publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Dépression, angoisses, mal de vivre...j'ai poussé les portes...

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Dépression, angoisses, mal de vivre...j'ai poussé les portes...



    bonjour,
    je viens de lire un peu tous les messages, anciens et récents au sujet de la dépression, les anti-dépresseurs, et nous avons tous, à 90%, notre passé en commun, un passé que l'on arrive pas à exprimer, qui nous gâche la vie, et nous enfonce dans un monde fermé, NOTRE MONDE; je mre retrouve aussi, mon parcours fut très difficle au niveau familial dans mon enfance, j'ai grandie dans la solitude, l'incompréhension totale, la maltraitance, l'inceste, et j'en passe...Mais à côté de toutes ces explications, une chose est ressortie, mon mentale! la force du mentale peut être énorme, je me suis donnée des buts, j'ai réussie, jusqu'à 2003, où là je me suis retrouvée paralysée sans aucune explication médicale. Bien entendu , on me fait le dépistage de la sclérose en plaques et il est négatif, l'enfer va commencer, on me déclare fibromyalgique ( renseignez-vous sur le syndrome de la fibromyalgie!), je ne connaissais même pas le terme, le mot, et pourtant j'ai une formation dans le médical à la base!
    Mais j'ai préféré élevé mes enfants pour ne pas reproduire la même chose que pour moi, et c'est ma plus grande joie, c'est aussi un choix que j'ai fais. Je n'ai retravaillé que lorsque la dernière , ma 3 eme est partie à l'école. j'étais à mon compte, j'aévais une entreprise qui marchait fort bien, je ne m'en plaignais pas , mais je savais au fond de moi meme que c'était une revanche sur la vie!
    bref, je me suis retrouvée pour la première fois de ma vie sous antidépresseurs, DIVARIUS, et le constat, j'ai pris 13 kg, moi qui suit toute menue, ça ne l'a pas fait du tout et en plus ancienne danseuse alors là, le coktail ne me plaisait pas du tout! Mais j'avais retrouvé l'usage de mes jambes, mes analyses de sang étaient bonnes alors j'ai accepté, sans accepter car sceptique d'avoir cette fibromyalgie avec des douleurs lancinantes, une fatigue extrême etc etc ...
    je suis allée de psy en psy car ils m'agacaient en somme, je ne voulais pas forcémment parler de mon passé! c'était le présent et l'avenir qui m'intéressaient!, je voulais oublier tout simplement, mais ça ne c'est pas fait comme ça du tout! je me suis mise à prendre des plantes en allant dans une boutique bio, une thérapeute m'a renseigné car je ne voulais plus des antidepresseurs, ça m'avait suffit! on vous dit que vous faîtes, une dépression majeure, que vous êtes atteint de fibromyalgie, une maladie imaginaire pour certains, vous avez mal partout, mais je peux vous assurer que les propos du corps médical m'ont bien poussé dans la dépression, je n'ai pas eu à forcer! tout simplement vous êtes fragilisés par votre enfance, déjà un handicap émotionnel, mentale, vous tentez de vous en sortir et boum...Il vous arrive une tuile côté santé et on vous colle une dépression en vous y enfonçant encore plus au lieu de vous en sortir!

    je me rappelle avoir vu un psy, sous antidépresseurs, qui m'a dit comme ça "mais si vous ne preniez pas tous les médicaments que vous prenez, comment serait la réalité pour vous? " il avait raison quelque part car j'étais très mal et je vivais dans le silence, la honte d'être dépressive car tout le monde se barre il faut le dire, vous vous retrouvez seule dans 80 % des cas, la famille en a ras le bol, les amis soi disant vont voir ailleurs, espace les visites etc etc ....Tout ça pour dire que j'ai eu pas mal d'antidepresseurs, du divarius donc, mais aussi séroplex qui ne m'a rien fait, effexor, cymbalta et j'en oublie certainement!
    Pourquoi j'en ai eu autant? pas compliqué! lorsque je voyais que je prenais un kilo avec un antidépresseur, je retournais voir le psy pour changer, je ne supportais pas car ça me développais des crises d'angoisse horribles! je suis toujours fragile aujourd'hui encore, et je suis sous cymbalta! j'ai arrêté les antidépresseurs pendant des mois, puis comme je tremblais, mes jambes vascillaient, des maux de têtes interminables, des angoisses à n'en plus finir, même envie d'en finir ( on m 'avait proposé une cure de repos, je me suis désistée au dernier monment en regardant mes enfants), enfin bref, une horreur au quotidien et j'en avais marre d'entendre la même chose DEPRESSION MAJEURE ET CHRONIQUE, oui comment on en sort?

    pas de réponses, et en effet la méditation, écrire , ça fait du bien, c'est ce que j'ai fais moi-même , seule, mais ce fut un bel Exhutoire sans forcémment régler mon problème car je savais qu'il y en avait un mais au moins cela m'empêchait de faire une bétise!
    j'en ai eu marre des psys, mais il fallait que j'aille en voir un régulièrement, dont le dernier que j'ai, nous parlons de tout, mais pas forcémment de moi et il m'a comforté dans mon idée de pousser les portes plus loin au vu de ma santé car pour lui j'étais certes en dépression mais on m'y enfonçait de plus en plus car je ne parlais pas forcémment tout le temps dans le négatif, je voualsi m'en sortir et c'était devenu un objectif primordial! j'ai eu le temps d'y pensé car lorsque vous êtes souvent seule il fait dire que ça tourne dans la tête, les journées peuvent paraîtrent longues, car même sous antidépresseurs je dormais très peu et je dors encore très peu, ce qui augmentait mes angoisses etc etc ...Il faut dire que je n'aime pas les médicaments et je m'étais donné comme objectif de ne plus prendre d'antidépresseurs! je suis en seuvrage à l'heure actuel, je fais attention, ce n'est pas facile, alors vous voyez j'écris et je peux écrire des romans!

    Pour le côté santé, je savai que quelque chose clochais alors de fil en aiguille, sans l'avis du médecin généraliste qui ne faisait rien mais qui aimait bien me voir une fois par semaine, je suis allée voir des spécialistes, à qui je disais tout doucement, car je criagnais la réaction que j'étais dépressive, un peu (pas envie de dire plus) et que j'étais fibromaylgique! oui vous avez deviné que j'ai toujours refusée la dépression, mais elle est là je le sais et ma fibromyalgie et l'avenir va me montrer que j'ai ....BIEN FAIS!

    Pour résumer, à force, et seule d'aller de médecins en médecins, de spécialistes en spécialistes car je n'ai pas hésité, je suis tombée sur un professeur qui au bout de 9 ans m'a écouté , et là pour la première fois il m'a dit
    "vous n'vez pas la fibromyalgie, ce n'est pas vrai, on reprends tout a zéro et il y a de quoi être dépressive pas forcémment pour votre passé mais vous n'avez pas été bien suivie!"

    je n'en revenais pas! Nous sommes fin 2011 et il me fait faire toute une batterie de tests, biopsies, radios, scann, sintigraphie, etc etc ...et là le 14 février 2012, le diagnostique tombe je suis atteinte de la maladie de Lyme et d'une mastocytose systémique, maladies dangeureuse l'une et l'autre malheureuseme'nt pour moi car c'est un auttre combat que j'entame au vu du traitement depuis février 2012 mais je savais au fond de moi que je n'avais pas la fibromyalgie et bien entendu un des symptômes car le corps médical ne pense pas à cette maladie , la maladie de lyme, surtout lorsque vous n'avez rien de visible sur le corps, c'est la dépression! on m'y a bien mise en dépression, j'étais déjà fragile mais là ils ont enfoncé le clou! alors surtout, surtout, faites bien attention à vous! car pour moi derrière une dépression, certes il y a notre vie, notre passé, nos douleurs, nos angoisses (j'en suis victime) mais il peut se cacher aussi autre chose, une maladie, une explication médicale tout au plus car pour moi on ne devient pas dépressif comme ça, comme je le suis, donc important, toujours suivie par un psy, un traitement , je sais que le combat va être dure mais c'est ma vie , je ne connais que le combat! la paix je la trouve par l'écriture et mon blog, j'ai fais un blog, si vous voulez aller le voir, c'est gratuit bien entendu, je vous mets l'adresse là, je n'ai pas encore parlé de mon état dépressif mais je vais le faire ...Par contre, la dépression, pour les malades de cette pathologie que l'on garde en soit longtemps et on est pas à l'abri d'une rechute , vos témoignages, oui sont les bienvenus, car c'est le but de mon blog que de faire connaître les maladies et les personnes qui souffrent, isolées!
    voilà, j'ai été longue, pourtant en faisant un résumé, car entre temps, j'ai du fermer mon entrprise qui marchait bien car je ne pouvais plus travailler, je suis en pension d'invalidité, nous avons perdu notre maison, notre voiture, à la rue....Alors il n'y a pas de quoi être dépressive? je me bats pour mes 3 loulous, grands maintenant, mais je suis là pour eux, rien d'autres ne compte et aider les gens qui en ont besoin, donc si vous avez besoin de parler, je susi là.Amitiés

    Mon blog
    www.noeline68.com
    mon adresse email
    gallot.sophie16@gmail.com
    bonne journée


  • Difficile



    difficile de parler, juste que je me demande pourquoi je suis là, après une séparation sa fait 6 ans j'arrive pas à reprendre les commandes, pour mes enfants dans ma tête c'est comme si je les avais perdu, je me ments et je dois mentir au autre juste pour resté seul et pleuré sur moi même. j'ai une femme qui abite à plus de 100 kilomètres qui fais tous, mes , le grand mes. exuser-moi pour les fautes d'ortographe (primaire). le dur dur problème j'ai peur de la mort aussi non je l'aurrai déjà fais. en faite je suis déjà passez par là en 1986 j'ai fais une tentative , résulta 1 mois de coma, cliniquement mort . mais c'est pas tous, je me souviens de tous et je dois dire que c'étais le paradis comme tous le monde le dit. se mois si j'en ai fait deux ( c'étais plus un appel au secour bien sur) mais je me dis si je répette tous celà, un jour je vais réussir alors que je sais qu'il n'a rien . c'est...vg230567@hotmail.be

    Commentaire


    • Sacrée histoire !



      C'est une sacrée histoire que tu nous raconte là mais je te crois très volontiers. Je pense malheureusement que cela doit se produire souvent. C'est vrai qu'il est très facile pour certains médecins de parler de dépression et de donner anxiolytiques, antidépresseurs, somnifères... sans rechercher d'autres causes éventuelles. Le nombre d'erreurs de diagnostic doit être affolant. Tu as bien fais de t'accrocher. Ton combat n'est peut-être pas fini mais je sens que tu as la force de t'en sortir (vu tout le chemin parcouru bien d'autres auraient décroché). Bravo à toi et courage. Toute ma sympathie.

      Commentaire


      • J'ai pleurée pour vous



        bonjour on lisent votre histoire j'ai pleurée tout ce courage que t'a vraiment il faut pour tés enfant toute cette douleur que ta subie ta rendu forte de plus en plus je vous admires bc,
        moi je suis dépressive depuis une année j'ai u une enfance dure et mal traité par mes parent j'été violer a l'age de 11ans par deux homme ma meilleure amie ma laisser tomber j'ai fais trois tentative de suicide le mois d'avrile et je ne pence a rien just en finir avec ma vie la soufrance me dépasse je traite chez un psy et psychiatre je suis sous antidépresseur j'ai une depression majeur je c'est plus quoi faire

        Commentaire

        Publicité

        Forum-Archive: 2012-042012-05

        publicité

        Chargement...
        X

        publicité