publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Dépression chronique, peur de rechuter

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Dépression chronique, peur de rechuter



    Bonsoir,

    Je me permets d'exposer mon cas psychologique actuelle, je sais pas si je cherche à être rassurée où si j'ai juste besoin de parler de mes problèmes de dépression parce que j'arrive pas à en parler à mon entourage. J'ai 23 ans et je suis en dépression chronique, je dis chronique car je ne guéris jamais vraiment et je rechute tout le temps. Je dirais que je passe par des phases de dépression majeure où je ne peux plus rien faire et par des phases où j'arrive à refaire des choses mais à aucun moment je me sens heureuse. Je vois 2 psys, une pour les médicaments, une pour la psychothérapie. J'écris ce soir car je sens que je rechute et cette fois ci sans aucune raison, (ma dernière rechute était due à une rupture). C'est la raison pour laquelle je me sens totalement désemparée, j'ai l'impression que la dépression est en moi, que je ne serais jamais heureuse, j'ai plus du tout espoir, ce qui me donne les idées noires. Le fait que je sois déja suivi par des psys et que je rechute sans raison particulière m'effraie complètement, je ne veux pas prendre des médicaments toute ma vie, je n'accepte pas du tout de souffrir de dépression chronique. Et la ca me retombe dessus sans que je ne puisse rien faire (plus envie de me lever, de sortir, de me faire à manger etc), je ne controle plus rien, j'ai beau me dire nan je ne rechute pas, mon corps, ma tête en décide autrement...
    Donc voila, ma question est simple, pensez vous qu'on puisse se sortir de tout ça?

  • Pour vous donner du courage : vous n'êtes pas seule



    Bonsoir Nikita, moi aussi je vis avec une dépression chronique sévère depuis de nombreuses années. J'ai suivi une longue psychothérapie qui m'a un peu aidée mais il a fallu que je passe à "l'acte"et que je sois hospitalisée dans un centre médico-psychologique durant 4 mois en 2009 pour que mon traitement change. J'ai pris du poids, malgré le fait que j'avais perdu le l'envie de tout .Mon entourage familiale était et est toujours inquiet quand je ne réponds pas au tél Il a fallu beaucoup de temps pour que mon thérapeute trouve le bon médicament qui fait qu'aujourd'hui enn cette fin d'année 2011 quand je me lève le matin j'ai enfin "l'envie de vivre". Mais j'ai encore souvent des troubles de l'humeur et je m'enferme sur moi-même. Je n'ai plus envie d'avoir une vie sociale parce que les gens ne comprennent ou qu'ils ont peur de la dépression. J'évite d'en parler même à mon entourage familiale je dis : tout va bien ! Mes interlocuteurs sont mon psychiatre et ma phychologue.
    Si je peux me permettre de vous donner j'ai des conseils : sachez que rien ne dure, soyez bien entourer (famille, amitités sincères) et ne" lâcher pas l'affaire" Moi j'y crois. Cordialement, Nina

    Commentaire


    • Bonsoir



      salut, petit etre perdu sans déffense. Non tu n'est pas seule, mais si jeune tu commences mal dans ta vie de jeune adulte. La dépressin chacun peut en souffrir à sa manière. ils ont pas trouvé la recette miracle du bonheur même avec les médicaments c'est dur la vie et elle ne nous fais pas de cados. tkt moi aussi j'évite dans parler à ma famille ou mes amies car je pense qu'au bout d'un moment ca les gavent se que je comprend. Cela fais depuis 2003, que j'ai ma tête qui c'est pris pour une cocotte minute et après le vide totale. J'ai cru que j'avais pété un plombs bin oui. j'ai été hospitalisé par deux ou trois fois mais une fois dehors reprendre sa vie avec ses problèmes et tous le reste c'est pas facile. Moi qui était bout en train j'avais tout perdu plus rien que nennie. Bon j'avais mes parents chez moi mon mari et mes gosses ils ont subit cela pendant des mois et hop 2008 après avoir repris le boulot dégringolade burn out. et depuis plus de travail d'ailleurs j'en serai bien incapable... et phase de déprime et de phase ou tout va bien. En ce moment, ca va. je ressort un peu dehors car je ne le faisait plus je rebouge à la maison car j'étais tout le temps fatigué et je dormais bocoup. Bon je dors pas la nuit mais le jour. Tu es jeune sort avec tes amies, profites en des mecs quand t'en perd un tu tape dans un reverbère y'en a dix qui en sortent lol. ne fais pas comme moi dis toi que tu es quelqu'un de bien lève toi le matin et trouve toi une occupation dans les loisirs créatifs. Si tu travailles joint toi au groupe et amuse toi ne fais pas de ta dépresssion un truc pour te renfermer sur toi même. Et tu peux en parler à tes parents la depression n'est pas une maladie qui s'attrappe. mais n'en fais trop grand cas survole là. Si jamais tu pleures devant eux (car je pense que cela t'arrive souvent) dis leur que c juste une petite faiblesse mais que ca va passer. Je sais c facile à dire mais pas à faire. ce que tu peux faire c te prendre un chien ou un chat afin que eux te fasse sortir du lit ou de leur donner à manger. moi j'ai même deux furets qui le matin je n'étais pas debout ils venaient me mordiller les jambes jusqu'a ce que je me lève. maintenant j'ai trouvé ils dorment en cage sinon titus il revient à la charge mdr. et j'ai aussi trois chat qui ont trouvé comment m'embetter le matin ils me prennent pour une autoroute en courant sur mon lit. tu vois c des petites choses qui font que l'on pense à autre chose. Si tu veux discuter avec moi sur les messages privé y'a pas de problèmes. j'ai 41 ans et déjà pas mal de ... derrière moi. Allez move ton body. gros bisoux en attendant une soeur de déprime.

      Commentaire


      • Pour vous donner du courage : vous n'êtes pas seule
        Merci pour l'info



        Bonjour Daistock
        je vous remercie pour l'info sur le site, juvezen.com moi aussi j'en aurais bien besoin.
        Je suis toujours sous traitement anti dépressif depuis plusieurs années. En ce moment cela va mieux même si j'ai des instants de mal être , je gère à ma façon : quand ça va pas : je dis action ou bien le mot :motivation, et je fais une tâche à la maison , du rangement, de la couture (car je suis créatrice de poupées chiffons cousues main) cela occupe l'esprit et me fait oublier la souffrance, l'angoisse durant un moment.
        Encore merci.

        Commentaire


        • Salut les filles



          vous avez remarquez t'a bocoup de filles en depression mais les mecs eux je crois qu'ils se cachent.
          Nous ont sait c que c de mal se sentir, j'ai vu bocoup de gens comme moi dans ma vie. Allez ont va pas refaire le monde mais je crois que les fetes de noel y sont pour bocoup dans l'histoire d'ailleurs on ne fetes plus que rarement la naissance de Jesus mais qu'elle fete commercial c la fete des cartes bleu. Tu sais quand moi j'ai commencé ca a été dû au deces de ma tante ca m'a descendu le moral en fleche après mn bo pere et oui meme si nous n'avions pas trop d'affinité j'aimais les dimanches allez chez lui. Puis d'autre ont suivi bref la descente aux enfers. D'abord tu te demande ce qu'il t'arrive, tu pleures sans savoir pourquoi tu te replies sur toi meme jusqu'au jour ou le medecin met un doigt sur ta maladie et te dis c une bonne depression que vous ètes entrain de faire. voilà c'etait il y a 8 ans depuis j'ai eu des fois ou j'allais bien et des fois ou l'envie de se ... en l'air (j'y étais presque arrivée) etait plus presente c ca qu'on appele la depression chronique. Maintenant ca va mais parfois rien que d'y penser j'ai envie de pleurer. Je sais pas s'y on peut s'en sortir mais je sais une chose c qu'avec les médicaments je tiens. Et surtout grace à mes gosses mon ami et mes bestioles (non ce n'est pas des puces lol) allez gros bisoux à toi

          Commentaire


          • Merci pour tous vos messages



            Je ne pensais pas avoir autant de réponses alors merci d'avoir pris le temps de répondre. C'est à la fois rassurant mais en même temps ca me fait peur, j'ai l'impression que je vais en chier dans la vie si je suis déja comme ça à mon age...Je ne m'imagine pas encore dans cet état dans 10 ans ou 20 ans, j'ai encore un minimum d'espoirs de changer c'est ce qui me tient encore debout. En ce moment je refais une grosse rechute, résultat je dois réaugmenter ma dose d'antidépresseur alors que j'ai déja pris 10kg à cause d'eux. Je ne supporte pas de prendre des médicaments, je n'accepte pas d'être dépressive, c'est la raison pour laquelle je n'ai aucune estime de moi. C'est vraiment une fichu maladie, très handicapante au final. Je ne compte même plus les symptomes physiques (maux de ventre, maux de dos, maux de tête, fatigue permanente etc) ni les symptomes psychiques ( envie de rien, boulimie, crise d'angoisse etc) Bref ça agit sur tout. Je ne me souviens plus ce que c'est d'être heureuse, d'être contente de me lever le matin, de ne pas être fatigué, de ne pas stresser...
            J'ai la chance d'être entouré même si je ne parle pas de mon profond mal-être. Même sur ce forum je ne suis pas à l'aise pour en parler parce que je ne poste pas des choses très positives.
            Voilà, je ne suis pas très confiante pour l'avenir, je me dis parfois que le mal est fait, quand je vois toutes les séquelles de la dépression et le mal être que j'ai en moi, je ne vois pas comment les choses peuvent s'arranger. Surtout qu'actuellement je n'ai pas de vrais raisons d'être malheureuse, avant j'en avais mais plus maintenant.
            Rolalala c'est pas très positif tout ça, je veux pas plomber celles d'entre vous qui se battent pour s'en sortir! Si vous êtes sur la bonne voie surtout ne lachez pas! Ca redonne espoir à des gens comme moi.

            Commentaire


            • J'ai le même problème que toi



              salut, je voulais justement poster un message sur la rechute en depression parceque depuis la fin des fêtes je ne vais pas super.Celà fait 12 ans que je fais moi aussi de la depression chronique car je rechute comme toi et ne guerie pas vraiment et là depuis la fin des fêtes et la reprise du quotidien je me sent anormalement fatigué (abattue par la fatigue) et je n'ais pas envie de faire grand chose tout me barbe faire la cuisine,me laver etc).Et je m'inquiete car ma fille reprend l'école lundi et j'ai vraiment du mal à me remettre dans le bain (on se couches tard, se lèves tard etc et je me sent incapable d'avoir de bonnes resolutions pour 2012 c'est vraiment frustrant moi qui voudrait faire un regime, du sport etc je m'en sent incapable ma fatigue est ecrasante et inexpliccable.Ma volonté ne dure pas et je ne veux que dormir, je m'inquiete car je suis quand même sous anafranil 25 ,(un des meilleur AD pour traiter depression sévère) et j'en prend 150 mg...J'ai décalé pendant les vacances la prise de mon AD je prenais la première dose à mon levé vers 11 h du mat pensez vous que ça peut être une des causes de mon etat actuel.Vraiment la depression me gonfle je ne pourrais jamais vivre normalement????....

              Commentaire


              • J'ai le même problème que toi
                Force et courage pour 2012



                Salut mimi, la rechute arrive souvent quand on arrête son traitement ou qu'il n'est pas pris au bon moment.(Cela m'est arrivée) . Le "sevrage" ne doit pas se faire sans avis médical Peut être qu'il faudrait en parler à votre thérapeute compte tenu du fait que vous avez repris vos activités et que vous devez gérer votre vie avec la dépression. Il sera de bon conseil je pense ... Maintenant que la vie a repris son cours normal (après les fêtes) c'est difficile de se lever comme si de rien n'était -non ! on vit avec sa dépression- et malgré cela il faut puiser dans vos ressources physiques, mentales, intellectuelles pour vous booster. Même si vous faites une toute petite action : comme balayer, ou faire se toilette, ou je ne sais trop quoi ... c'est une victoire gagnée sur la maladie.
                Moi je me motive beaucoup, car j'en ai fait baver à ma famille. Je suis célibataire et c'est ma famille (mère, père et soeur) qui s'inquiétait et qui m'apportait leur soutien. Soutien que je ne réalisait pas sur le moment . Mais ce sont ces petits bouts de choses positives qui vous font avancer. Vous être maman, il faut trouver la force de tenir bon (mais pas isolée ni seule). Ce forum nous permet de partager nos expériences c'est une bonne chose. Mais c'est vrai aussi que vous êtes seule à décider, même entourer vous aurez le sentiment d'être seule (c'est cela la dépression). Mais il faut tenir bon pour vous, votre fille aussi car vous méritez une meilleure vie.
                Prenez contact avec votre thérapeute pour voir s'il peut modifier votre traitement en fonction de vos activités. On reste en contact.
                Bien à vous
                Nina

                Commentaire


                • Force et courage pour 2012
                  Merci de votre réponse



                  çelà fait du bien de pouvoir echanger, si je comprends bien mieut vaut ne pas oublier son traitement ni même décaler l'horaire de prise alors dés demain je le prends à l'heure normale!Merci de votre temoignage car je n'ais pas envie de replonger je suis tout juste traité par l'anafranil depuis deux mois.. Je suis aussi consciente que je vais devoir y mettre du mien et me bouger dans tout les sens du terme car il faut se forcer je pense au peu au début dans des choses pour retrouver le goût de vivre et ne pas avoir l'impression que tout sert à rien.Pour celà , decide dés lundi de me créer un rythme pour arriver à passer ce mauvais cap qui est la reprise pour tous et l'eloignement de la famille pour ma part car je suis à l'etranger.Je pense que l'inactivitée joue sur mon etat car si je travaillais je pense que je reprendrais goût à vouloir faire des choses.Mère au foyer, inactivitée, éloignement de la famille autant de fateurs qui me predispose à eprouver des difficultées je reconnais et qui entretiens le mal être c'est sûr.Mais le tout est de se lancer même si on éprouves peu de plaisir au début je pense..Le problème est que en ce moment je rumine un peu. L'eloignement familial me fait penser à la mort que je redoute, la perte des êtres chers, la peur de se retrouver seule dans ce monde.Jessaie de me créer un cercle d'amis mais j'éprouve des difficultées à me lier aux autres et parfois je n'ais même pas envie de voir les amis c'est etrange mais c'est ce que je ressent.De plus, je dois toujours me pousser à aller vers les autres sinon personne ne vient vers moi .Si je devais resumer ce que je pense en ce moment, je me demande à quoi on sert, je me demande pourquoi travailler pourquoi avoir des enfants, pourquoi se lever tous les jours devoir se laver ,s'abiller car çelà me parait d'autant plus si difficile et le quotidien ennuyeux.Il ya 10 ans je ne me posais pas de telle question mais aujourdhui avec l'âge je n'ais jamais eu autant l'impression d'être aussi lucide sur ce qu'est la vie au final..Quand j'étais etudiante j'avais un but et je ne voyais pas la vie aussi dure. Aujourdhui je me demande comment ais je fais pour avoir fait autant de choses auparavant et d'où venait ma motivation car aujourdhui je n'en n'aurais pas la force tout me barbe c'est etrange.

                  Commentaire


                  • Merci de votre réponse
                    Mais aussi..



                    Je n'en parle jamais mais j'ai un problème d'achat copulssif .Il ya quelques années je me noyais dans des achats compulssifs de vêtements, j'étais toujours dehors à faire du shopping comme si m'abiller allait m'aidait à me sentir mieut.Aujourdhui je me rends compte des dépenses faites pour rien car j'ai donné le trois quart de mes affaires à une amie parceque je trouve moche tout ce que j'ai acheté et m'abiller ne m'interesse presque plus çelà m'inquiete j'ai l'impression d'avoir perdu une chose qui me procurait de la satisfaction et me donner le sentiment d'exister.Pourtant je suis consciente qu'exister c'est être et non avoir..

                    Commentaire


                    • Mais aussi..
                      Achats compulsifs et autres envies qui disparaissent



                      Mimi, quand vous dites "j'ai l'impression d'avoir perdu qq chose qui me procurait de la satisfaction" ce symptome s'appelle l'anhédonie : diminution du plaisir ou de l'intérêt pour toutes activités, y compris celles qui procurent du plaisir habituellement. Les habitudes se modifient, les passe-temps sont délaissés, tout semble monotone et vide, y compris les activités habituellement gratifiantes. (info sur wikipédia). Moi aussi je ne ressent plus rien sauf la souffrance liée à la dépression. Je fais bcp d'achats vestimentaires pour essayer de me re-trouver car mon physique à bcp changé à cause de mes différents traitments. Certains achats peuvent être considérés comme compulsifs, mais le plus souvent c'est soi même que l'on recherche, retrouver une image de soi qui est flou à cause de la maladie.
                      Je prends bcp sur moi pour ne plus parler de mes problèmes de santé à ma famille. J'ai une seule jumelle que je ne vois qu'une fois par an. Cela a été un des éléments du déclenchement de ma dépression chronique. Et il suffit qu'une difficulté surgisse (agression au travail, harcèlement moral au travail, rupture avec mon compagnon, et j'en passe) pour que la blessure s'ouvre à nouveau et je replonge dans l'abîme. Cela fait longtemps que je n'ai pas eu un fou rire. J'en aurais bien besoin. Il paraît que le rire est un bon "médicament" naturel. A bientôt . Et bon courage

                      Commentaire


                      • Achats compulsifs et autres envies qui disparaissent
                        Merci on se sent moins seule



                        Tu m'as plutôt l'air d'être optimiste c'est bien continue sur ce chemin .je crois que notre societe veut ça aussi , j'aimerais être plus entouré mais je n'ais que mes parents qui traversent aussi une dure periode car ils vieillissent.Mon mari est là mais je me sent seule quand on se retrouve que tout les 3 c pas simple la vie. merci pour ton temoignage

                        Commentaire


                        • Achats compulsifs et autres envies qui disparaissent
                          Coucou nina



                          merci pour ta réponse.Oui le fait de ne plus eprouver du plaisir pour des choses qu'on aimait avant c'est l'anedhonie je me rend compte tu as raison pufff.Je pense que le dosage de mon anafranil n'est pas suffisant je l'ais toujours dit à ma psy mais elle m'a dit que cetait deja beaucoup alors que je sais quon peut monter à 300 avec çelui là.Avant je prenais petites doses et maintennat 150 ne suffit pas ...C drôle quand même ..Je suis consciente que je dois faire une therapie mais les psy trainent à me lancer dedans ils repoussent me disent d'attendre qu'ils sont surbooké etc moi je me sent pourtant parfois très seule et parler à quelqun m'aiderait à prendre des initiatives je pense.Sinon, pour resumer j'ai rechuté cet été suite à un arrêt de prise d'anafranil (10mg par jour!) je vivais juste avec ça et j'allais bien.Puis j'ai rechuté aprés l'avoir mal pris on m'a donné ixel 50 ça été 3 mois puis en octobre quand j'ai diminué le xanax que je prenais en même temps , j'ai recommencé à me sentir pas bien j'ai dedui que l'ixel netait pas asser efficace donc dans le pays où je suis la psy m'a repassé à anafranil car elle a de trés bon s resultats avec et moi il me convenait, je le prends depuis octobre ça allait mieut mais je sentais qune augmentation ne serait de 10 serait mieut or ils me laissent avec 150mg je revois la psy le 10 comme prévu mais entre temps depuis la fin des fêtes patrata j'ai le blues de reprendre mon quotidien etc donc je vais voir ce que me propose la psy et dés demain je m'active.Merci du soutiens!! on va y arriver

                          Commentaire


                          • Depression



                            coucou,je suis ds la dépression depuis 15 ans et je m'en sors pas un rien me fatigue je me lève fatiguée sans but réel, je tiens pas les boulots et j'ai la sensation de ne pas m'en sortir je compatis bisous agathe

                            Commentaire


                            • Depression
                              Ça va mieut



                              salut Agathe, je viens t'apporter un peu de courage car l'autre jour j'étais pas bien et depuis trois jours ça va beaucoup mieut.Je reprend en fait mes cachets le matin et non en décalé puis l'anxio surtout que j'avais diminué. Et surtout j'ai parlé parceque à cause de la reprise j'avais le blues.J e me suis obligé à faire les corvées comme un devoir et du coup je suis satisfaite du peu que je fais.Hier j'ai vu ma psy elle m'a trouvé bien et elle veut qu'on commence à diminuer le medicament le mois prochain et que je fasse une therapie.C'est que du positif je suis bien et contente.Je te souhaite d'aller mieut je comprends ce que tu vis je le vis aussi mais on peut aller mieut et même s'en sortir, patience et force.Bises

                              Commentaire


                              • Coucou nina
                                Bonjour mimi



                                Merci de donner de tes nouvelles. Quelle décision à pris ta psy suite à ta visite ? Tu sais il ne faut pas arrêter ni diminuer les doses prescrites sans avis médical. Cela m'est arrivée aussi. Marre de prendre des médicas ! : résultat rechute au mois d'octobre dernier. Depuis je prends 20 mg de Seropran( AD) le matin et le soir du Nozinan 75 gouttes (anxiolitique) Phénergan (40 mg) Rivotril (20 mg), ainsi que du THéralite 400 mg (qui agit sur l'humeur) . Les autres sont des médicas qui agissent sur l'anxiété. Au réveil je suis un peu paf mais j'ai le moral assez bon.Moi assi je suivis une thérapie avec le psy et je vois aussi une psychologue tous les mois dans un centre médico-phsycologique (CMP) c'est gratuit, et de parler de sa souffrance liée à la dépression soulage. Il y a des choses que je racontes que je n'ai dit à personne.Après cela c'est toi qui doit prendre ta vie en main (même accompagnée (médicas et thérapie). Occupes ton esprit par la lecture ou une autre activitée. Je sais que cela n'est pas facile. Peut être aussi que la psy n'a pas encore trouvé la bonne molécule (médicament) qui te convienne vraiment. Ou bien tu passes un cap difficile du fait d'avoir fait l'arrêt et la diminution du traitement. Faut voir. J'espère que tu as trouver des réponses auprès de ta psy et que cela va aller mieux.
                                Bon courage, cela n'est pas facile. A bientôt Nina

                                Commentaire


                                • Ça va mieut
                                  Quelle bonne nouvelle !



                                  Bonsoir Mimi, je n'avais pas pris connaissance de ton autre message suite à ta visite à ta psy. Je suis heureuse pour toi.Le fait de diminuer ton traitement est une bonne nouvelle ainsi que démarrer un thérapie. Elle t'a enfin écoutée. Au fur et à mesure tu iras encore mieux. Pour comprendre mon état je me suis achetée des livres parlant de la dépression et du "lâcher prise" sur des choses qui l'en valent pas la peine. J'essaie de ne pas me trouver devant des situations anxiogène. Actuellement je suis en arrêt de maladie suite à un accident de travail survenu en début d'année 2011. Un gros classeur est tombé sur mon épaule gauche et j'ai dû être opérée (arthroplastie) en août dernier cela fera 6 mois en février que suis à l'arrêt. Avec des moments hormis la douleur de l'épaule, beaucoup d'anxiété et l'arrêt de certains médicaments : résultat rechute et nouveau traitement dont je t'ai cité plus haut.
                                  En tous les cas félicitations à toi et bon courage pour la suite
                                  A bientôt.

                                  Commentaire


                                  • A partager entre nous toutes



                                    Une amie m'a fait connaitre ce très joli texte de Kim & Alison McMillen
                                    que j'ai envie à mon tour de partager avec vous.

                                    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, jai compris quen toutes circonstances, jétais à la bonne place, au bon moment. Et alors, jai pu me relaxer.
                                    Aujourdhui je sais que cela sappelle lEstime de soi.

                                    ... Le jour où je me suis aimé pour de vrai, jai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle nétaient rien dautre quun signal lorsque je vais à lencontre de mes convictions.
                                    Aujourdhui je sais que cela sappelle lAuthenticité.

                                    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, Jai cessé de vouloir une vie différente et jai commencé à voir que tout ce qui marrive contribue à ma croissance personnelle.
                                    Aujourdhui, je sais que cela sappelle la Maturité.

                                    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, jai commencé à percevoir labus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but dobtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce nest pas le moment
                                    Aujourdhui, je sais que cela sappelle le Respect.

                                    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, jai commencé à me libérer de tout ce qui nétait pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie. Au début, ma raison appelait cela de légoïsme.
                                    Aujourdhui, je sais que cela sappelle lAmour propre.

                                    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, jai cessé davoir peur du temps libre et jai arrêté de faire de grands plans, jai abandonné les méga-projets du futur. Aujourdhui, je fais ce qui est correct, ce que jaime quand cela me plait et à mon rythme.
                                    Aujourdhui, je sais que cela sappelle la Simplicité.

                                    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, jai cessé de chercher à avoir toujours raison, et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
                                    Aujourdhui, jai découvert lHumilité.

                                    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, jai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de lavenir. Aujourdhui, je vis au présent, là où toute la vie se passe. Aujourdhui, je vis une seule journée à la fois.
                                    Et cela sappelle la Plénitude.

                                    Le jour où je me suis aimé pour de vrai, jai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir. Mais si je la mets au service de mon coeur, elle devient une alliée très précieuse !
                                    Tout ceci, cest le Savoir vivre.

                                    Commentaire

                                    Publicité

                                    Forum-Archive: 2011-122012-01

                                    publicité

                                    Chargement...
                                    X

                                    publicité