publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Dépressive avec 3 enfants ,besoin d'aide!!!!!!!!!!!!!!!!

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Dépressive avec 3 enfants ,besoin d'aide!!!!!!!!!!!!!!!!



    Bonjour,j'ai 36 ans,je suis mariée depuis 11 ans et j' ai 2 garçons et 1 fille.Mon fils ainé a 10 ans 1/2,ma fille:8 ans 1/2 et mon petit dernier 6 ans.J' ai fait une très grosse dépression à l' age de 20 ans alors que j' étais étudiante à l' école d' infirmières.Je réussissais dans mes études,j'avais un petit ami(qui est devenu par la suite mon mari),une famille qui me gatait beaucoup mais qui était loin de moi.bref rien ne laisser penser que j' allai tomber dans un gouffre et y rester pendant 5 ans :arret de mes études,souffrance jour et nuit,l' enfer de vivre.C' est avec la naissance de mon fils et puis de ma fille que je me suis remise à aimer la vie.Nous avons choisi avec mon mari d' avoir un troisième enfant et de nouveau à partir du 6 eme mois de grossesse je suis retombeé en dépression,j'ai vécu mes derniers mois sous anxiolytiques,somnifères mais malgrè ça je pouvais de moins en moins m' occuper de mes enfants,j'arrivai plus du tout à dormir,ma souffrace était telle que j' avais l impression de bruler vive,je voulais qu' on me fasse accoucher car je culpabilisais de faire subir tout cela à mon bébé.JE VOULAIS QU'ON ME DONNE DES ANTI DEPRESSEURS car je n' arrivais à plus rien faire,j' avais plus de force et personne ne m' aidait(pas de famille sur place, pas de connaissances et mon mari travaillait beaucoup).Mon petit Mathis est né le 8 decembre 2002 en bonne santé mais moi j' étais au plus mal,je souffrais tant que j' avais l'impression de devenir folle et ma seule solution c' était mourir pour ne plus souffrir mais je ne pouvais pas abandonner mes 3 enfants alors j' ai continué à survivre et à m' occuper de mes 3 enfants avec une aide à domicile.Malgrè tout je me sentais tellement angoissée que un jour j' ai écrit un petit mot d'adieu à mon mari et à ma famille et j' ai avalé 4 boites de médicaments alcool.Après des heures de coma et 48 heures de sommeil ,je me suis réveillée.J' ai été placé en hopital psychiatrique , j' y suis restée 17 jours et j' allais mieux mais quand je me suis retrouvée chez moi de nouveau j' allai pas bien du tout.Mon mari a demandé de changer de lieu de travail pour que je sois pret de mes parents.Depuis 2004 j' habite dans un petit village du sud de la France, je vais mieux mais c'est difficile de vivre en permanence avec cette maladie.Je la cache à mes enfants , comme je la cache aux gens du village,j' ai honte d' etre malade alors que j' ai tout pour etre heureuse.J'aimerai dire aux gens que je suis malade pour qu'on m' aide mais je n'y arrive pas,j'ai peur qu'ils me tournent le dos.je voudrai savoir à quel moment il faut que je raconte mon histoire à mes enfants,comment leur expliquer que je suis dépressive.J' en peux plus de garder ce secret,de faire semblant d' aller bien alors que je vais pas bien du tout.Bon je vais aller me coucher et j' espère que demain j' aurai du courrier,cela me ferra chaud au coeur .

  • Courage



    BONSOIR, je voulais tout simplement vous dire que être dépressive n'est pas une honte, je pense sincèrement que la sociète dans laquelle on vit la plupart des gens sont dépressive. Avouer votre dépression n'a rien d'honteux au contraire. La vie est combat de chaque instant qui est souvent difficile à affronter et c'est vrai que le regard des gens et leur jugement est souvent difficile à affronter. Mias il faut que vous ayez confiance en vous car je pense que même en cachant la véritéà vos enfants ils doivent tout de même ressentir que leur maman n'est pas épanoui. D'autre part, si l'on est sur terre ce n'est pas pour rien c'est pour accomplir une mission il faut donc se battre même si la vie est souvent faite plus de bas que de hauts, il faut l'affronter et penser dans sa tête qu'il toujours plus malheureux que nous. Je sais que le bonheur est éphèmére mais essayer de profiter que dès qu'il se présente de chaque instant passez avec vos enfants et avec votre mari. La roue tourne et je sais qu'un jour ou l'autre vous trouverez votre équilibre.
    Je vous envoie toute ma sympathie et vous souhaite d'être heureuse ET DE TROUVER LE BONHEUR
    BON COURAGE ET BATTEZ VOUS

    Commentaire


    • Bonjour lofi



      Votre courrier m'attriste et je vous comprends.
      J'ai eu la chance de ne pas arriver à ce stade mais bien entendu tout cela s'est transformé en problèmes de santé bien concrets.
      Quand le médecin m'a dit si vous n'arrêtez pas vous allez tomber au fond d'un gouffre c'était trop tard j'y étais déjà et je n'avais vraiment rien vu venir.
      Je crois pouvoir comprendre votre mal être mais n'ayez pas peur du regard des autres, vous savez tout le monde disait de moi que j'étais quelqu'un de fort que rien ne pourrai atteindre et pourtant...Je connais les réveils difficiles ou immédiatement les angoisses arrivent et la rage de les voir revenir encore une fois et le noir dans lequel on a l'impression de se noyer et le coeur qui ne s'arrête plus. Il y a enormement de gens dans ce cas et ce n'est pas une honte, il n'y a pas de honte à être humain tout simplement. Reprenez courage on s'en sort, n'ayez pas peur des crises d'angoisses il y a qq petits trucs pour les calmer ou les gérer, la vie peut être belle
      vos enfants, votre mari et votre famille un trésor d'amour, ils attendent tout de vous, pour m'en sortir je me dis que la vie est courte et je veux profiter pleinement à chaque instant de mes enfants et mon petit fils, d'un rayon de soleil, enfin ce sont mes petits trucs.
      Je ne cache plus à personne mes problèmes de santé je les présente d'une certaine manière à mes enfants mais ils sont grands , je suis moi c'est tout et je ne recherche aucune compassion pour autant et je le vis mieux comme ça car je me sens libérée.
      Vos enfants sont petits alors peut être juste leur dire que leur maman est fatiguée, pas très en forme...
      Bien entendu, je ne suis pas médecin et je ne peux vous apporter que ma compréhension et mon amitié si je peux vous apporter un peu de réconfort.
      Bon courage Lofi ne vous laisser pas avoir !!!!

      Commentaire


      • Courage
        vos témoignages m' ont fait réagir,merci



        Aujourd'hui,je n' ai pas pu mentir,cacher mon mal etre .Voilà la maman du copain de ma fille, que je connais bien m' a annoncé qu' elle allait se faire opérer pour la troisième fois,je lui ai dit" si tu as besoin de quoi que ce soit comme aide avertis moi"et puis nous avons aussi parlé d'une maman qui elle aussi avait une maladie mais bien plus grave:un cancer du sein.Valérie m' a dit" il faut profiter au maximun de chaque instant,on ne sait pas ce que l' avenir nous réserve,mes petites opérations m'ont permis de réaliser la chance que j' avais de retrouver la santé".Et là je me suis mise à lui expliquer que j' avais une maladie moi aussi grave depuis de nombreuses années et que je la cachais.Je n' ai pas pu lui raconter mon histoire sans ne pas verser de larmes.EllE m' a donné des conseils car son père lui aussi était dépressif.Cela m' a soulagé de lui faire part de mes problème,enfin !!je suis arrivée à avouer ma maladie.Je pense qu' en l'avouant aux autres ,je ne ferrai plus parti des gens en bonnes santés comme je voulais le faire paraitre et du coup en me faisant aidér je serai plus apte encore à lutter contre cette affreuse maladie. Je puisse aussi mes forces dans l' amour que mes enfants me portent,je les aime plus ce que l'on peut aimer et ils sont ma force de vivre.Je pense que ma maladie n' affecte pas trop mes enfants car ils sont d' excellents élèves (florian et romane sont les premiers de la classe),c' est rare mais parfois ils voient bien que je suis pas en pleine forme, je leur dis simplement maman est fatiguée,mais ça va passer et je les embrasse en leur disant les plus beaux mots qu' il existe "je vous aime".Petite ma mère ne m' a jamais dit ces mots,ils me manquent et je les attends encore,car avec beaucoup d' amour la vie est bien plus que merveilleuse !!!Vos réponses m' ont tellement fait plaisir que j' ai versé des larmes mais des " larmes joyeuses"celles qui font chaud au coeur!!!MERCI

        Commentaire


        • vos témoignages m' ont fait réagir,merci
          Je suis heureuse pour vous



          Un grand bravo je suis vraiment contente de vous avoir aider et surtout continuer. Tenez moi au courant et tenez bon.

          Commentaire


          • Réponse



            Bonsoir,
            Je viens de lire votre appel à l'aide et cela m'a troublée. Je vis pratiquement la même histoire que vous. J'ai aussi 3 enfants et ma dépression est survenue en 2001pendant ma dernière grossesse qui s'est très mal passée. Je n'ai pas dormi pendant 9 mois et quand mon fils est né cela a été la descente aux enfers. Je nai pas réussi à remonter la pente. Alors je comprend votre souffrance j'ai tenté plusieurs fois de me suicider mais cela ne devait pas être mon heure car j'ai avalé plus de somnifères et d'anxiolitiques que le corps ne peut supporter.
            Je me suis réveillée 2 fois à l'hopital intubée en réa. Cela fait 7 ans que je tente de garder la tête hors de l'eau. Mais j'en parle assez facilement tout en sachant que beaucoup ne comprennent pas. Mais parfois on rencontre qu'elqu'un qui vit ou a vécu la même chose et je ne sais pas pour vous mais j'ai remarqué qu'on se reconnaissait entre dépressifs.J'ai rencontré une femme avec qui le courant est passé immédiatement et quand nous sommes devenues amies elle m'a déballé toute sa vie et toutes ses souffrances. Je me suis sentie soulagée de voir qu'enfin quelqu'un pouvait m'écouter en me comprenant. Et je voulais juste vous dire que ce n'est pas une honte d'être dépressive. Il m'a fallu très longtemps pour le comprendre. Maintenant j'assume et mes enfants savent que je suis malade car malheureusement ils m'ont découverte inanimée sur le sol de ma chambre. Je donnerais tout l'or du monde pour revenir en arrière effacer ce qu'ils ont vu.
            Alors j'ai décidé de leur en parler en toute franchise pour leur faire comprendre qu'ils n'y sont pour rien. Et comme vous: je leur dis combien je les aime. Alors courage je sais c'est facile à dire. Mais je suis avec vous du fond du coeur.Je crois que le plus dure quand on a vraiment voulu mourir c'est que l'on a pas de regret. Je n'ai malheureusement pas de recette miracle seulement une chose: ne jamais arrêter les antidépresseurs même pas un jour. J'espère vous avoir soulagée même un tout petit peu. Accrochez vous à la vie elle est si courte.

            Commentaire


            • Réponse
              Merci méjane pour votre réponse!!!!!!!!!!!!!!!



              bonjour,c' est réconfortant de savoir que vous comprenez mes ressentiments,je me sens un peu moins seule dans mon monde de femme dépréssive.Dernièrement j' ai vécu de très mauvais moments,je me sentais replonger à pic,idées noires ,tristesse ,pleurs sans pouvoirs s' arreter etc.heureusement j' ai eu l' idée d' appeler ma spy,qui m' a redonné des Anti D :ZOLOFT matin et midi et elle a aussi augmenter mon régulateur d' humeur Tégrétol et m' a dit de reprendre du tranxene M / M /S somnifère afin que je retrouve le sommeil.Vous avez raison il ne faut pas arreter les A D, je pensais pouvoir me passer de médicaments mais dans mon cas je pense que c' est à vie que je devrais les prendre.Je crois que je commence à accepter cette ... de maladie et une chose qui est sure maintenant la dépréssion est une maladie comme une autre, on ne doit pas en avoir honte:on ne l 'a pas choisis et on mérite qu' on nous aide .C' est en parlant de nos malheurs avec des gens qui nous comprennent comme vous le faites que la vie est bien moins triste.En ce qui me concerne aujourd'hui avec la reprise de mes médocs je vais bien et du coup je profite au maximun de mes enfants car c' est la plus belle chose qu' on est faite.Je suis tout à fait d'accord avec vous je ne regrette pas ma T suicide,je ne pouvais pas faire autrement ma souffrance était trop grande,par contre dans les temps voulus je raconterai à mes enfants pourquoi j' en suis arrivée là ( mon fils ainé m' a vu lui aussi étendu par terre)Je ne voudrai pas que cet incident l' amène lui aussi à tomber en dépression pendant l' adolescence si il sentait qu' on lui cache un secret de famille.Je m' arrette là pour ce soir car c' est l' heure d' aller faire le repas.A bientot j' espère lofi bisous

              Commentaire


              • Réponse
                Merci méjane pour votre réponse!!!!!!!!!!!!!!!



                bonjour,c' est réconfortant de savoir que vous comprenez mes ressentiments,je me sens un peu moins seule dans mon monde de femme dépréssive.Dernièrement j' ai vécu de très mauvais moments,je me sentais replonger à pic,idées noires ,tristesse ,pleurs sans pouvoirs s' arreter etc.heureusement j' ai eu l' idée d' appeler ma spy,qui m' a redonné des Anti D :ZOLOFT matin et midi et elle a aussi augmenter mon régulateur d' humeur Tégrétol et m' a dit de reprendre du tranxene M / M /S somnifère afin que je retrouve le sommeil.Vous avez raison il ne faut pas arreter les A D, je pensais pouvoir me passer de médicaments mais dans mon cas je pense que c' est à vie que je devrais les prendre.Je crois que je commence à accepter cette

                Commentaire


                • Merci méjane pour votre réponse!!!!!!!!!!!!!!!
                  Merci à vous



                  Bonsoir lofi,
                  Je viens de vous lire et suis vraiment heureuse que cela aille mieux .Je prends comme vous du zoloft et du noctran pour dormir.J'ai réussi à me débarrasser des anxiolitiques il y a plusieurs années. Au départ je prenais 3 zoloft par jour je n'en prends plus qu'un. Mais comme vous j'ai des hauts et des bas où je suis vraiment sur le fil du rasoir. Heureusement mon mari est là et me supporte dans ces périodes car je pense que les personnes qui nous aiment se sentent souvent démunies et dans le désarroi. Je ne sais pas si nous devrons vivre avec des psychotropes toute notre vie .J'espère que non car parfois j'ai des bouffées de rage quand je dois les prendre. Mais la vie nous réserve parfois de bonnes choses et moi je dis que si on arrive à se projeter un tout petit peu dans l'avenir c'est déjà une bataille de gagnée. Alors courage vous n'êtes pas seule et j'espère pouvoir encore vous lire pour que nous puissions nous entraider à surmonter ces moments si durs que la vie nous impose. Pour votre fils ainé ne vous inquiétez pas trop les enfants ont des ressources que l'on imagine pas. Mon fils de 14 ans est un ado bien dans sa peau. Mais si cela vous inquiète vous pourrez toujours leur faire consulter un psychologue pour les aider à mieux appréhender la maladie. Cela pourra aussi vous permettre de savoir s'ils sont affectés ou pas. Je vous embrasse et penserai à vous.
                  A bientôt
                  Amitié Majane

                  Commentaire


                  • Courage



                    Bonjour, la dépression est toujours l'expression d'une fragilité psychique "chronique",preuve en est ,votre premier malaise à 20 ans . Vous avez besoin d'une aide thérapique et de reprendre confiance en vous et en votre image .Les anxyolitiques et antidepresseurs ne règlent pas tout et certainement pas la cause du problème .De plus vous êtes dans la culpabilité totale et c'est un cercle vicieux ! Vous avez peut etre tout pour etre heureuse mais le bonheur doit être ancré en nous pour pouvoir y accéder , votre angoisse vous rend hermétique aux choses positives . Il faut vous aider à reconstruire l'amour de vous et à vous débarrasser de votre vide intérieur , et à reprendre confiance en vous ,c'est impératif pour votre évolution . C'est mon métier d'apporter du bien-être , il y a toujours une solution .

                    Commentaire


                    • Courage
                      Question



                      Bonsoir,
                      Aprés lecture de votre message je m'interroge sur votre métier.
                      Etes vous psychothérapeute? car je pense sincèrement que vous avez tout à fait raison. Le profil que vous avez fait est à mon sens en tout point exact. Je vis pratiquement la même forme de dépression que Lofi. Je lui ai d'ailleurs écrit pour lui exprimer toute ma solicitude car je peux la comprendre et espère avoir pû l'aider par mon propre vécu.
                      Merci de me répondre même si votre message ne s'adressait pas à moi....

                      Commentaire


                      • Question
                        Je me fais aider



                        , Je suis tout à fait d' accord qu' il faut que je reprenne confiance en moi,que je me trouve des interets personnels pour effacer ce vide en moi.Je me fais aider par une psychiatre,de petit à petit j' ai compris d'ou venait mon malaise(synergie de facteurs liés à l' enfance,secret de famille,agression,problème de solitude car mon mari travaille bénévolement pour une association et son temps il le donne aux autres, etc.......Maintenant que je connais la cause de mes dépressions,je suis en phase de reconstruction mais c' est loin d' etre facile .En mai j' avais arreté les Anti Dép.et tous les anxiolytiques mais j' ai rechuté à la rentrée car j'avais pas pris mon régulateur d' humeur selon l' avis du médecin.Je suis parfois découragée mais je pense qu' un jour je vivrai normalement car je fais tout pour m' en sortir : c' est vrai si j' avais confiance en moi ma guérison serait plus facile.Pouvez vous me dire comme vous l' a demandé Majane si vous etes un psychothérapeute ,avez vous d' autres petits conseils pour pouvoir plus positiver.Je travaille pas, d' après vous cela me ferrait il du bien de travailler.Majane travailles tu toi? bisous à tous lofi.

                        Commentaire


                        • Je me fais aider
                          Des points communs plus que troublants



                          Bonsoir Lofi, à ta question si je travaille la réponse est non.
                          Cela fait trop longtemps que j'ai arrêté et j'avoue que reprendre une activité me terrorise. J'ai l'impression que je ne serais plus capable de supporter des horaires contraignants et de bouleverser les habitudes des enfants. Ce fameux manque de confiance en soi.Pourtant parfois j'aimerais pouvoir m'échapper de la maison qui devient vite une prison ;et contribuer aux dépenses du foyer sans devoir compter sur la paye de mon mari. Par contre sans être psy j'ai constaté que ma baisse de moral s'aggravait quelques jours avant mes règles et je me demande si les hormones ne jouent pas un rôle dans les moments de grande angoisse et de stress. En effet mes tentatives de suicides ont souvent concordé avec l'arrivée proche de mes règles,mais je n'en ai parlé à aucun médecin.Alors c'est peut-être juste une coïncidence?Une autre coïncidence me saute aux yeux quand je te lis tu habites dans le sud de la france moi aussi , tu as trois enfants,moi aussi,Tu as fait ta première dépression à 20 ans j'en ai fait une aussi mais moins grave.Un mari absent, le mien est marin et partait souvent en mer :parfois plusieurs mois.Par contre moi je me suis éloignée de ma famille et j'avoue que je me sens mieux depuis. Même si parfois je rechute cela va moins loin.J'ai toujours culpabilisé par rapport à ma mère qui a toujours sû en jouer et cela m'a fait du mal. Je l'adore mais elle m'etouffait par sa possessivité. C'est vrai que les psy ramènent toujours la dépression à un quelque chose qui nous est arrivé étant très jeune. Si c'est le cas pour moi j'ai surement dû l'occulter. Mais quand je suis née la soeur de ma mère est décédée d'un cancer à l'âge de 25 ans et elle en a été très affectée.Je pense que ses angoisses et son chagrin ont eu un impact sur moi.D'ailleurs depuis ce déces ma mère a été obligée de prendre du témesta qu'elle prend toujours car elle ne dormait plus et avait des angoisses.Enfin! c'est bien compliqué tout ça.
                          Bisous Lofi. Je suis crevée je vais me coucher en espérant te lire bientot.

                          Commentaire


                          • Des points communs plus que troublants
                            Incroyable,notre vécu se ressemble énormément!!!!!!!!



                            J' ai tellement de choses à te dire que je ne sais pas par ou commencer.Tout d' abord moi aussi je me sens incapable de travailler(11 ans d' arret),je crois que je n' y arriverai pas car ma maladie fait que je supporte pas les contraintes et les changements.ET puis rien que le fait de savoir que j' aurai comme tous les gens qui travaillent des soucis me rendraient très anxieuse,du coup je dormirai pas et je crois que je ne pourrai pas continuer mon travail: tout ça car je suis fragile psychiquement.Moi aussi ,c' est meme mon mari qui me l'a fait remarquer:quelques jours avant mes règles,je suis très énervée et agressive vis à vis des autres et de moi et comme toi c' est dans ces périodes là que je vois la vie vraiment en noir et que je pense à quitter ce monde.Je pense que les hormones jouent un role important dans la régulation de notre humeur,je demanderai à ma psy que j' apprécie bien( meme quand je suis au plus mal,je sors de chez elle mieux car j' ai evacué ce qui me tracassait).Au fait vas tu voir un psychiatre ou autre médecin.Ce qui je pense nous a perturbées c' est que petites nous avons ressenti le désarroi de nos mères.Moi quand j' étais dans le ventre de la mienne,mon père a eu un très grave accident du travail et il s' est retrouvé dans le coma avec traumatisme cranien, colonne vertèbrale touché.Mon père m' a vu pour la première fois à l' age de 3 mois.Je suis persuadée que dans son ventre et après ma naissance j'ai ressenti son mal etre et toute petite que j' étais je me suis sentie oubliée, meme rejetée .Ce traumatisme est ressorti à l'adolescence sous forme de grosse dépression et à chaque fois que je suis devenue mère.Tout ce qui se passe dans notre plus jeune enfance peut avoir des conséquences positives ou désastreuses sur notre vie future,j' en suis persuadée et dans ton cas tu as du vraiment souffrir quand ta mère était malheureuse,n' aurait elle pas fait une dépression grave qui aurait fait qu' elle était dans l' incapacité de bien s' occuper de toi ? Un conseil essaye de fouiller dans ton passé , ne l' occulte pas.Moi j' aimerai savoir si ma mère n' est pas tombée dans la dépression à ma naisance ou meme pendant sa grossesse mais je n' arrive pas à lui parler,c' est trop dur.Ma mère est froide et on discute jamais de choses liées à notre vécu respectif,elle ne me montre pas du tout son affection et ne me parle jamais de ma dépression,me demande jamais si j' ai besoin d' aide.Elle habite à 30 kms mais vient jamais me voir.C' est toujours moi qui l' appelle pour avoir des nouvelles.Enfin c' est comme ça,dommage pour mes enfants ils ne profitent pas d' elle,par contre mon père est fiers d' eux et les voient régulièrement ( mes parents ne sont pas divorcés).Je change de sujet,si tu le désires je pourrai te donner mon email,il te suffit d' aller sur Ebay (j'y vends des articles),tu tapes lot 2 pantalons jeans taille 10 ans dont 1 neuf !!!!!! et à la rubrique poser une question au vendeur: tu me fais comprendre que c'est toi.Je te répondrai et te laisserai mon adresse email et personne autre que toi l' auras.Je préfère te parler sur ma messagerie .Bye Bye réponds moi vite car ce soir c'est la fin de ma vente Bisous

                            Commentaire


                            • Bonsoir



                              j'ai lu ton message qui m'a beaucoup touché car moi aussi j'ai 36ans et trois enfants de 19,16 et 8ans.Tu dois continuer à suivre ton traitement et voir le psychiatre et lui parler de se que tu ressens ou bien à ton médecin de famille et ne dit jamais que personne ne te comprends car il faut que tu penses que tu as trois magnifiques enfants qui t'aiment ainsi qu'un adorable mari qui est près de toi car tu vois moi je suis divorcée et je vis seule avec mes enfants car leur père les a abondonné, ignoré et là je viens d'apprendre cela fais pas longtemps que j'ai mon fils ainé qui est en psychiatrie depuis un mois et demie et quand m'a dit qu'il était malade mentale et cela est dur d'apprendre mais il ne faut pas avoir peur dans parler car moi j'en ai parler à ses deux frère au sujet de la maladie qu'avait leur frère .Moi aussi je me dit défois que la vie est dur et que ous devons vivre le jour au jour et de ne jamais oublier que nous avons des enfants qui ont besoins de nous et que l'on doit se battre pour eux malgrès les problèmes mais on gardant toujours le positif on arrivera à sans sortir .Voilà j'espère bien avoir pue t'aider car moi aussi j'avais besoin de parler.

                              Commentaire


                              • Encouragement



                                Bonjour,

                                Ton message me touche beaucoup car je suis moi aussi dépressive et je me demande justement en ce moment si je peux faire un deuxième enfant (j'ai un fils de 5ans) Qu'en penses-tu?
                                je te tire mon chapeau d'arriver à cacher ton état moi j'ai dû expliquer à mon fils que je suis malade avec des mots simples mais à sa portée car le psy me l'a conseillé comme je pleurais tout le temps je n'arrivais pas à maitriser et mon fils me demandait à chaque fois pourquoi je pleurais tes enfants doivent sentir que tu n'es pas bien et il vaut mieux leur expliquer que c'est une MALADIE tu sais ils pourraient sûrement te réconforter monfils a souvent essuyé mes larmes ça fait chaud au coeur
                                il ne faut pas faire semblant je sais que les gens ont beaucoup de mal à comprendre (mon mari a encore du mal après 2 ans de hauts et de bas) mes beaux parents ne comprennent pas du tout alors j'ai essayé d'expliquer que c'est incontrôlable qu'on est pas plus faible qu'un autre que c'est une maladie
                                Je n'ai jamais tenté de mettre fin à mes jours pourtant j'ai aussi pensé que c'était la mailleure solution dans les moments les plus durs mais en y réfléchissant bien y'a des gens qui se battent pour vivre alors je ne pense pas que ce soit juste de se donner la mort et surtout faut penser à tes enfants moi c'est mon fils qui me ramène parfois à la raison malgré qu'il contribue aussi dans un certain sens à mon mal de vivre car il est très dur, bruyant surtout alors que quand ça va pas j'ai envie de calme, de repos, de dormir mais le vrai sommeil je ne connais plus je prends du stillnox sinon je me réveille toutes les nuits angoissée
                                J'ai en plus un travail hyperstressant, j'ai failli le quitter alors que mon mari venait de se retrouver en licenciement économique , la preuve que l'on est plus soi-même notre cerveau aurait bien besoin d'une remise à niveau ! j'essaye d'en plaisanter pour me remonter le moral toute seule et là je voudrais savoir où tu en es depuis ton message ? peut-être qu'en un mois les choses se sont arrangées ? à bientôt

                                Steph

                                Commentaire


                                • Bonsoir




                                  je mais pas enfant moi je m arrive pas en parles avec personne

                                  Commentaire


                                  • Encouragement
                                    Bonsoir à toi nana!!



                                    Tout d' abord je te remercie pour ton message d' encouragement.Aujourd'hui 1 mois après ma rechute,je vais relativement bien.Je me sens en forme dans la journée,mon vrai sourire est revenue et je prends quand je peux le temps de m' occuper de moi ( je vais à des cours de mosaique et je fais des tableaux sur le thème de l' Afrique avec une amie......)c' est super important de sortir de chez soi et de rencontrer des gens,cela me permet d' oublier mes problèmes de santé et de souffler car s' occuper de 3 enfants n' est pas un travail de tout repos!!!Je pense que je vais bien en ce moment car mon traitement me correspond bien et j' ai enfin compris qu' il ne fallait pas diminuer ou arreter certains médicaments comme je le faisais:je pensais pouvoir me sortir de ma dépression en ne prenant plus mon régulateur d' humeur:grosse erreur!!!En ce qui te concerne je pense que pour avoir un deuxième enfant,il faut que tu te sentes bien dans ta peau,que tu sois complètement guérie de ta dépression.Ton psy qui te connait bien sera en mesure de répondre à ta question.Moi je ne te connais pas assez et je ne sais pas du tout pourquoi tu es devenue dépressive et je suis donc mal placée pour t' en dire plus.Je peux simplement te dire que devenir mère est un des plus beaux cadeaux que nous donne la vie mais il faut savoir choisir le bon moment.Moi j' ai fait une dépression pendant ma troisième grossesse car je me sentais énormément seule( pas de famille sur place, pas d' amis et conjoint très souvent absent,mes 3 grands parents étaient malades:cancers et du coup j' ai pas supporté ces épreuves).Je peux te dire que etre au fond d' un gouffre alors qu' on est enceinte est atroce,la douleur était insupportable

                                    Commentaire


                                    • Bonsoir à toi nana!!
                                      Continuation de mon récit à nana.



                                      de plus je culpabilisais pour la santé de mon bébé,je m' en voulais de lui faire subir cette épreuve.A la naissance j' étais au plus mal,j' étais' une morte vivante' mais j' ai consacré le peu d' énergie que j' avais à m' occuper de mes 3 enfants.Je vivais que grace et pour eux,pour leur épanouissement.Ils sont suivi par ma psy qui me dit que malgrè tout ce que j' ai vécu de dur,ils font très bien.Le petit dernier est au CP et travaille très bien,j' ai énormément de complicité avec lui,il est merveilleux et de le voir si épanoui me réconforte que la vie meme si elle est parfois cruelle,peut devenir belle.Mon histoire est la leur,je ne leur cache pas que je prends des médicaments(je leur dit maman est parfois pas bien car fatiguée,mais c'est rien et je les embrasse en souriant)Quand ils auront l'age de comprendre ce qu' est une dépression je leurs raconterai nos années difficiles.J' espère avoir répondu au mieux à ta question.LOFI A

                                      Commentaire


                                      • Bonsoir à toi nana!!
                                        Merci



                                        Bonjour Lofi,

                                        merci pour tes conseils, contente de voir que tu vas mieux , que tu as trouvé le bon traitement. Moi aussi j'ai fait yoyo avec mes médicaments mais j'ai compris aussi que ça ne sert à rien. tout comme toi mon état se maintient en ce moment je ne vois plus le psy (erreur je pense) car c'est très contraignant avec les horaires de travail que j'ai et j'en ai marre d'être malade j'ai tout pour être heureuse , des soucis comme tout le monde mais pour moi la moindre épreuve se transforme en catastrophe pourtant on me prend pour quelqu'un de battant
                                        J'ai peur de ne pas sortir réellement de dépression et donc de ne pas pouvoir faire un deuxième enfant mon fils a déjà 5 ans et je vieillis !!
                                        Bon je vais me depêcher un peu car je risque d'être en retard pour déposer mon loulou à l'école
                                        Merci encore et je te souhaite tout le bonheur possible avec tes trois enfants et ton mari
                                        A bientôt peut être

                                        Commentaire


                                        • Nuagerose9



                                          je suis depressive depuis 4 ans j'ai pris un soir des médicament on ma mis a l'hopital spychatrique pendant 3 mois j'ai perdu mes enfant pendant 2 ans le temps que je récupere il faut pas que tu essite a en parler a tes enfants ils vont comprendre tu leurs dit que ta besoin d'eux que tu es malade explique leurs exactement se que tu ressent tu verra il y aura du changement au début mes enfant me croyer folle car j'ai voulu divorcer j'ai fait n'importe koi j'ai tous plaquer je suis partie a paris avec un inconnu je savais plus se que je faisait ,ma famille a eu du mal a comprendre la maladie surtout mon pére quand je lui est dit que je divorcer il a pas essayer de comprendre donc je les est pas vu pendant pas mal de tan un jour ma pris je leurs ai téléphoner est mon pére a bien voulu me suivre chez le spychatre il a compris que j'été skizophrene que j'avais besoin d'un traitement lourd je ne peut plus travailler je suis en invalidité .J'ai récupérer un de mes enfants c déja pas mal mais sa me fatigue beaucoup mais il comprand j'ai de la chance courage tient le coup pour ta famille fait pas comme moi perd pas tes enfants car c'est tre dur de ne plus les avoir je me fait trés bien suivre par le cmp par un spychatre et une infirmiere spy et un groupe de thérapie il faudrais que tu fasse pareille va au cmp de ta ville tes super bien suivie

                                          Commentaire


                                          • Penses à toi!!!



                                            Avec une famille les problèmes deviennent parfois démesurer. Prends tu le temps de penser à toi? ex: faire une sortie seule ou avec ton mari. Aller se faire une beauté dans un salon. Et parfois s'inscrire dans un club de sport peut aider. Je pense particulièrement à la musculation : pouvoir se surpasser, tonifier les muscles, leurs donner l'envie de faire après certainement de longues périodes ou ils ont étaient au repos. S'obliger à faire, l'entraineur sera là pour t'aider tu peux y arriver à une condition : LE VOULOIR. Privilégier les sorties en pleine air, pour oxygéner le cerveau et le sang, une marche tonique régulière en respirant profondément. fais toi accompagner d'une amie qui te servira de coatch, et écoute là mais ne t"écoupe pas.
                                            Le but est de refaire marcher la machine, au début se sera dur, mais rapidement tu te découvriras. Fin pour aujourd'hui.
                                            biz

                                            Commentaire


                                            • Penses à toi!!!
                                              C'est une bonne idée!!



                                              Bonjour Goldo,tu as entièrement raison il faut que je pense plus à m' occuper de moi car en faisant une activité on oublie complètement notre maladie et on se sent bien.Je dis ça car depuis 2 ans je me suis passionnée pour la mosaique :je prends des cours et je suis ravie d'y aller tout les jeudis matin.Ce jour là je vais toujours bien car contente de créer moi même des tableaux ou autres.Mais je pense que je devrai pratiquer une autre activité car je ressens le besoin de sortir de chez moi pour changer de mon quotidien de femme au foyer .Ton témoignage sur l' idée de pratiquer un sport surtout la musculation m' enthousiasme car j' ai besoin de m' occuper de mon corps qui a en cette période d' hiver 3/4 kg de trop.Eh oui j' ai tendance à grignoter dans les moments difficiles!!.Le fait d'essayer de me surpasser me permettrait de lutter contre ma dévalorisation et mon manque de confiance .J' aimerai faire des promenades mais mon mari n' aime pas cela, c' est vrai qu'il existe des clubs de randonnée,pourquoi pas essayer: c' est pas mal de faire du sport tout en discutant,je suis une grande loquace quand je me sens bien entourée!! Merci pour tes conseils affectueusement lofi

                                              Commentaire


                                              • Nuagerose9
                                                Ne t' inquiète pas,je me bats



                                                Bonjour Nuagerose,je vois que toi aussi tu as connu des moments difficiles et que tu te bats énormément pour sortir de ton vilain cauchemar qui je pense avec le temps deviendra un joli rêve quand ta famille sera de nouveau réuni.Ca fait du bien de se remonter le moral entre malade de l' âme,on se sent moins seul dans nos combats et on se comprend mieux.Moi mon mari a du mal à comprendre cette maladie,du coup quand je vais mal il me fuit et cela me fait énormément souffrir.je pense qu' il se sent impuissant et seul car il n' a jamais parlé de mon état de santé à personne dans le village,il n' arrive pas à se confier.A plusieurs reprises je lui ai demandé d' aller voir ma psy pour qu' elle lui donne des conseils mais il refuse .Il me dit qu'il me connait mieux que la psy mais lui c' est pas un médecin malheureusement..Y a t 'il des personnes sur le forum qui comme lui refuse d' aller voir la psy de leur conjoint,pouvez vous m 'expliquer pourquoi vous est il si difficile d' accompagner votre conjoint dans cette démarche?En ce qui te concerne c' est vraiment super que ton père est compris de quel mal tu souffrais en allant voir ton psy.En ce qui me concerne malgrè tout je suis une battante,je ne veux pas que mes enfants soient malheureux alors je suis très proche d' eux,je ne cesse de leur dire que je les aime et je pense qu' ils sont bien dans leurs peaux car ils sont d' excellents élèves .Depuis peu je leurs ai parlé de ma maladie avec des mots simples "je suis parfois très fatiguée mais ce n' est pas grave je me soigne avec des médicaments".Quand j' ai fait ma tentative de suicide ils m' ont vu par terre(ils avaient 5,3et 1 ans),le grand s' en souvient ,il se rappelle aussi que je suis allée à l' hopital suite à ça,alors je lui ai dit " je prends des médicaments pour ne plus m' évanouir à cause de ma fatigue " ,il a actuellement 10 ans :je pense qu' un jour il me questionnera plus en profondeur ,je lui dirai donc avec mon mari que ma maladie s'appelle "dépression" et nous la lui définirons.Je ne veux rien leur cacher car un secret de ce type peut leur nuire.J' en ai fait l'expérience à cause de mes parents qui m' ont caché quelque chose,je l' ai découvert en faisant ma thérapie et ce secret là a contribué à mon mal être toute petite :je sentais bien que quelque chose ne tourné pas rond.Jamais plus je referai une TS car c'est un acte d'égoisme : si l' on meurt on souffre plus mais les enfants eux souffriront le calvère et pas question de les rendre malheureux alors j' ai pas le choix je dois m' en sortir ,de plus si on se loupe on peut vous les enlever si le mari n' arrive pas à assumer alors une fois de plus je dois me battre contre cette" ... de maladie. Bonne soirée à toi affectueusement lofi

                                                Commentaire


                                                • Bonjours à toi!



                                                  Bonjours, Je m'apelle Kassandra, j'ai 15 ans...

                                                  Je sais, que je suis jeune et souvent les adultes doute beaucoup d'écouté les jeunes... Mais je vais quand même tenté de t'écrire et desperé que tu n'arrêtera pas apres la premiere phrase. Souvent, les personnes depressives ont tout pour être heureuse, mais sans le savoir, il y as ne petite chose qui tracasse et empêche beaucoup au bonheur de s'imposée. Je pense que tes enfants ne sont pas assé vieu pour l'entendre, il ne comprendrais pas ou bien ca ferait un poid, une inquietudes. Parle en a du monde plus vieux de ta famille, ton mari, tes parents, tes soeurs ou frères, du monde a qui tu fait confiance. Si tu as si peur, va chercher de l'aide, aujourd'hui il y a tellement d'aide, il sont la pour toi, ces dur de ce sortir de choses comme sa, souvent on croit y avoir arrivé, mais on ces trompés! Et puis, le sarcasme tue, ces en souriant que en dedans on meurt, si tu ne veut pas abandonné tes enfants, prend le pour but, de reussir a être heureuse pour eux... pour les rendre heureux car rendu a l'adolescence si tu est encore comme sa, cela va leur faire un coup de masse. Je croit que ils auront besoin de toi, et que tu a besoin de prendre du temps pour toi en ce moment... pou regler tout ça avant qu'ils arrivent a l'adolescence. De jours en jours, ca l'empire? Je te dirais simplement de commencer une chose que tu aime faire, et que quand sa va mal, te mettre a faire ca. Que ce soit prendre une marche, écrire, dessiné, parler a des amie, cuisiné nimporte quoi qui te feraient pensé a d'autre choses.

                                                  Si tu as besoin de plus d'aide, tu peut m'écrire ou bien apelle a une ligne d'écoute, en parler a des personnes proche ou aller chercher de l'aide, avant que ils soient trop tard.

                                                  Voilà, j'espere tavoir aidé! Au moin j'aurais tenté!

                                                  Commentaire

                                                  Publicité

                                                  publicité

                                                  Chargement...
                                                  X

                                                  publicité