publicité

publicité

publicité

publicité

publicité

  • Bienvenue dans nos forums ! Vous êtes ici dans un espace qui vous est spécialement dédié, où vous pouvez échanger, recueillir des informations et poser vos questions en tout anonymat. Les valeurs de ces forums sont la solidarité, l’humanité et le service. Nous comptons sur vous pour nous aider à faire respecter ces valeurs et la convivialité des forums. Si vous avez une question sur le fonctionnement du site ou si vous rencontrez un problème sur nos forums n’hésitez pas à consulter nos FAQ

Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Thèse en science de l'éducation

Réduire

publicité

publicité


X
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Thèse en science de l'éducation



    Bonjour,
    Je suis étudiante en doctorat de sciences de léducation. Je fais ma thèse sur lévolution des représentations sociales face au handicap. Je mexplique. Jai travaillé en master 2 (ex DEA) sur linclusion scolaire des enfants en situation de handicap. Ce travail ma permis de poser les bases sémantiques de mon travail de thèse puisque je mattache à préciser les différents termes utilisés dans le champ du handicap. En étudiant différents champs disciplinaires, je suis arrivée à la conclusion selon laquelle notre société est empreinte, imprégnée de représentations sociales négatives face au handicap. Dans léducation nationale, parmi les refus pour lintégration dun enfant handicapé en milieu ordinaire, on recense la peur du handicap, la peur de ne pas savoir gérer lenfant et le groupe classe, de ne pas être aidé par les autorités notamment et le surcroit de travail. Bien entendu, si le ministère de léducation donnait les moyens financiers et humains pour les enfants handicapés, ces représentations sociales négatives seraient peut être palliées. De plus, il ne faut pas omettre le fait que du fait de leur maladie, certains enfants ne peuvent être intégrés en milieu ordinaire notamment lorsque les soins médicaux sont trop lourds. Toutefois, la socialisation est à la base de notre construction identitaire et de notre développement psycho-social. Cest pourquoi je veux défendre lidée que dès le plus jeune âge, les institutions scolaires et les structures daccueil de la petite enfance doivent accueillir à la fois des enfants valides et des enfants handicapés. Pourquoi ? dune part je lai dit pour la socialisation. Mais la socialisation implique dautre part que lenfant intégré devient un être social soumis aux normes sociales. Or les normes sociales actuelles sont inatteignables pour les personnes en situation de handicap. Quelles sont-elles ? la beauté, lhomogénéisation, la productivité, le bonheur familial, le corps parfait, lexcellence, la performance scolaire, sportive bref, être mieux que les autres mais sans être déviant, toujours resté dans les normes. Luniformisation est une valeur sociale caractéristique. Vous voyez, lenfant en situation de handicap aura beaucoup de mal à être intégré socialement si les normes névoluent pas et si les représentations sociales restent figées. Or lécole est une microsociété un lieu où lenfant passe autant voire plus de temps quavec sa famille et elle transmet, à mon sens, des valeurs, des normes qui ne permettent pas dintégrer la différence dans son ensemble. Cest sur ce point que sinsère mon travail de thèse. Je pars dun exemple concret de structure pré scolaire qui accueille près de chez moi un tiers denfants handicapés parmi le reste des enfants. Et cela se passe très bien car il a été mis en place beaucoup choses comme le dialogue avec les autres enfants pour appréhender au mieux la différence sans peur. Je crois quil faut intégrer dès le plus jeune âge mais pas nimporte comment.
    Je cherche pour ma thèse des témoignages de personnes travaillant avec des enfants handicapés ou ayant travaillé, avec des parents, avec des enfants ou tout autre personne pouvant enrichir ma thèse. Je veux savoir si lorsque lon est amené à côtoyer la différence dès le plus jeune nos perceptions et représentations changent et finalement si on a une autre approche de lhumain celle dun humain pluriel.
    Je suis prête à correspondre avec toute personne qui puisse maider et notamment des personnes qui ne partagent pas forcément mon point de vue. En effet jai trois ans pour défendre ma thèse mais elle doit avoir une partie contradictoire et je serais ravie de débattre. Vous pouvez me contacter par mail. Merci beaucoup.
    Mélanie

  • Guillaume 14 ans



    Le sujet de votre Thèse m'interesse beaucoup
    Je suis la maman d'un adolescent de 14 ans atteind d'infirmité motrice cérbrale.
    Dès la tombée du diagnostic ( sans pronostic évidemment)j'ai décidé de "faire" de mon fils une personne heureuse, acceptée et socialement incluse (pour moi, l'étape après l'intégration).
    parler de toute l'évolution ( 14 ans)serait peut-etre ennuyeux pour certain, c'est pourquoi je suis ptrete a discuter sur message privé.
    D'autre part, cela dinamiserait eventuellement le site que d'en parler avec tous.
    A vous de choisir!

    P.S. G est un garçon épanoui et heureux de vivre malgrés son handicap et sa puberté

    Commentaire


    • Dynamisons le forum



      bonjour Melimélo,

      dans un premier temps mais peut-etre pour longtemps, je voudrais communiquer sur lle forum pour le dynamiser. Je trouve que l'on devrait plus échanger sur l'handicap: alors je me lance et je commence a te raconter ma vie là ou l'handicap y est entré.
      Apres 6 ans de mariage je suis ENFIN "tombée" enceinte. C'était l'extase/ je venais d' obtenir ma licence en sciences médico-sociales et hospitalières avec la grande distinction (UCL "en Belgique") et le futur papa était nommé commisaire de police.
      LE MEILLEUR DES MONDES dirait Aldous Hurxlay.
      De plus, ma grossesse a été extraordinaire: Pas de nausées, un surplus d'énergie, une maman épanouie, un papa super heureux, des grands parents en attentes (le premier des deux côtés)...
      Tous celà arrangeait naturellement aussi mes supérieurs car, ayant au départ une formation d'infirmière graduée hospitalière( équivalent de votre infirmière diplomée d'état) j'avais entre-temps, vu la spécialisation entreprise obtenu l'emploi d'adjointe à la direction des soins infirmiers dans un hôpital régional.

      le 1er mai 1992, je débute mon congé de maternité (accouchement prévu pour le 19.5)afin d'être bien reposée pour L'EVENEMENT.
      Le 5.5 puis le 12.5, je me présente chez mon gynécologue pour les examens de routine: Ultrason, monitoring,...

      mais, la , le gynéco me dit qu'il constate "un dip 2" lors de chaque contaction.

      ..... Un dip 2.... C'est quoi encore?....
      ...Je suis infirmière, j'en ai entendu parler pendant mes études.... Mais ... je ne resens pas de contractions, donc , de quoi il me parle la ? ...

      Il faut que je rentre dans le sevice de maternité, on va provoquer l'accouchement.

      Super..., je l'aurai plus vite que prévu et, ... une semaine, vraiment pas de danger pour le bébé..., est-ce que j'ai encore le temps d'aller chercher ma valise ( toute prête à la amiso maison) et le futur papa qui souhaiterait etre présent?...

      oui, pas de problème.

      Là, il est 10 H 30 le 12 mai 1992


      La suite plus tard

      Esmiralda

      Commentaire


      • Dynamisons le forum
        Et voici la suite



        je rentre, telephone tout heureuse au futur papa, fini de terminer la valise et surtout le caméscope(je voulais que l'accouchement soit filmé).
        Enfin, nous partons et ma dernière pensée en quittant la maison c'est : " pourvu que nous rentrions à trois".... Quelle idée?...
        Nous arrivons à 13 H"à à la clinique ou nous étions évidemment attendus.
        Les péparations de routine ( rasage, lavement...) et on me connecte au monitoring ... il est 14 H
        L'accoucheuse nous laisse un moment et revient avec une perfusion en vue de provoquer l'ccouchement, elle a telephone au Gynéco qui est informé qu'il y a toujours un dip2.
        ...Ah oui,...ce dip2... je me souviens ...
        Je demande des précisions à l'accoucheuse qui me raffraichi la mémoire.
        Un Dip2 est une diminution de la fréquence cardiaque du bébé apres la contraction.C'est une signe de souffrance foetale au moment de chaque contraction. ...mais des contraction, je n'en ressentais pas jusqu'a ce qu'on me mette cette perfusion...

        La quand même, je réfléchi un moment puis je préviens mon mari.
        ...ils provoquent l'accouchement mais a mon avis, si ç ne va pas vite assez, il est possible qu'il faille une césarienne...
        Il tombe des nues et n'avait jamais pensé a cette éventualité. Pour le distraire nous récapitulons: Si c'est un garçon, c'est Guillaume, une fille ce sera Marie.
        L'accoucheuse, qui vient régulièrement vérifier le monitoring nous dit qu'il n'y a que 2 cm d'ouverture, que le gynéco est prévenu et qu'il arrivera desuite apres ses consultations... Il est 15 H15

        Les contractions commencent a ce faire bien resentir et je m'efforce a me souvenir des exercices respiratoire appris au cours de préparation à l'accouchement. ce n'est pas évident...

        Il est 15H30 quand le gynéco arrive, un coup d'oeuil sur le monitoring et il décide de percer la poche des eaux pour accélérer l'accouchement. Chose dite, chose faite...mais la, zut, les eaux sont "purée de pois" en d'autres terme, le bébé a fait ses premières selles in utéro.Ceci est le signe d'une souffrance foetale évidente.Il faut pratiquer une césarienne.
        A l'accoucheuse il dit:
        "Je préviens le bloc et vous préparez la patiente"
        Je me permets une question: "la césarienne peut-elle se faire sous péridurale ou faut-il une anesthésie générale?"
        "téléphonant au bloc je vais demander que l'on prépare tout pour un péridurale"
        Pendant que l'accoucheuse me prépare, je rassure mon mari et lui dit "tu vas juste etre papa quelques heures plutot que prévu, te tracasse pas"
        Il m'accompagne jusque devant les salles mais doit rester à l'extérieur.
        Je vous passe les détails techniques de la péridurale et de la préparation en salle.
        Les gynéco sont la,tout ce passe assez vite...
        Je me souviens tres bien que j'ai réellement senti que le bébé sortait de non ventre sans douleurs évidement.

        ...mais la .. qu'est ce qui se passe?... je croyais que les bébés criaient presque tout de suite?... pq l'anesthésite me fait_il une injection? ...un calmant?...mais je suis calme... pourquoi on ne me dit pas si c'est un garçon ou une fille?...surement parce que de nos jours tous les parents le savent à l'avance...et pq il ne crie presque pas?...ah...c'est un garçon!...et pq ils se demandent tous ou reste le pédiatre. j'entends aussil'autre gyneco qui dit au mien:"félicitation, c'était une vraie indication pour une césarienne".
        Le pédiatre arrive,examine le petit Guillaume et l'enmène en pédiatrie.
        je demande a l'infirmiere de salle d'OP qu'elle prévienne mon mari que je vais bien et qu'il reste en pédiatrie pres du petit.
        Je somnole pendant que l'on termine de ma soigner en salle. Lorsque l'on me reconduit vers ma chambre, je rencontre le pédiatre qui me dit: " je n'arrive pas à le faire crier, je ne sais pas si nous pourrons le garder ici"
        sous calmants, je plane, ... qu'est qu'il me veux celui-la?...j'ai un petit garçon...Guillaume...il devrait etre aussi heureux que moi...
        Arrivée ds la chambre, j'y retrouve mon mari.
        ...Et quoi?, tu as vu le patit?... il va comment?... et tu as prévenus tes parents?... et les miens? ...

        Et la, je ne sais plus quelle heure il est et je crois que je m'endors


        la suite plus tard



        P.S. si tu as des questions bien précises, si tu veux que je résume plus, fais le moi svpl savoir

        Esmiralda

        Commentaire

        Publicité

        Forum-Archive: 2006-11

        publicité

        Chargement...
        X

        publicité