publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Une vie qui rime avec boulimie, vomi.

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Une vie qui rime avec boulimie, vomi.



    bonjour!

    j'ai toujours de nombreuses réticences face à l'idée de devoir m'exprimer sur ce sujet mais je me lance, mon courage à deux mains dans l'idée de me lester de mon nuage noir.
    pour résumer un peu mon parcours, j'ai commencé par arrêter de manger à l'age de14 ans, j'ai perdu 6kgs le premier mois et j'étais satisfaite de ce total contrôle de moi-même, totalement obsédée par mes os qui se dessinaient, fière comme artaban face aux remarques des autres concernant ma silhouette qui s'amaigrissait. J'ai tenu quelques mois dans cette exclusion totalitaire. Jusqu'à ce que les prémisses de la boulimie vomitive se fassent sentir. C'est au terme d'une alternance entre périodes de restrictions extrêmes puis d'hyperphagie avec vomissements que j'ai fêté mon vingtième anniversaire, la tête dans les toilettes, le coeur en vrac et surtout : toute seule. Je suis ultra sociable, j'aime faire la fête et voir du monde, seulement, ma "pathologie" (j'ai du mal à l'appeler comme ça parce qu'elle est toute ma vie) m'empêche de continuer à avoir une vie sociale normale. Quand je suis avec des amies, il est fréquent que je m'en aille, la crise appelant, mentant, inventant, pretextant, toujours. Mais, petit à petit, je me suis de plus en plus éloignée des autres, me sentant toujours plus inutile, dans une existence qui semblait ne pas correspondre avec mes idéaux de vie et surtout très isolée avec la sensation que tout me filait entre les doigts. Quelques semaines après mes vingt ans, j'ai commencé à ne plus sortir de mon appartement et mes crises devenaient de plus en plus violentes, je ne sortais que pour acheter de la nourriture ( 10 knackis, 12pains au lait, 1 paquet de céréales, un pot moyen de nutella, 15tranches de pain de mie, une brique de lait: un exemple de mes courses pour UNE crise) et mes journées étaient rythmées par mes vomissements et mes prises de nourriture.
    Le psychiatre qui me suivait à l'époque m'a fait hospitaliser en clinique (je tiens à préciser que j'ai déjà vu de nombreuses personnes relatives au pôle psychologique pendant mon adolescence) duquel je suis sortie pimpante mais qui s'est soldée par une tentative de suicide. De retour dans le foyer de ma mère, je suis entrée dans une phase de 7 mois de boulimie à tendance surtout hyperphagique durant lesquels j'ai pris 7kgs. Ma vie était un enfer, dès que je sortais et que je passais devant un endroit où l'on vendait de la bouffe, il fallait que j'en achète, je ne parle même pas de tout l'argent que j'ai perdu avec ça depuis des années..... il m'arrivait de me faire vomir entre des voitures, qu'on me voit ou pas, rien à faire, j'étais en trance. j'étais très mal, complexée par mon corps, très mal dans ma peau, dans ma tête je passais mes journées au lit, mes études abandonnées, mon travail démissioné.... Brusquement, j'ai recommencé à me restreindre sur la nourriture, j'ai perdu doucement.....mais là, la boulimie vomitive reprend le dessus. je ne pense qu'à la bouffe, tout le temps, la nuit (je dors environ 5h par nuit), le jour au travail (je sais que je vais me faire virer parce que je suis en train de perdre pied totalement....), je me pèse plusieurs fois par jour en enlevant tous mes vêtements à chaque fois et je pique des colères quand j'ai pris quelques centaines de grammes par rapport à la veille. Aujourd'hui, j'ai 21 ans et je n'ai rien d'autre dans ma vie que ma "maladie", je fuis les gens comme la peste (pourtant les gens que je rencontrent semblent plutôt m'apprécier, je plais à beaucoup de garçons..) mais je me trouve sans arrêt hideuse et inintéressante (qui voudrait d'une relation stable avec une fille qui glorifie la masse nauséabonde qui sort de son estomac ?????) et surtout trop GROSSE.
    Je mesure 160cm et je pesais il y a encore une minute 45.3kgs après une énorme prise de nourriture. Ce poids ne me satisfait pas (je pesais 55kgs avant ma rechute vers la restriction) et je me sens grasse, avec de grosses cuisses et des hanches de femme qui me déplaisent, je n'aspire qu'à perdre encore du poids, c'est ce qui me donne envie de sourire Je m'isole de plus en plus dans ma boulimie, je ne mange rien de la journée en frôlant toujours plus le malaise et le soir, la nuit, je me dédouble. Je suis sur le point de recommencer une psychotérapie mais je n'y crois pas trop, j'ai l'impression que ça va me suivre toute ma vie car ça fait partie de moi, elle est moi en fait. Je recommence à avoir des pensées suicidaires, je suis constamment pleine de spleen et je pleure beaucoup.... J'ai honte de moi, honte d'avaler autant de nourriture, de la vomir et d'être comme un animal incontrolable et dégoûtant. Je me hais à dire vrai et j'ai de plus en plus de mal à l'accepter....... Comment faire pour en sortir ? Parler serait-elle la seule solution ? Comment réussir à se détacher de cet isolement ? J'aimerai bien pouvoir échanger avec des personnes dans le même cas.....
    Courage à vous....

  • Je suis dans le même cas...



    Bonjour,
    En lisant ton histoire, j'ai eu l'impression de lire ma propre histoire. Moi aussi, je souffre d'anorexie boulimie, et je sais ce que ça fait... Hier, par exemple, après 4 jours de "jeune" pendant lesquels je mangeais un quart de pomme par jour, j'ai craqué, et j'ai avalé des quantités gigantesques de sucreries, et de gras. Quand on mange ça, quel plaisir ça procure! Mais après, la culpabilité reprend le dessus, et on se fait vomir... C'est invivable... Moi aussi je ne pense qu'à la bouffe, cette nuit j'ai rêvé que j'étais dans un musée de sucreries, et que je mangeais des centaines et des centaines de sucettes au caramel, de glaces au chocolat... Aujourd'hui, je suis en face d'anorexie, et je ne mange rien. Je prétends à mes parents que j'ai la gastro.
    J'aurai aimé t'aider, je te comprends. J'aime beaucoup la psychanalyse, j'étudie le phénomène de culpabilité (selon Freud), mais je ne pense pas vraiment que ça puisse t'être d'une grande aide... Est ce que tu as eu des soucis pendant ton enfance, ou des parents qui te mettaient la pression? Souvent, ces maladies sont liés à des traumatismes de jeunesse, peut-être que c'est ton cas?
    Actuellement, je pèse 43 kgs pour la même taille que toi, je me dis que lorsque j'atteidrai les 40 kilos j'arrêterai tout, et je recommencerai à me nourrir normalement.
    J'ai songé à faire une retraite spirituelle, aller dans un monastère en Bulgarie, je sais que ça peut paraitre ridicule. Mais je pense que ça peut être une solution: oublier pendant deux mois tous ces tracas, travailler dans les champs toute la journée pourrait aider à ne plus penser à tout ça, et à oublier la balance.
    En tous cas, bon courage, je suis sûre que tu t'en sortiras.

    Commentaire


    • .



      Je me retrouve dans tout ce que tu dis. Jai 20 ans, je suis étudiante et boulimique vomisseuse depuis 3 ans. Je me demande tout le temps pourquoi moi ? Pourquoi je narrive pas à me contrôler ? Autour de moi les gens mangent normalement, sarrêtent lorsquils sont rassasiés et passent à une autre activité. Pas moi. Personne nest au courant de toutes les crises que je fais, de tout l'argent gaspiller. Je vis seule, il est alors facile pour moi de le cacher à ma famille, à mes amis. La nourriture m'obsède du matin au soir. Je vomis tous les jours, plusieurs fois. Je fais les courses une à deux fois par jour. C'est ingérable et j'ai honte. Aujourd'hui, j'avais envie de manger mais faute d'argent, je n'ai pas pu aller faire mes courses. J'ai mangé 300 grammes de pâtes que je n'ai pas vomi pour ne pas avoir faim. C'est un exploit. Une journée sans vomir m'arrive rarement. Une ou deux fois par mois peut être. Je mesure 1m72 et pèse 53 kilos et demain, je vomirais tous les gâteaux que j'irais acheter. Je ne peux parler à personne car je sais que je serais rejetée et que l'on me prendra pour une folle mais j'ai vraiment envie de guérir. Je nen peux plus de cette boulimie qui me gâche la vie. Je ne sais pas comment on s'en sort mais peut être qu'en parler peut m'aider..
      On peut davantage faire connaissance si tu le souhaites.
      Je te souhaite beaucoup de courage.

      Commentaire


      • Difficile d'avouer.



        Bonjour,c'est également la première fois que j'écris à ce sujet.
        J'espère d'ailleurs ne pas avoir répondu trop tard. Je suis dans le même cas que vous,tombée dans l'anorexie puis errant désormais entre l'anorexie et la boulimie vomitive.
        En tout cas ça fait bizarre de se retrouver à parler de ça sur un forum.
        Je suis étudiante moi aussi, j'ai 19 ans et pour moi tout a commencé en février dernier, depuis je n'arrive plus à m'en sortir et, j'ai parfois du mal à me reconnaître, tant physiquement que psychologiquement. Actuellement, je pèse 40kg pour 1m55, je suis descendue jusqu'à 38kg et si ça ne tenait qu'à moi, j'y redescendrai. Bien sûr, je suis loin de la "guérison".
        Atharaxy, en lisant ton message je me suis vraiment retrouvée dans tes "paroles". C'est fou comme ça peut apaiser de constater que d'autres personnes ressentent toutes ces choses que pourtant peu de gens sont en mesure de comprendre. Le fait de se sentir seule, de s'exclure, de sans cesse se dévaloriser, organiser ses journées pour ne pas dire sa vie en fonction des crises.. C'est devenu mon quotidien à moi aussi. "Comment je vais réussir à sortir de là?".. C'est la question que je me pose tous les jours..
        Je n'en dirai pas plus sur ce forum, mais si des personnes sont intéressées, j'aimerais parler de tout ça, finalement, ça serait peut être une voie vers la guérison qui sait?..
        Bon courage, soyez fort(e)s <3

        Commentaire

        Publicité

        Forum-Archive: 2012-092012-102012-12

        publicité

        Chargement...
        X

        publicité