publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Tentatives de suicide d'une mère bipolaire

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Tentatives de suicide d'une mère bipolaire



    Bonjour,

    J'ai 21 ans, mes parents sont en procédure de divorce depuis un an environ. Ma mère est bipolaire depuis qu'elle a mon âge. Elle n'a pas supporté la rupture avec mon père. Cela fait maintenant plus d'un an qu'elle est hospitalisée; Elle a fait trois tentatives de suicide dont j'ai eu connaissance. Ce n'est pourtant pas ses premières tentatives, mais ce sont les premières que je dois "gérer" seule, mon père ne voulant plus le faire.
    Je l'ai retrouvé inerte sur son lit en septembre. Cette image me hante chaque jour.

    On m'a expliqué que dans ces moments là on ne pense plus à rien, à part le but à atteindre. Mais je trouve cet acte égoïste de sa part...
    Je lui en veux tellement mais en même temps j'ai envie de la protéger, de l'empêcher de recommencer.
    Je n'en peux plus de vivre dans cette angoisse de recevoir un coup de fil de l'hôpital qui un jour m'annoncera le pire.

    Est-ce que je peux faire quelque chose face à ses appels à l'aide? Y-a-t'il des choses à dire ou à faire... ?

    Mon père n'arrête pas de me dire d'aller voir un psy... pour vider mon sac ... pas sûre que cela change grand chose ... Et le fait d'aller voir un psy serait dur pour moi. J'ai tellement peur d'avoir la même maladie qu'elle.

    Et puis j'ai peur aussi d'avoir à m'occuper d'elle toute ma vie et abandonner mes projets et mes rêves. Je sais que c'est ma mère et que je lui dois beaucoup. Mais je ne peux pas m'empêcher de vivre alors que je sais pertinemment qu'elle ne guérira jamais.

  • Hello



    J'avoue que j'ai failli ne pas répondre à ton message car ta situation est vraiment très personnelle, intime. Je pense que c'est pour cela qu'il n'y a pas encore de réponse Mais je ne veux pas que tu te sente laissée seule dans cette épreuve alors je vais essayer de te dire ce que je ferai dans ta situation. Ce n'est pas évident car ma mère est la personne la plus importante de ma vie et que j'y suis attachée comme à la prunelle de mes yeux.
    Je pense que je lui dirai ce que je ressens dans un premier temps: que je lui en veux, que je la trouve égoïste ( il faut qu'elle le sache, qu'elle sache que quelqu'un l'aime vraiment, qu'elle peut rendre quelqu'un heureux en se relevant, en se battant ). Je lui dirai aussi que j'angoisse à l'idée qu'elle ne soit plus là, que ça serait un traumatisme pour moi si elle se suicidait... Je dis ça car je suis passée par une dépression et la seule chose qui me retenait c'était que je ne voulais SURTOUT PAS faire de mal à ma famille, et particulièrement à ma mère. C'est une responsabilité et un crime d'infliger ça aux autres. On doit se battre, jusqu'au bout, si on ne veux pas que plusieurs personnes se retrouvent dans notre cas, à savoir au bord du gouffre...

    Ensuite j'imagine que j'essayerai de l'aider chaque jour en lui apportant un peu de joie de vivre, de gaité, en lui faisant des surprises, en tentant une percée jusqu'à son coeur et ce qui la touche, l'émeut, la fait sourire...

    Après, s'il arrive un jour où il s'avère que rien n'a marché, tu dois te dire que parfois on ne peut pas comprendre... On ne peut pas s'imaginer le degré de douleur de l'autre... et que pour lui c'est une délivrance de partir, que la douleur ressentie dépasse même l'amour des proches, des enfants, de n'importe qui...

    En tous cas la première chose à faire c'est lui parler... essayer de savoir ce qui la fait souffrir, lui dire que tu la comprends mais que c'est aussi très dur de la voir malheureuse, que tu voudrais l'aider... qu'elle sente qu'elle n'est pas seule.

    Voilà j'espère t'avoir un peu aidé, j'espère que ta mère ira mieux bientôt, et toi avec.

    Hope

    Commentaire


    • Hello
      Je suis d accord avec toi



      je suis une mere en depression, j aimerais bien savoir ce que pense ma fille, mais elle est loin de moi, ne me fait jamais de calin. elle m ignore. j aimerais bien la serrer dans mes bras mais j ai peur d un refus de sa part.quand on se parle, on finit toujours par s engueuler. je suis tannee de vivre comme ca.
      j ai fait une TS et ca ne l a pas derange. elle n est meme pas venu me voir a l hop ni a la maison. moi j aimerais bien qu on se parle mais elle refuse. donc j attend de ses nouvelles. mais des jours, ou je veux mourir. tannee de souffrir moralement .

      Commentaire


      • Je suis d accord avec toi
        C'est plus compliquer que ca



        Bonjour,
        L'on ne parle malheureusement pas d'une simple dépression grave avec TS a la clef mais d'une maladie bien défini qui s'appelle la bipolarité !!!!
        J'ai moi même dans mon entourage plusieurs personnes atteinte de cette maladie et entre autre ma tante personne que j'aime infiniment.
        Elle même s'est défenestrer deux fois et par je ne sais quel miracle elle est toujours la ....
        Pour expliquer les chose simplement la bipolarité est un trouble qui a pour effet de passer d'un état dépressif a un état euphorique en l'espace des fois de quelques secondes.
        Pour les pathologie les plus pousser les périodes de hauts sont très intense et un tout petit truc de rien tel que la confections d'un gâteau réussi ou un bouquet de fleur acheter par son conjoint les rend aussi heureux que si ils avaient gagner au loto ( ce sont des exemples bidon mais c'est pour bien comprendre lol ) et dans les moments de bas c'est également du puissance 10 on sais jamais a quoi s'attendre !!! Eux même ne savent pas ce qui déclenche les bas.
        en règle general quand la bipolarité est diagnostiquer on place la personne sous régulateurs d'humeur et pour certain en plus de cela on complète par des anxiolytique et anti dépresseurs et autres.
        Elle peut toujours lui dire ce qu'elle ressent ce n'est pas une mauvaise chose mais il ne sert a rien de la culpabiliser face a son geste car quelque part cette dame ne maitrise pas son état a proprement dit !!!
        dans un premier temps je pense que comme son papa le lui a conseiller aller voir un spy ne fera pas de mal en tout cas si ce n'est pas pour consulté au moins pour prendre quelques renseignement sur la conduite qu'elle peut tenir face a cette pathologie. ( si elle est bien soignée et prise a temps on peut vivre normalement en suivant un traitement a vie )
        pour ma part pour revenir a ma tante depuis je fait ma vie et vie pour moi tout en gardant un maximum de contacts avec elle. je vie a 1000 km d'elle mais passe 3 heures au téléphone avec elle dans ses moments de bas il faut lui montrer qu'elle est soutenue et comprise dans ces périodes la ( elle a refuser de prendre un quelconque traitement donc depuis plus de 20 ans de maladie non traiter ou par intermittence je veut bien vous laisser imaginé ce que cela peut donner et je pense que vous serais encore loin du compte .....)
        bref pour en revenir a la maman de camy2309 je n'est pas vraiment de conseil a te donner car chaque personnes est différentes et donc par conséquent agis differament dans les moments de haut et de bas ( par exemple ma tante est agressive et angoisser pour finir par une TS dans des périodes extrêmes)
        comme elle est actuellement hospitaliser je pense comme je l'ai dit plus haut qu'elle doit être placer sous régulateur d'humeur et peut être autre chose donc temps qu'elle sera la bas tu n'as pas de soucis a te faire elle est entourer de personnelle compétant.
        en sortant si elle prend son traitement correctement il n'y a pas de raison pour que son état ne saméliore pas.
        après il est asse difficile d'expliquer tout ça ici j'ai déjà ecrit plus qu'un roman !!! je t'invite donc a prendre contact avec moi en message priver si tu souhaite en parler en détail avec moi voila et courage a nicolina52 jespère qu'un jour vous retrouverez de bon rapport avec votre fille et que vous arriverez a sortir de cette dépression !!
        amicalement
        tiffette

        Commentaire


        • Bonjour je connais la meme situation



          bonjour j ai 29 ans et depuis trois ans on a decouvert que ma mere est bi polaire suite a la separation de mes parents ;elle a fait deux ts medicamenteuse et ensuite elle a ete mise dans une clinique psychiatrique car pas possible de gerer ses humeur son ttt tout les jours ses idees la ba au moins elle etait encadree.cela ma pas empecher d avoir deux enfants et d avoir fait construire en meme temps.on se dit qu est ce je vais pouvoir faire pour qu elle aille mieux et moi la dedans je vais faire quoi?i c est dur car quand elle va pas du coup toi non plus toutes les questions te passe par la tete.il faut essayer de se faire une barriere protectrice sinon malheureusement toi aussi tu tombera.ta mere a un ttt pour la bi polarite?demande s il existe un centre de jour la ou tu habites?si tu veux des conseils ou autre n hesites pas courage et a la prochaine

          Commentaire


          • Bipolaire/suicide



            Salut,
            Je ne c pas à quel niveau est la bipolarité de ta mère; mais ki dit bipolaire, dit 2 phases(dépressive mais aussi maniaque).
            tu vis avec elle donc tu sais kil y a des moments ou elle se sent très euphorique et j'espère k cette phase ne pose de pbm à personne ds son entourage, psk c une période ou on se sent bien et forte, aucune idée noire...
            Je suis moi même bipolaire et j'ai fait plusieurs tentatives de suicides.
            j'ai appris à reconnaître ce qui me faisait du mal, et depuis j'applique la règle du "pour vivre heureux, vivons caché". Ca ne veut pas dire k je me renferme, j'ai des activités (loisirs et sports), j'ai une personne qui vient m'aider une fois par semaine à la maison, je vois ma famille régulièrement en évitant d'aborder les sujets ki fâche comme ma relation avec mon fiancé car ma famille et la sienne ne veulent pas de notre relation. Et à côté de ça , ds mon jardin secret je vivais ma relation.

            en bref, pour aider kelkun de dépressif, il n'y a ke l'amour, un amour vrai,sincère (et exclusif.si il y a un compagnon)..

            et kl soit à l'abris des jugements, des phrases assassines, des remarques dévalorisantes ki font perdre l'estime de soi...
            (on peut dire les choses sans
            après la personnalité et le caractère de la personne joue aussi, autant que les évènements, son environnement.

            Et toi si tu as du mal à supporter ta mère, c normal, sache tout de même k l'égocentrisme ce n'est pas de l'égoïsme...

            CONFIE TOI REGULIEREMENT A UN VRAI AMI(de préférence ki a une intelligence du coeur et de l'esprit), ce n'est pas ce k l'on va te dire qui a de l'importance, mais c'est la capacité à t'écouter et te comprendre qui te fera du bien.
            --> 1heure en 1 fois par semaine, pas plus.


            Commentaire


            • Bonsoir



              ton mail ma toucher jai eu des problemes com..sa avec mes parent les 2 dans ma jeunesse jai eu des parent acro..a l alcool tu voix ces pas mieux jai suporter cela avec un stress permanant jai depuis 20 ans un traitement pour la depression et l enxiete...jai changer plusieur fois de psy..ton pere a raison un psy te ferrai dub bien en plus il te donnera de quoi te sentir a laise reste pas evec cet angoisse COURAGE

              Commentaire


              • Je suis d accord avec toi
                Depression



                bonsoir je vien..de voir ton mail il et vrai que ta situation tien a 1 fil..quel sorte de diferent je pense que ta fille n a pas a soufrire de tes souci..tu devreai en parler a 1 psy...sa te ferai beaucoup de bien apres te rabibocher avec ta fille laise le tenp pue etre quelle en n a marede voir sa mere tout le tenp malade prend le tenp..jai eu des different avec mon ainer jpeu te dir pas ficile je l avous. jai discuter avec elle est tout va bien je ne parle jamais de mes probleme de santer sauf si cela est grave prend tu des medoc....pour te sentir bein est ce que tu dor bien est prend tu de quoi dormir pour apaiser tes nuit mais de la a ne pas venir te voir a l hop..cela nai pas sympa mes jte rassure ma fille me la fait la meme..si j appel pas je ne sais pas coment elle va...pour le moment pense a toi tu a besion de fair le point prend ton tenp COUAGE a tres vite sur le forom...

                Commentaire


                • Je revient



                  bonjour je pense t avoir denner puelque consiel sur le forom je pense que tu et jeune pour prendre tout sa en charge ta mere et mais tu doit pas prendre tout sur tes epaules tu est en fase de t occuper de toi laisse faire le tenp tu varra que sa ira bien mieux pense a toi a tres vite sur le forom

                  Commentaire


                  • Re: Tentatives de suicide d'une mère bipolaire

                    Une vie dans la dépression

                    Bonjour, j'ai rarement le besoin d'exprimer mes émotions ou encore mes soucis. Mais aujourd'hui, je suis comme qui dirait dans une impasse... Je m'appel Tony, bientôt âgé de 21ans et je vais essayer de vous expliquer au mieux possible la dépression suivit d'une bipolarité à tendance suicidaire. Je vécu tout seul avec ma mère depuis ma tendre enfance, nous avons une relation très fusionnelle qui permit de la booster mais durant qu'un brève temps, elle c'est confié à moi son fils âgé de 6 ans qui lui demandais ce qu'il n'allait pas, pourquoi était-elle toujours triste ?

                    Ma mère naît en 1972, a eu une vie très difficile, cela commença dès son enfance, ou elle a subit de multiples violences physiques, psychologique par ces parents qui ne lui ont donné aucun amour ( cette période étant si difficile que son jeune frère se suicida au début des années 2000). A ces 18 ans elle quitta son enfer familiale pour enfin être heureuse, elle trouva un travail, et elle arriva à maintenir une situation convenable. Dans les années qui suivies elle rencontra mon père qui lui offrit "une année de pure bonheur"; dès lors qu'elle fut enceinte, il changea, devenant agressif violent avec... Le 23 février 1994 me voilà dans les bras de ma mère mais le cauchemar ne faisait que commencer. Elle vécu environ 2 années après ma naissance avec mon père, il a commencé à rentrer dans des trafics illicites (cocaïne), pour ensuite droguer ma mère de force avec des piqûres, il a battu à t'elle point qu'elle souhaita la mort à plusieurs reprises, ruées de coup et sans aide, ni protection elle se sentait impuissante et totalement rabaissée. A mes 2 ans la police arrêta mon père pour son trafic, pour l'envoyer en prison (depuis je n'en ai plus de nouvel). De mes 2 à 4 ans j'ai été placé en famille d'accueille, ma mère étant emprisonnée 6 mois (d'ou elle fit plusieurs TS) pour complicité alors qu'elle n'était que victime, puis il lui fallut 1 ans et demi pour se remettre en forme face à ce qu'elle avait vécu.
                    La drogue dure étant trop difficile à arrêter complètement, elle se mit à prend un substitue prescris par les médecin : le "Subutex" qu'elle prenait en pique jusqu'à mes 10 ans. Je me rappel encore les fois ou je faisais attendre la voisine à 6 ans devant la porte pour qu'elle puisse finir sa piqûre...
                    A mes 10 ans ma mère me dit qu'elle n'avait pas d'autre solution d'allais se faire Hospitaliser sinon elle allait mourir dans les mois à venir, elle fut obliger de me laisser à ma grand-mère qui sans surprise était aussi méchante que ma mère me l'avait décrit. Après un mois et demi d'hospitalisation elle fut obligé de revenir en urgence, ma situation étant trop ingérable... Malgré cela elle arrêta les piqûres et pris de la "Méthadone" avec des antidépresseurs et des anxiolytiques. Cela lui permis pendant un certain temps de tenir, elle était vivante, avec une force de soulever des montagnes... Mais cela est éphémère à mon grand regret, des périodes hautes mais toujours suivit de périodes basses où votre mère la seule personne que vous aimez de tout votre coeur vous dit qu'elle veut mettre fin à ces jours. Actuellement je ne compte plus les jours, les fêtes que je passais en espérant que ma mère aille mieux dans ces hospitalisation, qu'elle guérirait, qu'elle serait avec une joie de vivre sans précédent, que le rêve de chaque enfant est de voir les personnes qu'on aime de tout note coeur heureuse et en pleine santé.
                    Aujourd'hui, je vis avec la peur de recevoir un coup de téléphone, m'annonçant le décès de ma mère, chaque instant je pense à comment elle va ... Mais maintenant après 21ans ou j'ai essayé d'être la pour elle, de prendre une place d'adulte alors que je n'avais que 10 ans, je me rend compte, je réalise et cela me fait mal de l'intérieur que je ne faisais que repousser l'inévitable. Aujourd'hui encore elle est à l'hôpital, m'annonçant hier : "Qu'elle avait envie de prendre un couteau, et de s'ouvrir la gorge pour arrêter la douleur intérieur qui l'a ronge", une souffrance si forte qu'elle voudrait mettre fin à ces jours, mon petit frère et moi.
                    Je ne crois plus en dieux depuis, je ne crois plus en rien, j'essais de lui montrer que je suis fort, qu'elle peut compter sur moi, mais à quelle prix ? tant d'effort pour revenir toujours au même stade cela est décevant, voir même révoltant, j'ai envie de taper partout, d'hurler ma rage face à l'impuissance que l'on face à cette maladie... Sachez que vous n'êtes pas seul dans cette situation, préservez vous, car si il y a une chance de sauver la personne que vous aimée juste en lui montrant que vous êtes la pour elle, que vous l'aimez, elle s'en sortira : "Un choc dans une vie peut-être réparable, mais une vie de chocs c'est comme une vie fragmentée sans qu'il n'y est un bout qui correspond à l'autre".
                    Sa vie est une vie remplit de malheur et de chocs violents, c'est une dépression trop longue pour être guérit, maintenant je m'en rend compte et cela me fait mal de l'admettre, mais je ne peux plus être la pour elle.

                    Commentaire

                    Publicité

                    publicité

                    Chargement...
                    X

                    publicité