publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Comment s'aimer?

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Comment s'aimer?



    je suis femme au foyer, 44ans, déprimée, timide, seule dans mon coin!
    j'ai fait des études mais n'ai jamais pu passer le cap des entretiens,trop timide, grand manque de confiance en moi!
    j'ai gardé des enfants mais cela ne m'a pas permis de sortir de ma solitude et ne m'a pas du tout valorisée.
    je me sens inutile et bonne à rien, je résiste car ma dernière n'a que 6 ans et a encore besoin de moi
    je pense que mes plus grands ont une mauvaise image de moi, peut être ont ils même honte de moi!
    mon mari a un travail où il est reconnu, épanoui, ses copains d'enfance et son foot
    on habite là où il est né , tout près de sa mère et de toute sa famille, je ne les supporte pas
    comme je l'ai dit, j'ai encore un rayon de soleil dans ma vie, ma petite, car pour l'instant elle ne me juge pas et je ne voudrais pas la laisser dans les griffes de ma belle mère, qui serait trop contente de prendre ma place!
    avec mon mari, c'est zéro communication, weekend télé/ canapé pour lui, car il est fatigué de sa semaine et de ses loisirs, ce que je comprends en partie.
    moi, je m'isole dans ma chambre, je pleure sans que personne ne s'en aperçoive, en me rendant compte que je suis devant un mur, pas d'issue pour changer de voie, car je ne peux pas changer
    je suis inadaptée à la société, en complet décalage avec mon entourage, vivement la fin
    j'ai perdu ma mère et mon frère d'une tumeur au cerveau, ils me manquent beaucoup, j'ai 5 autres frères et surs qui s'en sortent mieux que moi, avec cependant des hauts et des bas, car on a tendance à déprimer dans la famille, cela est du au climat de notre enfance, avec un papa affectivement absent, instable , et une mère très aimante mais à tendance suicidaire.
    j'ai moi même une maladie de crohn, qui est sans doute due en partie au stress
    qqn peut il me comprendre, ou aller vous me juger vous aussi comme une incapable, introvertie?

  • C'est une bonne question



    bonjour je suis maman de quatre enfants et je comprends tres bien ou trop bien ce que vous ressentez.. j'ai faillis mettre fin a mes jours il y a trois ans de cela.. j'ai l'impression que c'etait hier.. mais cela ne change rien....
    vous avez osé ecrire sur ce forum et cela est un grand pas pour vous.. osez en discuter a quelqu'un.. c'est tres courageux.. je vous assure... vous n'etes pas seule et voudrai vous aider si vous le vouler le bien..

    Commentaire


    • C'est une bonne question
      Comment s'aimer?



      merci de m'avoir répondu, j'accepte votre aide et les conseils sont les bienvenus, surtout si vous me comprenez
      c'est difficile d'en parler à qqn, on a peur de se dévoiler et de ne pas être compris
      j'ai été suivi pendant 5 ans par un psychiatre, mais cela n'a rien changé, à part le traitement qui aide un peu , ou plutôt qui cache le mal être.

      Commentaire


      • Comment s'aimer?
        Merci



        deja je te dis merci de bien vouloir accepter de l'aide.. je sais c'est pas evident.. par contre je vois que tu es honnete avec toi meme et cela fait que tu peux ou tu pourras voir les choses differement.. en effet le psychiatre ne peut pas changer beaucoup de chose.. par contre un psychanaliste peux t'apporter des reponses a des questions qui sont en toi depuis tres tres longtemps..
        quand tu parle du mur.. plus de voie.. ou une voie sans issue.. je comprend .. quelque part je suis comme toi quand tu dis inadaptée à la société, en complet décalage avec mon entourage... mais aujourd'hui cela fait ma force entre parenthese.. et toi aussi tu peux y arriver..
        aimerai savoir si tu as une adresse msn pour qu'on puisse dialoguer sans le regard des autres...je vais essayer de donner la mienne par courrier et si tu acceptes ce sera plus simple pour repondre a des questions qui te rongent.. te souhaite une agreable journee et te redis merci pour ce brin de confiance que tu me donne..



        Commentaire


        • Bon



          on peut si vous le souhaitez discuter. Je suis mal dans ma peau aussi.
          Sandrine
          Mon adresse msn dim_ups@msn.com

          Commentaire


          • Réponse à fran045



            Bonsoir, je me permets de vous répondre pour vous dire que je peux parfaitement vous comprendre, et vous juger est une chose totalement déplacée, venant de qui que ce soit.

            Je n'ai pourtant pas le même parcours que vous, mais je ressens un gros mal-être, pas tout le temps, mais par périodes.

            J'ai 28 ans. Je recherche actuellement du travail, mais n'en trouve pas facilement. J'ai jusqu'à maintenant fait des remplacements. Je me dis que je vais passer ma vie à faire que des petits cdd. Et donc (comme me le fait comprendre ma mère, puisse qu'elle me répète qu'il faut un cdi pour avoir un appartement), je me dis que je n'aurais jamais de "chez-moi". Je vis toujours chez ma mère, fait beaucoup de choses avec elle, et puis aussi avec mes grands-parents. J'ai donc une vie d'adolescente, mais plus l'âge. Je trouve ma vie nulle, sans intérêts. Côté sentimental, c'est le néant. Je suis célibataire et n'ai encore vécu aucune relation amoureuse sérieuse ni même durable. Je cumule des petites histoires de quelques semaines avant de me faire larguer. Je suis consciente que je suis jolie et que je plais, mais c'est apparament pas suffisant. C'est donc mon caractère, mon "moi" qui ne plait finalement pas. Je suis très timide, réservée et je m'ouvre difficilement, y compris dans les relations intimes. A côté de cela, j'ai peu d'amis, ne sors pas beaucoup, si ce n'est en famille.

            Faut dire que ma mère ne m'aide pas du tout. On a toujours vécu toutes les deux, on est très proches et complices, mais il y a beaucoup de sujets tabous entre nous, car ce sont des sujets dont elle n'a aucunement envie de parler. ça l'arrange que je sois encore là , à vivre avec elle. Elle dit vouloir mon bonheur, chose normale normalement d'une mère pour ses enfants, mais ne se rend pas compte qu'elle fait l'inverse en m'emprisonant parfois. Elle me veut avec elle. Quand j'ai des occasions de sortir, avec des amis, elle fait la gueule, car cela ne lui plait pas. Et me fait comprendre qu'elle va donc être seule, aujourd'hui ou ce soir. Pourtant, tout au long de mes études, ou encore quand je travaille, je ne suis pas 24h/24 avec elle !!! Et puis, sans vouloir passer pour une égoiste, qu'est-ce que j'y peux, moi, qu'elle soit seule?? Elle n'a jamais cherché à refaire sa vie, et n'a visiblement aucune envie, car tous les hommes ne valent pas la peine. Mais c'ets son choix, non? Du coup, je trouve que c'est elle l'égoistê, même si elle s'en rend pas compte, et encore je me demande jusqu'à quel point elle s'en rend pas compte !!! Bon même si ça lui fait pas plaisir, elle ne m'empêche pas pour autant de sortir, quand je peux sortir. Mais après, ça dépend aussi avec qui je sors. Il y a des personnes avec qui je suis sorties quelques fois, amicalement ou amoureusement, qu'elle n'approuvait pas. Alors du coup, je ne lui disais même pas quand telle personne était mon petit-ami et pas seulement un ami. Vu qu'elle n'appréciait même pas l'idée que ce soit amical.

            Je n'ai pas un tempérament à me rebiffer, même si j'aimerais tellement le faire, je n'ose pas. Je n'ose pas me révolter. Mes amis (oui parce que j'en ai quelques uns quand même), me disent que je n'ai pas fait ma crise d'adolescent, et que je vais forcément devoir la faire un jour. Mais il faut dire que je n'ai pas eu besoin de crise d'ado, car à cette époque, tout allait à peu près bien. J'allais à l'école, et sortait de temps en temps avec mes copines ou copains d'écoles, le weekend au cinéma, ou à des booms d'anniversaires... ma mère ne m'a jamais empêchée de sortir, de vivre ! Et maintenant, depuis que j'ai environ 23 ans, elle a changé de comportement, dans le sens, où elle voudrait que je ne sorte pas, que je n'ai pas de vie amoureuse, et que je ne la quitte pas ! D'ailleurs, pour le peu de vie amoureuse que j'ai eu, ma mère n'est pas au courant pour la plupart de mes histoires, et pour tout dire, elle me croit encore vierge. Et ça n'a pas l'air de l'ennuyer que je le sois encore !

            Au jour d'aujourd'hui, ce que je souhaiterais dans ma vie : du travail (stable), un appart (pour être chez moi, et gagner mon indépendance) et trouver quelqu'un qui m'aime et m'accepte telle que je suis, car je suis une fille (une femme devrais-je dire) tout à fait normale.

            A défaut, je me dis que c'est une vie de merde qui m'attend, pas de vrai boulot, vivre toujours chez ma mère, finir vieille fille. A quoi je sers donc???? Si ce n'est accompagner ma mère...

            J'aimerais tellement être beaucoup moins timide que je ne le suis, mais c'est pas facile du tout. La timidité est de famille, ma mère l'était aussi (c'est d'avoir un enfant qui a finit par la faire sortir de son cocon, et de se "rebeller", par rapport à moi). Du fait peut-être de ma grande timidité depuis que je suis petite, depuis toujours quoi, elle m'a toujours surprotégée, et même si ça m'arrangeait avant, aujourd'hui je pense qu'elle aurait dû me laisser me débrouiller, pour me faire avancer et me forger le caractère.

            Contrairement à la plupart des personnes qui souffrent, qui sont mal, je n'ai jamais eu d'idées suicidaires, n'ai aucune envie d'y passer. Je suis là, je suis là ! même si je sers à rien.

            Voilà j'ai exprimé ce que j'ai sur le coeur, ça m'aura fait du bien, de le dire, même si ça ne changera rien à ma situation. Mais en parler à mes amis ne sers à pas grand chose, car ils (elles) ne comprennent pas vraiment, et en gros me font comprendre que j'ai toujours quelques chose qui va pas, que je plaint toujours de la même chose, et que c'est de ma faute, puisque je ne me rebelle pas beaucoup auprès de ma mère)

            Commentaire

            Publicité

            Forum-Archive: 2011-102011-11

            publicité

            Chargement...
            X

            publicité