publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Endométriose, maladie psychique???

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Endométriose, maladie psychique???



    Je suis dégoûtée de voir EndoFrance publier des textes d'un médecin qui dit que nous avons toutes subi des traumatismes pendant l'enfance ou l'adolescence (abandon ou abus sexuel, rien que ça...) et que notre endométriose est arrivée à cause de ça... Ras le bol de voir que l'assos qui devrait nous soutenir nous tire dans le dos en disant que l'Endométriose a une cause psychique et sexuelle...

    Il y a deux textes d'un certain ... B. sur leur site, ... B. qui est aussi membre de leur Comité scientifique:
    "Endométriose et psychologie", 2003
    "Endométriose et vécu de l'adolescence", 2006

    Et voilà quelques extraits de ce dernier texte. Je vous conseille de lire très attentivement la dernière phrase, concernant les traitements, pour voir les conséquences d'une telle théorie sur nous (si jamais on la laisse s'imposer):

    On peut même évoquer un aspect différent de cette question : l'instabilité de l'humeur et les tendances dépressives de plusieurs femmes endométriosiques seraient non pas le résultat de leur maladie mais sa CAUSE par le biais d'une perturbation du réseau psychoneuroendocrino-immunologique provoquée par le vécu difficile de ces patientes en particulier durant leur adolescence.
    ()
    Il n'est cependant pas exclu qu'on puisse évoquer une hypothèse plus surprenante : ces traumatismes pourraient favoriser le développement des lésions endométriosiques elles-mêmes.
    ()
    Les sortes de traumatismes psychiques qui ont ainsi été décrits par nos patientes sont de tous ordres. Mais on peut les réduire à deux types majeurs : l'abus sexuel et l'abandon qui ont pu advenir à un quelconque moment de la vie. Parfois, les deux causes sont réunies : l'abandon plaçant la jeune enfant ou adolescente dans une situation qui favorise les abus physiques.

    [Lauteur déplore que le congrès de Maastricht sur lendométriose nait pas abordé] L'effet d'un état de dépression ou de désintérêt de la vie sexuelle précédant l'installation des lésions endométriosiques , et que les spécialistes de l'endométriose ne reconnaissent pas le rôle des chocs émotionnels précédant le développement des lésions endométriosiques

    [A la question pourquoi toutes les femmes traumatisées ne développent pas dendométriose, lauteur répond]
    On doit donc accepter l'idée que selon le terrain, les femmes soumises à des situations stressantes prolongées développeront une pathologie propre : maladie auto-immune, névrose etc.
    ()
    Mais surtout on doit retenir que la femme endométriosique n'est pas différente d'après les évaluations psychologiques de celle qui souffre de douleurs inexpliquées dont l'état psychique est considéré généralement comme particulièrement instable.
    ()
    Certes un suivi psychologique bref ne permettra pas toujours, loin s'en faut, de corriger les effets de mois ou d'années d'instabilité, mais il pourra ouvrir la voie à cette transformation. Par ailleurs, on peut considérer avec une très grande probabilité que l'endométriose qui s'est développée sur un terrain affectif et mental particulier, aura évolué, au moins en partie pour son propre compte. Mais le médecin conscient des facteurs psychiques de la maladie endométriosique sera moins tenté de proposer des explorations invasives ou des traitements agressifs

  • Je suis dégoutèe
    Je ne souffre pas d'endométriose



    Mais c'est hallucinant!
    Ma gynéco (à Cochin, grand centre de référence sur l'endométriose) y voit plus une conséquence de la dégradation environnementale... Elle m'a dit qu'en 20 ans le nombre de cas a littéralement explosé, et je ne pense pas que le nombre d'abus ait changé... (ni vers le haut, ni vers le bas)
    Contactez le Pr Chapron peut-être?

    Commentaire


    • Je suis dégoutèe



      je suis dégoutèe de constater qu'en 17 ans rien n'a changé: je souffrais tant pendant mes règles que je faisais des crises de spasmophilie et on m'a mis sous antidepresseur...J'ai demandé la pilule et mon état c'est amèliorè.18 ans plud tard, un gygy en a eu marre de m'entendre me plaindre et à constatè que j'ai de l'endomètriose.Je n'ai pas été violée, ni abandonnée,j'étais même vierge et j'en ai marre qu'on me prenne pour une folle. Cette saloperie aura gaché ma vie, et c'est pas fini, et à 36 ans, je me surprend parfois à souhaiter la mènaupose (surtout que je suporte pas trop la pilule).Alors ras-le-bol...

      Commentaire


      • Je ne souffre pas d'endométriose
        Et pourquoi pas? excusez moi si mon avis dérange



        Bonjour,

        Je suis atteinte d'endométriose depuis l'âge de 13 ans et je suis actuellement en 4ème année de psychologie. Si on me le permet j'ai justement pour projet d'effectuer mes recherches l'année prochaine sur ce thème... Mon avis à moi est pourquoi pas? Je m'explique, tout d'abord le nombre de cas n'a pas explosé c'est justement une maladie qui est identifiée depuis peu alors qu'elle existe bien depuis longtemps... Par ailleurs ce médecin ne dit pas que toutes les femmes en souffrant ont eu un stress, un choc dans leur vie, mais on remarque que 90 femmes sur 200 ou quelque chose comme ça, celà laisse quand même une marge avant de parler de totalité et on pourrait parler de coup de chance dans l'échantillon ou non... Par ailleurs depuis longtemps, de nombreuses études ont prouvé les liens probables entre le psychologique (notemment le stress) et le corps et ceci ne peut pas être nié (et oui même dans le cancer alors imaginez...). Donc il certainement probable que un choc ne soit pas la cause de l'endométriose mais c'est l'un des facteurs qu'il ne faudrait peut être pas négliger dans l'étude de cette maladie, pour une meilleure compréhension, une meilleure prise en charge du patient, dans ces cas là toutes les hypothèses sont bonnes à prendre pour tenter de mieux soigner cette maladie qui est un fléau et qui fait souffrir tant de femmes tant psychologiquement ou physiquement...

        Commentaire

        Publicité

        Forum-Archive: 2007-082007-122010-04

        publicité

        Chargement...
        X

        publicité