viens juste de le coucher, je le laisse pleurer un peu puis si il continue je v le voir, sans le prendre ds les bras je le rassure par des contacts puis le laisse à nouveau car il est temps de dormir.
                                      Autre situation, les pleurs de fin de journée, qui lui permettent d'evacuer les tensions, ils sont necessaires et le prendre dans les bras pendant 1h ne changera rien. Le prendre un peu pour le rassurer ok mais pas trop longtemps il n'est pas forcement bien dans les bras.

                                      Pour conclure, je suis contre avoir bb en permanence ds les bras, c pas bon pour lui (il a besoin d'espace) et c une mauvaise habitude, il vaut mieux le porter pour lui apporter du reconfort, qd c necessaire que de le porter tt le temps ce qui perds de son interet. Le proter oui mais à bon escient

                                      Commentaire


                                      • Merci quand meme a cette maman de nous faire partager



                                        son experiance, meme si ce n est pas l avie de toutes les mamans.
                                        je tien a dire que dans de nombreuses réponses avec des réactions asser violente on traite pratiquement cette maman de menteuse, mais cette maman sait ce qu elle a vécue et c est peut etre parce qu elle a mal vécue son allaitement et que nombreuses de ses amies (apparement dans le meme cas)l on mal vécu aussi qu elle se permet de faire une generalité.
                                        certaine femmes on eu un discourt asser méchant alors qu il leur suffisait de dire qu elles ont tres bien vécu l alletement et le vive encor tres bien.

                                        pour ce qui est des pleurs du bébé , je ne sais pas si vous aver entendu parlé du 'pleen du nourrison', cela arrive en début de soiré quand la lumiere tombe, bébé est engoisser et expulse son trop plein de tension en pleurant, et bien il parait qu a ce moment la il faut juste faire voir a bébé que l on est présent , sans forcement le prendre dans ses bras car les pleurs vont l appaisser. un peu comme nous quand on est victime de surmenage et bien il faut pleurer pour ce détandre, car les nourrison accumule beaucoup plus de stress que nous en une journer. mais je précise que tous les bébés ne souffre pas du spleen.

                                        Commentaire


                                        • Concernant l'allaitement, ce que tu dis est tout simplement faux ...
                                          Je suis pas d'accord avec toi...



                                          chacune est différente et personnellement j'ai eu très mal pour le debut de l'allaitement et ce n'était pas dû à la position du bébé... la montée de lait peut faire très mal...

                                          t'as eu de la chance, tant mieux.

                                          si tu relis bien son post, elle parlait de son resenti principalement.

                                          avant de reponsre relis le post, plutot que de lire en diagonale, merci

                                          nat

                                          Commentaire


                                          • Et bien, je dois vivre dans un cadre maternant
                                            En effet



                                            l'avoir dans les bras en faisant autre chose c bien moins apaisant pour bb que de lui faire un vrai calin, lui accorder du temps puis le reposer ensuite dans son transat ou autre.

                                            De toute facon, certaines ont la facheuse habitude de croire que ce qu'elle font est LA SOLUTION, que ca fait d'elle de bonnes meres et pour les autres des meres indignes delaissant leur bb. Elles ne concoivent pas que il y a differentes manieres d'elever un enfant et ne cherchent pas à comprendre des points de vues differents. Accepter les avis des autres n'obligent pourtant pas à les appliquer.

                                            Ca me fait penser au parents qui cedent tout à leurs enfants car il ne faut pas les priver et au contraire celles qui imposent des limites meme si c parfois difficile de dire non. (Attention c un exemple je ne dit pas que porter bb veut dire tout lui ceder)
                                            Il est plus facile de ceder au pleurs d'un enfant que de dire non et c vrai que ca demande du courage car entendre notre bb pleurer est difficile, on voudrait le soulager mais g deja vu des bb inconsolables meme dans les bras (c le cas de lemoineau apparement), ils avaient juste besoin de se defouler.

                                            Mais ne vous leurrez pas, un bb comprends rapidement ce qu'il peut esperer obtenir en pleurant (pas les nouveaux-né hein, mais des 6 mois).

                                            Commentaire


                                            • Concernant l'allaitement, ce que tu dis est tout simplement faux ...
                                              Faux? mais il n'y a pas de vrai ou faux mais un vecu



                                              Ton experience n'est pas l'experience de tout le monde, la preuve, d'autres ont souffert. Lemoineau ne dit pas de ne pas allaiter elle nous informe qu'il peut y avoir qq mauvais coté elle dit qu'elle a apprecié ce contacte avec son bb mais que l'alalitement en lui meme a étét qq chose de difficile et j'en connais plusieurs qui m'ont dis ca tout en me conseillement vivement de faire l'exoerience moi meme.

                                              Ne nous voilons pas la face, tout n'est jamais parfait, alors pkoi cacher, j'apprecie au contraire qu'on me dise la verité, au moins on s'y prepare. Je ne vois vraiment pas un discours anti allaitement dans son post.

                                              Pour les pleurs de bb, attention elle parle seulement de la crise d'angoisse de fin de journée elle ne dit pas de l'abandonner en permanence dans sa chambre. Elle a pourtant essayé de prendre ses enfants pour les calmer mais ca n'a pas marcher.

                                              Pourquoi faut-il tjs que les gens ne lise que ce qui les interesse

                                              Commentaire


                                              • Merci quand meme a cette maman de nous faire partager
                                                D'accord



                                                on est toutes différentes et évitons de faire des généralités...pour moi l'allaitement n'a pas été top pour mes 2 enfants, gros bb, pas assez de lait, je l'ai fait 2 mois et principalement pour eux car moi même si je trouvais ça mignon et attendrissant, ce n'est pas la partie que je préférais...pour les pleurs, j'ai tjrs laissé pleurer mes enfants, pas parce que je pensais que c'était bien ou mal mais juste parce qu'ils pleuraient même dans mes bras et que je n'étais pas capable des les endurer...je préférais les poser plutôt que perdre mon sang-froid...Je précise que j'ai fait une dépression du post-partum pour bb1....résultat, j'ai 2 petits gars très épanouis et pleins de vie que j'adore et je ne me considère pas comment étant une mauvaise mère parce que je ne les ai pas allaités jusqu'à 1an et balladés dans mes bras toute la journée...malgré ce que certaines âmes bien intentionnées ont voulu me faire croire à l'époque....donc voilà, chacune son histoire, c'est bien de savoir que tout n'est pas rose, car si on ne rentre pas dans le moule, on culpabilise de ce fait moins.....
                                                Athina bb3 pour le 6 avril

                                                Commentaire


                                                • C'est pas une surprise!!
                                                  Les pleurs de 17h25



                                                  c est le' spleen du nourrison ' reconnue par la médecine. c est l horloge biologique du bébé qui agit en lui dissant que c est la fin de journée et qu il faut décompresser toutes les tentions de la journer qu il a accumuler, car bébé ne ragarde pas la télé pour se détendre, ni lecture,ni nous parler, la seul facon c est les pleurs pour lui.
                                                  mais tous les bébés ne sont pas sensible a leur horloge biologique, il faut savoir que les bébés n ont pas tous la meme horloge non plus, il n est pas rare que certain commence a 16h30 et d autre a 18h.
                                                  heureusement ca n arrive pas a tous les bébés.

                                                  Commentaire

                                                  Publicité

                                                  publicité

                                                  Chargement...
                                                  X

                                                  publicité